30 décembre : un jour, un événement, une naissance, un décès

Pendaison de Saddam Hussein, naissance du golfeur Tiger Woods et disparition du sulfureux Raspoutine ont eu lieu un 30 décembre...
7

Lié au signe du Capricorne dans le zodiaque , le 30 décembre est le 364e jour de l’année du calendrier grégorien (ou le 365e en cas d’année bissextile). A cette date, quiconque connaît une personne prénommée Roger, Ebrégésile, Hermenfroi, Timon (en Orient), Vénustien, Vénustienne ou autres prénoms liés à leurs nombreux dérivés est prié de chèrement l’honorer. "Lorsqu’il tonne hors saison, pluie et neige sans raison", prétend un dicton d’autrefois. Le jour de l’exécution de José Rizal est férié aux Philippines durant cette même journée.

Saddam Hussein, ancien président de l’Irak, est pendu un 30 décembre

Le 30 décembre 2006, Saddam Hussein Abd al-Majid al-Tikriti, dit Saddam Hussein (1937-2006) est pendu à Bagdad (capitale de l’Irak) après avoir été reconnu coupable de crimes contre l’humanité. Vice-président irakien de 1968 à 1979, puis président à partir de 1979, il a été renversé par une coalition armée internationale conduite par les Etats-Unis et le Royaume-Uni, en 2003. Le 5 novembre 2006, il est condamné à mort pour le massacre de 148 villageois chiites en 1982. Confirmée en appel le 26 décembre 2006, la sentence est mise à exécution moins de trois jours plus tard.

Tiger Woods, champion de golf américain, voit le jour un 30 décembre

Né le 30 décembre 1975, à Cypress en Californie (Etats-Unis), Eldrick Woods, dit Tiger Woods, est un champion de golf de nationalité américaine. Depuis le début de sa carrière sportive, il a inscrit 70 titres du PGA Tour (dont 14 titres du Grand Chelem : le masters de golf 1997, 2001, 2002 et 2005, le PGA Championship 1999, 2000, 2006 et 2007, l’US Open 2000, 2002 et 2008, ainsi que l’Open britannique 2000, 2005 et 2006) et 7 titres de l’European Tour à son palmarès.

Raspoutine, moine sulfureux, disparaît un 30 décembre

Né aux alentours de 1869, dans le village de Pokrovskoïe en Sibérie (Russie) et mort assassiné le 30 décembre 1916, à Saint-Pétersbourg, Grigori Elfimovtich Raspoutine, dit Raspoutine, est une figure tout à la fois emblématique et mystique de la fin de la Russie des tsars. A l’époque, la grande influence qu’il exerce sur l’impératrice dérange au plus haut niveau de l’Empire. C’est pourquoi un complot est fomenté contre lui tant par le prince Félix Ioussoupov (époux de la nièce du tsar) que par le grand-duc Dimitri Pavlovitch (cousin de Nicolas II), l’officier Soukhotine et le docteur Lazovert.

Après avoir en vain tenté de l’empoisonner avec du cyanure, les conjurés lui tirent dessus à plusieurs reprises, puis le rouent de coups avant de balancer son corps dans la petite Neva gelée. L’autopsie pratiquée sur la dépouille de Raspoutine en janvier 1917 (celle-ci ayant été repêchée dès le premier jour de ce même mois), confirme du reste l’empoissonnement, les impacts de trois balles reçues par la victime dans la poitrine, le cou et le milieu du front, ainsi que la multitude des chocs violents assénés par les tueurs. Mais, chose extraordinaire, elle révèle également la présence d’eau dans les poumons du trépassé. Malgré la violence de son martyr, l’homme n’était donc pas encore décédé lorsqu’il fut jeté dans le fleuve.

"Je mourrai dans d’atroces souffrances et mon corps ne connaîtra pas le repos. Dans les temps qui suivront ma mort, tu perdras ta couronne. Puis, ta famille, ton fils et toi serez massacrés. Après quoi, un terrible chaos s’abattra sur la Russie et, dès lors, la laissera entre les mains du Diable", avait prophétisé Raspoutine au tsar Nicolas II. Un an, six mois et une vingtaine de jours après la disparition du prétendu moine, l’effroyable prédiction est accomplie.

Sur le même sujet