Breathless : un film fait de rage, de violence et de douleur

Pour sa première réalisation, Ik-june Yang a réussi son coup avec Breathless, véritable film survitaminé à la haine.

Violent, le héros Sang-Hoon ne connaît que ses poings comme moyen d’expression et les utilisent à tour de bras. Quand misère sociale, misère familiale et désoeuvrement, conduisent au désespoir le plus brutal.

Synopsis :

Leader impitoyable d'une bande de voyous, Sang-hoon met toute sa rage dans son métier de recouvreur de dettes. Sa vie et son quotidien sont une histoire de violence, à tel point qu'il semble incapable d'exprimer son attachement. Mais le hasard met sur son chemin Yeon-hee, une jeune lycéenne, au passé étrangement similaire au sien et qui va lui tenir tête. Peu à peu, ces deux paumés vont s'apprivoiser et s'évader ensemble d'un monde fait d'inhumanité. Mais Sang-hoon peut-il pardonner ? Et surtout, peut-il être pardonné ?

Le film :

Même s’il souffre d’un peu trop de longueurs, Breathless (à bout de souffle), le premier long métrage de Ik - june Yang fait sans conteste partie des longs-métrages qui restent longtemps en mémoire. Si dans un premier temps, ne ressort de ce film que la violence, c’est qu’elle est omniprésente à chaque séquence ou presque. Elle dégorge de tous les pores du héros Sang-Hoon et n’épargne personne. Voyou à la petite semaine, Sang-Hoon, interprété par Ik-june-Yang lui-même, s’en prend autant à ses acolytes de la bande qu'à tout autre individu, jeune ou vieux, homme ou femme, ne connaissant que ce langage pour s'exprimer, comblant l' ennui et le désoeuvrement comme il peut. La violence ressort aussi des bas fonds des quartiers, des décors fades donnant l’image d’une société sud-coréenne fort peu réjouissante plongée dans une vie monochrome, sans horizon et en proie à toutes les agressions.

Mais au-delà de cette brutalité inouïe, se cache derrière le désespoir d’un homme qui n’a connu que la misère dans une famille qui n’en a jamais été une, notamment à cause des codes d’éducation paternels qui font que les pères en général sont mis au ban des accusés. Ces pères incapables d’aimer leurs propres enfants, leur font subir les mêmes affres : ni sentiment ni respect pour personne. Et il faut attendre la rencontre avec Kkobbi Kim pour trouver un peu d’humanité chez Sang-Hoon à qui il lui demande de lui apprendre à vivre, elle qui va à l’école… démontrant par cela, qu’il n’a sans doute pas connu l’école, n’a pas reçu d’éducation et cherche alors une sorte de rédemption auprès de cette lycéenne.

Breathless est donc un drame survitaminé, imbibé de violence et de désespoir. Acteur/réalisateur, Ik-june Yang réussit une performance déroutante tant au niveau du jeu que des images caméra à l’épaule transportant le spectateur dans un tourbillon de coups. Film coup de poing, Breathless assomme le spectateur autant qu’il le bouleverse. A voir et revoir sans modération.

Date de sortie cinéma :14 avril 2010

Film disponible en DVD depuis le : 5 octobre 2010, Editeur DVD : Potemkine Editions

Réalisé par Ik-june-Yang

Avec Ik-june-Yang, Kkobbi Kim, Hwan Lee

Titre original : Ddongpari

Long-métrage. sud-coréen Genre: drame hyperviolent

Durée : 02h10min Année de production : 2008

Distributeur : Tadrart Films

Festival du Film Asiatique de Deauville 2009

:

- Lotus Air France - Prix de la Critique Internationale

- Lotus d'Or du meilleur film

Festival du Film International de Rotterdam

-Tiger howard

Sur le même sujet