user_images/189548_fr_gilles3.jpg

GILLES RANNOU

Publié dans : Cinéma d'hier, d'aujourd'hui et de demain

Film : « Diaz, un crime d'Etat », violent et choquant

Rarement un film ne s'est montré aussi éprouvant pour le spectateur.

Diaz traite sans détour la sauvage et terrible répression fomentée par la police italienne à l'encontre de manifestants altermondialistes. Bouleversant.

Synopsis :

En 2001, pendant la dernière journée du G8 de Gênes, quelques instants avant minuit, plus de 300 policiers prennent d’assaut l’école Diaz, à la recherche des militants du Black Bloc. Dans l’établissement, se trouvent quatre-vingt-dix activistes, dont la plupart sont des étudiants européens accompagnés de quelques journalistes étrangers, qui s’apprêtent à passer la nuit à même le sol de l’école. Alors que les forces de l’ordre font irruption, les jeunes manifestants lèvent les mains pour se rendre. Imperturbables et implacables, les policiers se livrent à des exactions préméditées d’une violence inouïe, frappant indifféremment jeunes et vieux, hommes et femmes.

Le film :

Manichéen ? Sans soute mais quoiqu'il en soit, Diaz a le mérite de montrer et démontrer comment nos démocraties peuvent lâcher leurs chiens quand il s'agit de protéger l'intérêt des Etats et des plus nantis de ce monde. Daniele Vicarin' a rien caché de l'horreur vécue cette nuit là par quelques dizaines de militants venus contre manifester en cette année 2001 contre le G8 qui se tenait à Gênes. La mort de ce jeune étudiant, Carlo Giuliani, ne leur avait pas suffi, leur haine contre les Black Bloles a rendus aveugles au point de fomenter un siège et de bastonner tous ceux qui se trouvaient ce soir là dans l'école Diaz.

Les images sont chocs, oppressantes par instant et éprouvantes face à tant de violence et face à l'impuissance des victimes qui se font massacrées à coups de matraques de coups de pieds et autres. Si le montage peut parfois perdre quelque peu le spectateur, ce dernier ne sort pas indemne de cette épreuve tant le film est cru de réalité. Il ne sort pas indemne non plus car il a devant les yeux une des plus terribles répression/vengeance de l'histoire de nos démocraties sans qu'il puisse agir, aider ou protéger les victimes.

Diaz est un film témoignage qui remplacera sans doute les jugements des policiers qui à ce jour ont été juste inculpés mais jamais condamnés ni même suspendus. Or, en 2014, une bonne partie des chefs d'accusation sera balayée par la prescription. Même au regard de telles exactions, la justice de nos démocraties n'est pas plus égalitaire. Mais, il est vrai tant que les peuples éliront des soit disant démocrates comme Silvio Berlusconi  (chef du gouvernement italien en 2001) à la tête de leurs Etats, le respect des droits de l'homme et de la justice ne pourra être que bafoué.

  • Film : «Diaz un crime d'état» (titre original « Diaz: Don't Clean Up This Blood »)
  • Bande-annonce Diaz : un crime d'état (2013)
  • Réalisateur :Daniele Vicari
  • Acteurs :Claudio Santamaria, Jennifer Ulrich, Elio Germano
  • Genre : film docu-fiction
  • Durée : 02 h 00 min
  • Sortie en salles : 05 juin 2013
  • Société de distribution : Le Pacte
  • Nationalité : italienne
  • Interdit en salles au moins de douze ans

À propos de l'auteur

user_images/189548_fr_gilles3.jpg

GILLES RANNOU

bonjour,

Intéressé par l'actualité, la culture, le
  • 315

    Articles
  • 18

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!