user_images/189548_fr_gilles3.jpg

GILLES RANNOU

Publié dans : Les articles Politique Société & Médias de Gilles Rannou

Cannabis et l'appel du 18 Joint : un combat à coup de soufflettes

20 ans de lutte et les lignes n'ont pas bougé entre les partisans du tout répressif et ceux de la légalisation du cannabis.

Ce ne sont pas les plus virulents des combattants ces défenseurs pour la liberté de fumer son joint en toute légalité mais ils sont bien présents, au moins une fois par an, le 18 juin pour souffleter dans les bronches des gouvernants.

Petit rappel historique :

A savoir si le Général Charles de Gaulle s'est retourné dans sa tombe lorsqu'il a vu son fameux Appel du 18 juin détourné sans vergogne et non sans humour pour une cause jugée toujours aujourd'hui par les autorités comme illégale mais cet appel a bien eu lieu une première fois le 18 juin 1976 ( il y a donc pas moins de 37 ans) par un collectif . Cet Appel du 18 joint publié dans le journal Libérationavait déjà pour but de demander la légalisation du cannabis. Ce collectif regroupait quelques nom éminents comme le cinéaste Bertrand Tavernier, l'ancien ministre Bernard Kouchner sous le gouvernement Fillon (il est bon de le rappeler), l'écrivain Philippe Sollers ou encore l'actrice Bernadette Lafont qui connaît bien le sujet, au moins depuis le film Paulette... mais aussi Roland Topor, Bulle Ogier etc... Cet appel est resté lettre morte auprès des législateurs et du pouvoir qui n'ont pas modifié sa ligne de conduite envers ce produit qu'ils qualifient de très nocif.

Aussi, en 1993, le joint est devenu instrument de militantisme au travers d'un collectif crée en 1991, le CIRC ( collectif d'information et de recherche cannabique) qui à date fixe (le 18 juin donc) demande aux partisans de la légalisation de se rassembler pour faire entendre leurs voix mais aussi à travers une nouvelle pétition qui regroupe elle aussi quelques noms prestigieux venus de tout horizon :Olivier Besancenot , Yves Cochet ou encore Cécile Duflot(et oui l'actuelle ministre du logement), le monde du cinéma avec Jan Kounen, Benoît Delépine, de la musique par les Burnings heads, Lofofora entre autres, et de plus en plus de médecins à l'instar Patrick Beauverie (médecin membre de la Commission nationale des stupéfiants et des psychotropes). S'est ajoutée à cette pétition, une autre dimension, celle de considérer le cannabis comme un moyen thérapeutique pour certaines maladies...

Aujourd'hui :

Qu'en est-il aujourd'hui ? Le constat est le même, les gouvernements qui se sont succédé ont tous suivi la même voie, celle du tout répressif. Tout juste les socialistes ont-ils ouvert un débat avant les présidentielles et sur l'initiative de Daniel Vaillant, pro-légalisation et pourtant ancien Ministre de l'Intérieur, mais un débat qui a semblé bien plus un écran de fumée qu'une réelle volonté de se pencher sur le problème de la légalisation du cannabis, donc de sa dépénalisation.

Dès lors, les partisans du 18 joint n'ont-ils d'autre choix que de se rassembler tous les 18 juin pour que soit au moins ouvert un vrai débat sur la question de la légalisation.... Vingt ans après leur premier rassemblement, certains politique commencent à susurrer leur envie de se pencher sur le cannabis comme moyen thérapeutique. Le chemin risque encore d'être long, très long avant de voir le cannabis légalisé. Aux partisans du CIRC de ne pas perdre patience et de souffleter dans les bronches des tenants de la législation s'ils veulent voir leurs revendications aboutir.

Du même auteur :

Le cannabis gros consommateur d'électricité trahit son producteur

Le cannabis au secours de Fukushima ?

Cannabis : le PS réfléchit à sa dépénalisation

Cannabis et sport: Peut-on réellement parler de dopage?

À propos de l'auteur

user_images/189548_fr_gilles3.jpg

GILLES RANNOU

bonjour,

Intéressé par l'actualité, la culture, le
  • 315

    Articles
  • 18

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!