29 mars : un jour, un événement, une naissance, un décès

Lancement du "Redoutable", premier sous-marin nucléaire français, naissance de footballeur Rui Costa et mort de Bernard Blier ont eu lieu un 29 mars...
9

Associé au signe du bélier dans le zodiaque , le 29 mars est le 88e jour de l’année du calendrier grégorien (ou le 89e en cas d’année bissextile). A cette date, quiconque connaît une personne prénommée Archambaud, Archibald, Barachise, Gladys, Gwelle, Pasteur ou autres prénoms liés à leurs nombreux dérivés est prié de chèrement l’honorer. "Mars est comme la romance, il finit comme il commence", prétend un dicton d’autrefois. La Journée du jeune combattant (Día del joven combatiente) au Chili, la Journée Barthélémy Boganda en République centrafricaine et la Fête de la jeunesse à Taïwan sont également célébrées ce jour-là.

"Le Redoutable", premier sous-marin nucléaire français, est lancé un 29 mars

Le 29 mars 1967, "Le Redoutable", le premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) français est lancé à Cherbourg, port situé au nord du département de La Manche, en présence du général de Gaulle (1890-1970), alors président de la République française. Admis au service actif au sein de la force océanique stratégique (force de dissuasion française) le 1er décembre 1971, il porte le numéro de coque S611 et est initialement équipé de 16 missiles mer-sol balistiques à tête nucléaire M-1 d’une portée de 2000 km. Par la suite, ces derniers sont remplacés par des M-2 (1974), puis par des M-20 (1977) dont la portée est cette fois supérieure à 3000 km.

Rui Costa, joueur de football portugais, voit le jour un 29 mars

Né le 29 mars 1972, à Lisbonne, la capitale du Portugal, Rui Manuel César Costa était un joueur de football de nationalité portugaise. Evoluant au poste de milieu offensif en tant que professionnel entre 1989 et 2008, il compte 94 sélections (26 buts marqués) en équipe du Portugal de football et a notamment inscrit à son palmarès sportif:

  • 1 titre de Champion du monde des moins de 21 ans obtenu en 1991 avec l’équipe du Portugal des moins de 21 ans
  • 1 Coupe du Portugal obtenue en 1993 avec le Benfica Lisbonne
  • 1 titre de Champion du Portugal obtenu en 1994 avec le Benfica Lisbonne
  • 1 Coupe d’Italie obtenue en 1996 avec l’AC Fiorentina
  • 1 Supercoupe d’Italie obtenue en 1996 avec l’AC Fiorentina
  • 1 Coupe d’Italie obtenue en 2001 avec l’AC Fiorentina
  • 1 titre de vainqueur de la Ligue des Champions obtenu en 2003 avec le Milan AC
  • 1 Coupe d’Italie obtenue en 2003 avec le Milan AC
  • 1 titre de Champion d’Italie obtenu en 2004 avec le Milan AC
  • 1 titre de finaliste du Championnat d’Europe de football obtenu en 2004 avec l’équipe du Portugal
  • 1 titre de finaliste de la Ligue des Champions obtenu en 2005 avec le Milan AC

Bernard Blier, génial acteur français, trouve la mort un 29 mars

Né le 11 janvier 1916, à Buenos Aires, la capitale de l’Argentine, et mort le 29 mars 1989, à Saint-Cloud, une commune française du département des Hauts-de-Seine (France), Bernard Blier était un acteur français. Père du réalisateur Bertrand Blier, il a, de 1936 à 1988, notamment tourné dans les films suivants:

  • Gribouille (1937) de Marc Allégret
  • Hôtel du Nord (1938) de Marcel Carné
  • Entrée des artistes (1938) de Marc Allégret
  • La nuit fantastique (1942) de Marcel l’Herbier
  • La symphonie fantastique (1942) de Christian Jaque
  • Dédée d’Anvers (1947) d’Yves Allégret
  • Quai des Orfèvres (1947) d’Henri-Georges Clouzot
  • L’Ecole Buissonnière (1949) de Jean-Paul Le Chanois
  • Manèges (1949) d’Yves Allégret
  • Les misérables (1958) de Jean-Paul Le Chanois
  • Les grandes familles (1958) de Denys de La Patellière
  • Marie-Octobre (1959) de Julien Duvivier
  • Vive Henri IV, vive l’amour (1960) de Claude Autant-Lara
  • Le président (1961) d’Henri Verneuil
  • Le cave se rebiffe (1961) de Gilles Grangier
  • Le monocle noir (1961) de Georges Lautner
  • Germinal (1962) d’Yves Allégret
  • Cent mille dollars au soleil (1963) d’Henri Verneuil
  • Les tontons flingueurs (1963) de Georges Lautner
  • Les barbouzes (1964) de Georges Lautner
  • Le grand restaurant (1966) de Jacques Besnard
  • Un idiot à Paris (1967) de Serge Korber
  • L’étranger (1967) de Luchino Visconti
  • Caroline Chérie (1968) de Denys de La Patellière
  • Faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages (1968) de Michel Audiard
  • Mon oncle Benjamin (1969) d’Edouard Molinaro
  • Le distrait (1970) de Pierre Richard
  • Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais… elle cause ! (1970) de Michel Audiard
  • Laisse aller, c’est une valse (1971) de Georges Lautner
  • Jo (1971) de Jean Girault
  • Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil (1971) de Jean Yanne
  • Elle cause plus… elle fingue (1972) de Michel Audiard
  • Moi y’en a vouloir des sous (1972) de Jean Yanne
  • Le grand blond avec une chaussure noire (1972) d’Yves Robert
  • Les Chinois à Paris (1973) de Jean Yanne
  • Le corps de mon ennemi (1976) d’Henri Verneuil
  • Série noire (1978) d’Alain Corneau
  • Buffet froid (1979) de Bertrand Blier
  • Les belles années (1984) de Luigi Comencini
  • Le fou de guerre (1985) de Dino Risi
  • Twist again à Moscou (1986) de Jean-Marie Poiré
  • Les possédés (1988) d’André Wajda
  • Mangeclous (1988) de Moshé Mizrahi

Sur le même sujet