user_images/189548_fr_gilles3.jpg

GILLES RANNOU

Publié dans : Cinéma d'hier, d'aujourd'hui et de demain

Film : Pieta de Kim Ki Duk

Le réalisateur sud coréen est-il vraiment sorti de sa dépression ?

Pour son 18è film, lion d'or à Venise, Kim Ki Duk signe avec Pieta une œuvre complaisante et par trop démonstrative.

Synopsis :

Abandonné à sa naissance, Kang-do est un homme seul qui n’a ni famille, ni ami. Recouvreur de dettes sans pitié et sans compassion, il menace ou mutile les personnes endettées dans un quartier destiné à être rasé. Un jour, Kang-do reçoit la visite d’une femme qu’il ne connaît pas et qui lui dit être sa mère. Pour la première fois de sa vie, le doute s’installe en lui…

Le film :

Pieta sonne faux ou serait à la limite du plagiat, c'est selon. A la limite du racoleur tant la violence est omniprésente, il semble tout droit inspiré de la trilogie de Park Chan-wook (Sympathy for Mister Vengeance, l'incroyable Old Boy, et le non moins bon sympathy for lady vengeance) voire Breathless ( un film fait de rage, de violence et de douleur) de Yang Ik-joon. Le personnage ressemble peu ou prou à celui du dernier film nommé. Pas de repère, pas de moyen d'expression si ce n'est la violence et enfin, une situation due aux défaillances sociétales engendrées par le capitalisme. Son discours n'est pas faux mais il existait déjà chez Mister Vengeance tout comme dans Breathless. Lorsqu'on reprend des thèmes déjà exploités, il faut au moins apporter une valeur ajoutée or, dans Pieta, ce n'est malheureusement pas les cas. On a connu Kim Ki Duk bien plus inspiré, bien plus original dans sa réalisation (voir the isle- ou encore Locataires..) Ici, il ne sort pas des sentiers battus d'un cinéma sud-coréen certes de talent mais déjà connu, déjà vu.

Cependant, son film ne manque pas de certaines qualités, notamment par le personnage ambigu et machiavélique qu'interprète Min soo Jo, un certain regard sur le désespoir des gens qui pousse à se demander s'il existe une note d'espoir dans cette humanité. Et ce film pose aussi la question de savoir si le réalisateur primé à Venise, est vraiment sortit de sa dépression qui l'avait coupé du monde du cinéma ? Si c'est le cas, on n'ose imaginer le film qu'il aurait réalisé lorsqu'il était malade car plus pessimiste et plus sombre que Pieta, il n'en existe tout de même peu.hormis Breatless peut être.

  • Film : «Pieta»
  • Pieta - Bande-annonce (VOST) 
  • Réalisateur : Kim Ki Duk
  • Acteurs :Lee Jung-Jin, Min-soo Jo, Ki-Hong Woo
  • Genre : Drame d'un rare désespoir
  • Durée : 01h 44 min
  • Sortie en salles :10 avril 2013
  • Société de distribution :Pretty Pictures
  • Nationalité : sud coréenne
  • Interdit en salles au moins de douze ans

À propos de l'auteur

user_images/189548_fr_gilles3.jpg

GILLES RANNOU

bonjour,

Intéressé par l'actualité, la culture, le
  • 315

    Articles
  • 18

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!