Cannabis : le PS réfléchit à sa dépénalisation

Face à l'échec du tout répressif pour lutter contre le marché du cannabis, le Parti socialiste veut réfléchir au moyen de le dépénaliser.
15

Si ce sujet a pu paraître parfois être une sorte de marronnier chez certains politiciens en temps de campagne électorale, remontant alors immanquablement à la surface, il a pu paraître tout aussi tabou chez d’autres candidats et partis, notamment au PS. Aujourd’hui, certains socialistes semblent pourtant vouloir faire volte-face.

Les raisons d’une possible légalisation

Tout d’abord mis en avant, l’échec du tout répressif. En effet, malgré cette politique, le nombre de consommateurs et de revendeurs ne cesse de croître. Or, selon France Info , ce ne sont pas moins de 120 000 personnes qui sont arrêtées aujourd’hui pour possession, consommation de cannabis. Et qui dit possession ou/et consommation de cannabis dit aussi menace de sanction pénale pouvant aller jusqu’à un an de prison.

Mais cette batterie de mesures judiciaires et pénales semble sans effet sur le trafic de cannabis. En effet, d’une part et toujours d'après France Info, seuls 2 à 3000 contrevenants sont, par an, effectivement sanctionnés de prison; d’autre part il s’avère que le marché du cannabis ne cesse malgré tout de croître. Ainsi, ces chiffres mettent en évidence l’échec du tout prohibitif.

Un élu, en l’occurrence, Stéphane Gatignon, maire écologiste de Sevran en Seine-Saint-Denis, avait en quelque sorte tiré la sonnette d’alarme de l’inefficacité de cette politique en publiant un livre au titre évocateur : Pour en finir avec les dealers qui dénonce dans un même temps le tout coercitif en matière de drogue douce et est un appel à la dépénalisation du cannabis. En effet, pour Stéphane Gatignon c’est grâce à la politique de prohibition que les trafiquants s’enrichissent. Et il prend pour exemple ce qui se passe dans sa ville de Sevran où pour lui, le trafic se concentre tout au plus dans une douzaine de halls d’immeubles, des "pas de porte qui peuvent s’avérer fort rentables, ils dégagent un chiffre d’affaire de 30 000 euros pas jour ". Stéphane Gatignon ne voit alors qu’une solution pour lutter contrer la croissance du trafic, non seulement dépénaliser l’usage du cannabis mais qu’en plus la production ainsi que l’importation et la vente soient contrôlées par l’Etat.

Certains socialistes emboîtent le pas du maire de Sevran

A l’image de l’ancien ministre de l’Intérieur et actuel maire du XVIIIe arrondissement, Daniel Vaillant qui se déclare tout à fait en accord avec cette approche du problème. Daniel Vaillant s’était exprimé une première fois dans ce sens sur le sujet dans l’émission de France Télévisions Un œil sur la planète présentée par Etienne Leenhardt dont le sujet était Et si on légalisait le cannabis ? , émission dans laquelle il avait tenu les mêmes propos : « Je suis pour une légalisation contrôlée. Avec une production contrôlée, des établissements dédiés, qui ne vendraient qu’à des majeurs (comme pour l’alcool) et des produits labellisés ». Cette émission mettait aussi en avant la politique "avant-gardiste" du Portugal en matière de dépénalisation, de prévention et accompagnement des dépendants, politique qui semblait porter ses fruits.

Cependant, tous les socialistes ne semblent pas d’accord avec cette vision des choses comme l’a fait savoir Manuel Valls: « Légaliser le cannabis serait un terrible signe adressé à la société. On briserait un tabou qui remettrait en cause des valeurs d’autorité et d’ordre qui sont essentiels ». Jean Jacques Urvoas, député du Finistère et le Monsieur Sécurité du Parti socialiste, serait lui plutôt pour un adoucissement des sanctions: non plus de la prison mais des amendes.

Ainsi, le débat est lancé au sein du PS et promet d’être tendu entre pro et anti-dépénalisation. Un groupe de travail de 10 députés doit plancher sur le sujet avant de rendre ses conclusions à la fin du mois de mai. Reste à savoir si ce parti est prêt à emboîter le pas à ses alliés écologistes et aux autres qui militent eux pour une légalisation du cannabis.

A lire:

Dépénalisation du cannabis : le P.S pas prêt à franchir le pas Article du 16/06/2011

Sources:

Au PS, on réfléchit à la dépénalisation du cannabis . Mathieu Aron. France Info. 27/04/2011

Le PS réfléchit à une dépénalisation du cannabis. Ouest-France.fr, article du 27/04/2011

Sur le même sujet