Pourquoi l'armistice est célébré le 9 mai en Russie ?

Si la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie et la fin de la Seconde Guerre mondiale sont fêtées le 8 mai en France, c'est le 9 qui fait foi en Russie...
138

Le 30 avril 1945, acculé par l’Armée rouge dans sa capitale, Berlin, le chef de l’Allemagne nazie, Adolf Hitler (1889-1945) se donne la mort dans son bunker. Deux jours plus tard, le 2 mai, Berlin tombe. Dès lors, le Haut Commandement allemand se tourne vers l’Ouest et, par tous les moyens, tente de faire la paix avec les Alliés (Etats-Unis, Royaume-Uni et France entre autres).

L'idée de se rendre à l’Union des Républiques socialistes soviétiques (URSS) emplit les officiers allemands de terreur. Trop d’atrocités ont été commises à l’Est et vont assurément susciter des envies implacables de vengeance. Mieux vaut par conséquent chercher son salut du côté de l’Occident.

7 mai 1945: première capitulation sans condition de l’Allemagne nazie

Dans la nuit du 6 au 7 mai 1945, à Reims, le maréchal Alfred Jodl (né en Bavière en 1890 et exécuté à Nuremberg en 1946) signe un premier acte de reddition de l’Allemagne nazie au nom du Haut Commandement allemand, à 2 heures et 41 minutes du matin. Le texte précise notamment que l’Allemagne et l’ensemble de ses forces armées devront cesser toutes actions hostiles à partir du 8 mai 1945 à 23 heures et 1 minutes.

Paraphée en présence d’Ivan Susloparoff, représentant l’Union soviétique, de Walter Bedell Smith, représentant les Forces alliées, et de François Sevez, représentant la France, cette première capitulation allemande va déclencher la colère de Joseph Staline (1878-1953). Le maître du Kremlin exige en effet que cette reddition soit signée à Berlin et nulle part ailleurs.

8 mai 1945: nouvelle capitulation sans condition de l’Allemagne nazie

Il est donc prévu qu’un deuxième acte de capitulation soit signé dans la capitale allemande. Cependant, la rumeur du premier paraphe ayant déjà été ébruitée par les médias, le temps presse. La date du lendemain après-midi est donc arrêtée.

Finalement, la deuxième reddition des Forces armées du Troisième Reich est signée le 8 mai 1945 peu avant minuit (heure locale) en présence d’Arthur William Tedder, représentant les Forces alliées, et Gueorgui Joukov, représentant l’Union soviétique. Le Generalfeldmarschall Wilhelm Keitel (né à Hanovre en 1882 et également exécuté à Nuremberg en 1946) paraphe le document pour l’Allemagne. En tant que témoins, Jean de Lattre de Tassigny, général commandant en chef de la 1re armée française, et Carl Andrew Spaatz, commandant des Forces stratégiques aériennes des Etats-Unis d’Amérique, émargent également le texte. Dès alors, la paix peut revenir sur l’Europe.

Pourquoi la Russie célèbre-t-elle la capitulation allemande le 9 mai?

Certes, Staline est assurément ravi d’en finir avec cette guerre. Cependant, il a le sentiment de s’être fait forcer la main tant par l’Allemagne que par l’Occident. Durant un temps, il n’a pas eu la mainmise sur le jeu et il déteste se trouver dans pareille situation. Pour ne pas perdre la face, il lui faut marquer sa différence.

Une astuce va lui permettre de parvenir à ses fins. Le texte ayant été signé le 8 mai peu avant minuit à Berlin, le décalage horaire existant avec Moscou lui offre la possibilité de sortir de l’impasse dans laquelle il estime avoir été poussé. En URSS comme dans les pays tombés sous contrôle soviétique au sortir de la Seconde Guerre mondiale (bloc de l’Est), Staline impose donc le 9 mai comme date de commémoration de la victoire contre l’Allemagne nazie en 1945.

Pour en savoir plus

Acte de reddition du 7 mai 1945 et acte de capitulation du 8 mai 1945

Moscou, 9 mai 1945 en photos

www.ecpad.fr › photos Histoire

Sur le même sujet