user_images/189548_fr_gilles3.jpg

GILLES RANNOU

Publié dans : Cinéma d'hier, d'aujourd'hui et de demain

Film : Gatsby le magnifique

Kitch, artificiel, indigeste et indécent.

Gatby le magnifique ou comment rendre un monde et son film horrifiques.

Synopsis :

Printemps 1922. L'époque est propice au relâchement des mœurs, à l'essor du jazz et à l'enrichissement des contrebandiers d'alcool… Apprenti écrivain, Nick Carraway quitte la région du Middle-West pour s'installer à New York. Voulant sa part du rêve américain, il vit désormais entouré d'un mystérieux millionnaire, Jay Gatsby, qui s'étourdit en fêtes mondaines, et de sa cousine Daisy et de son mari volage, Tom Buchanan, issu de sang noble. C'est ainsi que Nick se retrouve au cœur du monde fascinant des milliardaires, de leurs illusions, de leurs amours et de leurs mensonges. Témoin privilégié de son temps, il se met à écrire une histoire où se mêlent des amours impossibles, des rêves d'absolu et des tragédies ravageuses et, chemin faisant, nous tend un miroir où se reflètent notre époque moderne et ses combats

Le film :

Le réalisateur Baz Luhrmann est sans doute fasciné par le monde de l'argent, par une certaine décadence orgiaque. Sans doute est-il aussi fasciné par toutes les intrigues et les états d'âme de ce monde de paillettes. Mais il rend une copie aussi creuse et inutile que ce monde peut inspirer. Difficile d'avoir de l'empathie pour ces personnages et leurs histoires de cœur, de désillusions. Le drame amoureux n'arrive pas tenir en haleine tant il est étouffé par une réalisation outrancière, tapageuse et une 3D si quelconque qu'elle n'apporte rien au long métrage.

Si cette mise en scène avait eu de quoi surprendre notamment dans Moulin Rouge, ici, elle a un goût de réchauffé qui occulte tout le reste et lasse très vite. Et même si dans un deuxième temps, la réalisation s'assagit, elle devient pour lors trop linéaire et frise l'encéphalogramme plat. On attend qu'il se passe quelque chose de concret hormis cette histoire d'amour contrariée dont on s'en fiche. Si le but est par ailleurs de découvrir la vraie face cachée de Gatsby, il s'avère que ce fil rouge du film déçoit tout autant car les révélations tombent à plat. Enfin,traiter de problèmes de riches en ces temps de crise peut paraître déplacé et dérangeant comme l'est le budget de ce film, 127 000 000 de dollars pour ça, cela frise l'indécence.

Quant au jeu des acteurs, il n'arrive pas non plus à convaincre avec un Tobey Maguire  témoin voix off des plus agaçantes ou un Leonardo DiCaprio qu'on a connu bien meilleur,convaincant et inspiré. Quant à Carey Mulligan, elle n'est qu'une caricature de la femme vénale avec un jeu par trop maniéré. Seul Joel Edgerton sort son épingle du jeu et semble avoir pris du plaisir dans son rôle de fieffé cocufieur.

Les ressorts de Baz Luhrmann sont désormais trop connus, comme d'exploiter de musique contemporaine créant un anachronisme, pour qu'on y adhère encore. Gatsby a fait l'ouverture du festival de Cannes 2013, autre monde de paillettes.

  • Film : «Gatsby le magnifique » (titre original « The Great Gatsby »)
  • Gatsby le Magnifique - Bande Annonce 
  • Réalisateur :Baz Luhrmann
  • Acteurs :Leonardo DiCaprio, Tobey Maguire, Carey Mulligan
  • Genre : Film outrancier et inutile
  • Durée :2h 22min
  • Sortie en salles :15 mai 2013
  • Société de distribution :Warner Bros. France
  • Nationalité :Américaine
  • Tout public

À propos de l'auteur

user_images/189548_fr_gilles3.jpg

GILLES RANNOU

bonjour,

Intéressé par l'actualité, la culture, le
  • 315

    Articles
  • 18

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!