Cantat, l'impossible retour ?

Alors qu'il devait monter sur scène à Avignon et au Canada, Bertrand Cantat a déclaré forfait suite à l'émotion qu'a suscité ce retour.

De mal en pis, la carrière de Bertrand Cantat ne semble pas avoir le droit de connaître un second souffle. En effet, après la fin du groupe de rock de Noir Désir dont il était le leader, l’auteur compositeur interprète se voit contraint de renoncer de nouveau à s’exprimer sur scène dans la pièce du metteur en scène Wajdi Mouawad.

De 2003 à la fin de Noir Désir :

Eté 2003, la presse hexagonale a, hormis la canicule qui sévit cette année là, peu de choses à se mettre sous la dent. Et voilà qu’arrive le drame de Vilnius. Suite à une violente dispute, Bertrand Cantat, chanteur du groupe Noir Désir, assassine Marie Trintignant sa compagne. Elle venait d’achever le tournage du téléfilm Colette en Lituanie. La presse se déchaîne sur ce sordide fait divers et en fait ses choux gras. Le drame est monté en épingle, Cantat est l’ennemi public N°1 des français. Après avoir tenté de se suicider, il est incarcéré dans une prison lituanienne. Le procès arrive et accusé d’homicide involontaire, le chanteur est condamné à huit ans de prison en Lituanie. Rapatrié en France, Cantat y finit sa peine et est libéré en 2007.

Et se pose alors la question, Bertrand Cantat et Noir Désir remonteront-ils sur scène, sortiront-ils un nouvel album ? La réponse ne tarde pas arriver. Après avoir mis deux titres en ligne et libre d’accès pour les internautes « Le temps des cerises » et « Gagnants/Perdants », les dissensions ne cessent apparemment de croître au sein du groupe au point qu’il finit par imploser avec le départ dans un premier temps d’une autre figure emblématique du groupe, le guitariste Serge Teyssot-Gay et l’annonce dès le lendemain de la fin de Noir Désir par le batteur Denis Barthe. L’ultime morceau de Noir Désir risque donc de se retrouver sur l’album hommage à Bashung « Bashung, douze artistes lui rendent hommage dans l'album "Tels" .

L’impossible réinsertion?

L’émotion et la souffrance de Jean Louis Trintignant :

Bertrand Cantat a été engagé par le metteur en scène Wajdi Mouawad pour composer la musique des chœurs et chanter ces chœurs avec d'autres sur scène dans sa pièce de théâtre "Des Femmes Les Trachiniennes,Antigone et Electre "de Sophocle La polémique démarre outre- Atlantique où certaines voix s’indignent de la venue de Bertrand Cantat au théâtre du Nouveau Monde à Montréal. A cette venue, ils opposent la législation qui interdit en principe au chanteur de pouvoir mettre le pied au Canada suite à sa condamnation en Lituanie. Et c’est à une sorte de pugilat que certains media se sont livrés accusant le théâtre de vouloir «faire applaudir un criminel ». Bertrand Cantat, éternel condamné ?

«Ce qu'il a fait c'est tuer une femme. Pour cela, il a fait quatre ans de prison. Ne pourrait-il pas se faire discret?Il s'est conduit comme une merde et il est l'homme que je déteste le plus au monde ». Cette déclaration de Jean-Louis Trintignant , père de Marie, fait suite à la divulgation de la participation de Bertrand Cantat au festival d’Avignon pour la même pièce. Et le célèbre comédien d’annoncer dans la foulée qu’il se retirait du festival où il devait se produire dans le spectacle « Trois libertaires du XXe siècle ».

Cantat jette l’éponge :

Dès lors, face à toutes ces pressions, Bertrand Cantat jette l’éponge «En apprenant hier la programmation des lectures de Jean-Louis Trintignant en Avignon, puis sa décision de ne pas être présent lors du festival, Bertrand Cantat a choisi, pour des raisons personnelles et par respect pour la douleur de Jean-Louis Trintignant, de ne pas participer aux représentations de la pièce Des femmes au festival d’Avignon, du 20 au 25 juillet», annonce dans un communiqué la compagnie Au Carré de l’Hypothénuse. Un peu plus tard, une autre nouvelle arrivait du Canada. Là aussi, l’ex chanteur de Noir Désir renonçait à monter sur les planches face à la vague d’indignation.

Si l’émotion et la colère de Monsieur Trintignant sont tout à fait compréhensibles et légitimes, s’il est par ailleurs tout à fait compréhensible qu’il ne veuille pas croiser dans le même festival celui qui restera l’assassin de sa fille, qu’en est-il des autres ? Bertrand Cantat mérite t-il un tel déferlement de haine de la part des médias canadiens ? Est-ce que son retrait répondra à la question de François Cluzet , père d’un des enfants de Marie Trintignant, et dont l’émotion paraît aussi être juste : «le problème de Bertrand Cantat, c’est qu’il a l’air de vouloir oublier ses responsabilités»

Les a t-il prises en se retirant ? Bertrand Cantat est-il condamné pour toujours à être vu comme un assassin, comme le coupable et non plus comme un artiste ? Ou a-t-il droit à une seconde chance comme il est coutume de le laisser croire lorsque qu’un coupable a purgé sa peine ? Cet homme peut-il et a-t-il le droit d’essayer de sinon vivre, du moins survivre sans que le moindre de ses faits et gestes soit monté en épingle par les médias ? Bertrand Cantat peut-il espérer un jour retrouver un semblant de vie ou est-il condamné à rester tapi dans l’ombre ?


Sur le même sujet