user_images/189548_fr_gilles3.jpg

GILLES RANNOU

Publié dans : Cinéma d'hier, d'aujourd'hui et de demain

Film : Very bad trip 3

Sans surprise, ce troisième opus parvient malgré tout à faire décrocher quelques sourires.

Le scénario semble avoir été écrit pour Zach Galifianakis qui sort son épingle de ce film qui manque par ailleurs de rythme.

Synopsis :

Deux ans ont passé. Phil (Bradley Cooper), Stu (Ed Helms) et Doug (Justin Bartha) mènent des existences tranquilles et heureuses. Ils ont fait disparaître leurs tatouages et se sont rachetés une conduite. Aux dernières nouvelles, Leslie Chow (Ken Jeong), qui attirait les catastrophes, a échoué dans une prison en Thaïlande : depuis qu'il n'est plus dans le secteur, nos trois lascars ont - presque - oublié leurs folles virées nocturnes à travers les quartiers sordides de Las Vegas, à moitié shootés, et le jour où ils se sont fait kidnapper, tirer dessus et prendre en chasse par une bande de dangereux dealers à Bangkok...Le seul de la Meute à ne pas avoir trouvé son équilibre est Alan (Zach Galifianakis). Se cherchant toujours, la brebis galeuse du groupe a arrêté les médocs et donné libre cours à ses impulsions, ce qui, dans son cas, revient à ne reculer devant rien et à ne se fixer aucune limite... Jusqu'à ce qu'il traverse une crise douloureuse et qu'il se mette en quête du soutien dont il a besoin.Et qui mieux que ses trois meilleurs copains pourraient l'aider à s'engager dans la bonne voie ? Cette fois, il n'y a pas de mariage, ni de fête d'enterrement de vie de garçon. Qu'est-ce-qui pourrait donc bien dégénérer ? Mais quand la Meute s'en mêle, il faut être prêt à tout ! Et pour boucler la boucle, la petite bande doit retourner là où tout a commencé : à Las Vegas...

Le film :

Si ce troisième volet est un ton au dessus du deuxième, il est loin d'atteindre la folie déjantée et politiquement incorrecte du premier volet. Le scénario est très quelconque, la réalisation touche par instant l'encéphalogramme plat et les acteurs, à l'image de Bradley Cooper  (mais il est vrai que lorsque l'on a tourné dans  the place beyond the pines  entre temps, en tant qu'acteur, on entre dans une autre dimension), semblent s'ennuyer et ne plus trop croire à ce qu'ils font.

Cependant, un acteur s'en tire très bien oscillant entre l'humour et l'émotion qu'un homme de quarante deux ans complètement immature et à côté des réalités peut offrir. Zach Galifianakis trouve ici l'occasion d'étaler toute sa palette d'acteur. A ses côtés, Ken Jeong , alias Leslie Chow, n'est pas en reste et son rôle semble, avec celui d'Alan, être le mieux calibré dans le ton général de la saga. Le duo Alan/Leslie fonctionne à plein et sauve le film à lui tout seul. Enfin, en « guest star », John Goodman  s'il ne surprend pas, est à la hauteur de sa réputation de comédien solide.

Cette normalement ultime partie de ce qui constituera donc une trilogie ne surprend pas, navigue entre l'indigeste, le sourire et de trop rares bons moments. Very bad trip 3 démontre aussi que le budget ne fait pas tout, budget ici trois fois plus élevé que pour le premier qui s'avère être trois fois plus drôle que le troisième volet. Un film qui se regarde d'un œil distrait.

À propos de l'auteur

user_images/189548_fr_gilles3.jpg

GILLES RANNOU

bonjour,

Intéressé par l'actualité, la culture, le
  • 315

    Articles
  • 18

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!