user_images/189548_fr_gilles3.jpg

GILLES RANNOU

Publié dans : Les articles Culture de Gilles Rannou

Toulouse : du rififi autour du Minotaure

Né dans des temps reculés de la mythologie grecque, le Minotaure fait encore faire parler de lui aujourd'hui, créant la polémique dans la ville rose.

S'il fut une époque, le slogan à la mode était « mamouth écrase les prix », il s'avère que le Minotaure, selon certains, aurait plutôt tendance à créer une légère inflation.

L'objectif du projet :

Le projet, une statue du Minotaure , à l'origine mi-homme, mi-taureau, transformé pour l'occasion en mi-bois mi-métal, une statue aux dimensions gigantesques exposée dans un futur hall d'exposition construit dans l'ancienne cartoucherie du quartier de Montaudran,. Au delà de ce projet commandé à François Delarozière et sa troupe laMachine, il semblerait que le but, par cette œuvre artistique, soit de faire entrer la ville rose dans la cour des grandes métropoles grâce à un rayonnement culturel. Ainsi, François Delarozière défend.t-il le projet en ces termes alors que la polémique enfle«Ce que nous allons faire est très vivant, accessible pour tous et accompagne la naissance d’un morceau de ville. C’est un projet d’attractivité régionale voire internationale ».

Mais est ce que l'on fait vraiment entrer une ville dans une autre dimension juste par une statue ? Il est permis d'en douter bien que le coût de cette œuvre pourrait en convaincre certains. En effet, le Minotaure coûtera la bagatelle de 2,8 millions d' euros dont 2,5 millions à la charge de la cité toulousaine. Et c'est à ce niveau que le bât blesse et heurte les convictions de beaucoup de citoyens.

Si le savoir faire de l'artiste nantais François Delarozière n'est pas remis en cause, il suffit de voir son éléphant nantais ou son araignée de Liverpool, c'est le prix de l'oeuvre qui fait débat et polémique en ces temps de crise où il est demandé à beaucoup de faire des efforts. Il met aussi en avant les déséquilibres des répartitions budgétaires de la Mairie de Toulouse et son agglomération où la culture populaire serait laisser pour compte.

Un vent de contestation :

Ainsi, une citoyenne toulousaine, Julie Monthéard, a t-elle décidé de prendre le Minotaure par les cornes et tel Thésée de combattre la bête. Dans une pétition, (ci-jointe) Mairie de Toulouse: Annuler la commande du "Minotaure , elle développe les arguments qui l'ont poussée dans cette action soulignant notamment ce qui à ses yeux est un flagrant déséquilibre entre le budget du Minotaure et celui alloué aux diverses associations et autres dédiés aux actions culturelles comme elle le fait remarquer dans sa pétition « Le budget municipal destiné aux 375 associations culturelles locales est de 6,1 M d’€. Les 15 bourses pour des « projets innovants, audacieux et novateurs dans différents domaines de la création » ne représentent que 100 000€. Le budget des « actions culturelles » pour les 37 communes urbaines dont dépend Toulouse s’élève à 10 M d’€3 ». Julie Monthéard a donc mis le doigt là où ça grince et certains d'essayer d'en profiter.

L'opposition tenterait-elle de récupérer le mouvement ?

Certes, cette opposition a voté contre le minotaure lors des délibérations de conseil de la communauté urbaine du 14 février 2013, qui a validé le projet, arguant que la note était un peu élevée ou bien regrettant que des deniers publics allaient être gérés par une structure privée mais, force est de constater que depuis cette date, le Minotaure ne semblait plus beaucoup la préoccuper. Cependant, depuis que Julie Monthéard a engagé sa lutte, l'UMP paraît tenter de reprendre le mouvement à son compte à l'instar de l'opposant Jean Luc Moudenc qui a mis la pétition sur son profil Facebook invitant les gens à la signer : « Voici une autre pétition concernant Montaudran, sur un sujet dont je vous ai déjà fait part et que j'avais dénoncé en Conseil de communauté de Toulouse Métropole. Je l'ai signée il y a quelques jours et je vous invite à la signer également. Objectif : 5.000 ! » Ou comment prendre le train en marche dans cette période pré-électorale ?

Seulement, Julie Monthéard clame haut et fort que son action, si elle est politique, elle est avant tout au delà des appareils politiques. Refusant d'être récupérée par quiconque, elle mènera sa lutte en tout esprit d'indépendance. Quant au maire, Monsieur Pierre Cohen, à qui il est notamment reproché d'avoir manqué de transparence vis-à-vis de ses contribuables, il a promis de s'exprimer prochainement sur le sujet. Mais quand ? Avant que la pétition n'atteigne les 5000 signatures, elle qui en compte à ce jour plus de 3000.?

Quoiqu'il en soit, cette brave bête qu'est le Minotaure, n'a semble t-elle pas fini de faire parler d'elle du moins dans les rues de Toulouse,.

Du même auteur :

Le pénis, érigé en œuvre d'art !

La Vierge déguisée en Superman choque les intégristes

Piss Christ : la photographie qui fait scandale

Piss Christ : du scandale à la destruction!

À propos de l'auteur

user_images/189548_fr_gilles3.jpg

GILLES RANNOU

bonjour,

Intéressé par l'actualité, la culture, le
  • 315

    Articles
  • 18

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!