Des lémuriens dans les Caraïbes: bonne ou mauvaise idée?

Le milliardaire Richard Branson souhaite transformer l'île de Mosquito, l'une des îles Vierges (Amérique), en réserve naturelle de lémuriens. Oui mais...
10

Le milliardaire britannique Richard Branson propose de créer une réserve naturelle de lémuriens sur l’île de Mosquito dont il est propriétaire depuis 2007. Situé au sein des îles Vierges, un archipel des Antilles (Amérique) baigné par l’océan Atlantique au nord et la mer des Caraïbes au sud, le lieu pourrait alors devenir un havre de paix pour ces petits primates dont nombre d’espèces sont aujourd’hui menacées. Cependant, si cette initiative peut, a priori, paraître généreuse, elle n’est peut-être pas une aussi bonne idée que cela.

Qu’est-ce qu’un lémurien et où vivent ces animaux?

Tout comme les hommes et les singes, les lémuriens sont des primates. Endémiques de Madagascar pour la plupart, une grande île de l’Afrique d’environ 587 000 km2 (légèrement plus vaste que la France métropolitaine) située dans l’océan Indien et séparée du continent africain par le canal du Mozambique, ces mammifères vivent au sein de la forêt tropicale malgache. Ils sont menacés d’extinction en raison de l’exploitation des terres à des fins agricoles et de l’intensification de la déforestation.

Combien d’espèces et de sous-espèces de Lémuriens sont-elles en danger?

Une centaine d’espèces et de sous-espèces de lémuriens est actuellement répertoriée. La plus petite d’entre elles est le microcèbe de madame Berthe dont le poids avoisine les 30 grammes. La plus grosse, l’indri, peut, quant à elle, peser jusqu’à près de 10 kilogrammes. D’après l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), 18 de ces primates strepsirrhiniens sont déjà considérés comme étant en danger ou grand danger d’extinction. D’autres sont également jugés en situation vulnérable. Pire encore, celle de leur plus grand nombre demeure encore inconnue, voire inobservée.

Pourquoi Richard Branson souhaite-il créer une réserve de lémuriens?

Interrogé par la BBC News, le patron de Virgin, Richard Branson, annonçait en avril 2011 qu’il avait décidé de créer une réserve naturelle de lémuriens sur l’île de Mosquito, l’une des îles Vierges dont il est propriétaire depuis 2007. Il a pour but de sauver ces primates qui, par la faute des hommes, se trouvent actuellement menacés d’extinction. Originaires de divers zoos de la planète situés en Suède, au Canada et en Afrique du Sud, 30 makis cattas devraient très bientôt faire leur arrivée sur cette petite île des Caraïbes.

Une réserve naturelle de lémuriens sur l’île de Mosquito: bonne ou mauvaise idée?

Si, dans un premier temps, tout un chacun se réjouissait en apprenant la généreuse initiative, c’est l’inquiétude qui domine désormais. En effet, de nombreux spécialistes de la flore et de la faune, notamment le biologiste James Lazell, crient haut et fort qu’il s’agit là d’une idée catastrophique. Selon eux, l’introduction de lémuriens sur l’île de Mosquito va assurément causer des dommages irréparables à son écosystème. Une espèce rare de gecko (un lézard) endémique du lieu pourrait, entre autres, faire les frais de cette arche de Noé quelque peu improvisée.

Sur le même sujet