Cowboys & envahisseurs: un film hybride sans saveur

Mélangeant western et science fiction, cowboys et envahisseurs fait partie de ces films inconsistants qu'il n'est pas nécessaire d'aller voir.

Il faut voir ce film comme un pur divertissement, certes, mais quand ce divertissement confine à l’ennui, fait de scènes qu’on a du mal à raccorder les unes aux autres, on se dit qu’on y a perdu notre temps.

Synopsis  :

Quelque part au milieu du XIXè siècle en pleine conquête de l’ouest américain, des extraterrestres veulent eux aussi conquérir ces terres et mettre la main sur l’or, métal qu’ils convoitent et dont ils ont besoin tout autant que l’homme. En parallèle, un cow boy amnésique, Daniel Craig , se réveille dans les plaines de l’Arizona portant un mystérieux bracelet au poignet. Il débarque dans une petite ville dominée par un terrible colonel, Harrison Ford . L’accueil est froid mais les deux hommes n’auront pas le temps de s’affronter car bientôt surgissent les aliens…

Le film :

Les idées les plus incongrues ne sont pas forcément les meilleures, pour preuve, ce film. Cow boys et aliens n’a rien à offrir ou si peu. Adaptée de la bande dessinée du même nom, Cowboys & envahisseurs se veut un film de pure distraction sauf qu’il ne distrait que très peu.

Passée la scène de l’attaque de la ville par les envahisseurs, scène qui n’est pas sans rappeler quelques scènes de la guerre des mondes , non pas version Steven Spielberg , d’ailleurs producteur sur ce film, mais celle de 1953, où tout commence aussi par l’apparition d’ovnis dans le désert, passée cette scène, le film commence singulièrement à se liquéfier.

A la demande de Spielberg, les scénaristes ont notamment décortiqué La prisonnière du désert incarnée ici par Olivia Wilde , afin de multiplier les références au western classique. Cependant, à force justement de vouloir multiplier ces références, à force de vouloir multiplier les codes du genre western, les scènes se succèdent sans que le spectateur y trouve un réel fil conducteur ou un fil si ténu qu’il rend le scénario creux. Mieux, Les scènes se succèdent aux scènes et on attend toujours que les comédiens montrent qu’ils ont du plaisir à tourner dans ce long métrage…

En effet, si Harrison Ford, censé incarner un méchant au début de l’histoire, retourne sa veste et se retrouve dans la peau d’un personnage qu’il a maintes fois interprété, c'est-à-dire un râleur irascible mais au grand cœur, que dire de l’interprétation de Daniel Craig ? Vide ? Déshumanisée ? Robotisée ? Il fait aussi peur que les aliens et évoque plus l’invasion d’agents du KGB…Quant à Olivia Wilde, s’il est un rôle qui est inutile dans cette distribution, c’est bien le sien. Venue d’une planète détruite par ces mêmes aliens, elle est sur terre pour aider ses habitants, habitants auxquels elle ressemble trait pour trait. Etonnant non car elle est elle même une sorte d'alien? Sa planète serait-elle une seconde Terre? Bref, son rôle ne frise point le ridicule, il est ridicule avec un pseudo rebondissement final improbable. Il fallait bien une belle du désert… Enfin, les indiens, les pauvres, victimes pour l’heure, d’une double invasion, celles des cow boys et des aliens, ils s’allient aux visages pâles pour repousser l’ennemi venu du ciel, sachant que ces mêmes cow boys leur ont pris toutes leurs terres…Allez comprendre. L’homme blanc a encore le beau rôle car sans lui, sans nul doute que l’indien aurait été une nouvelle fois écrasé.

Et les aliens dans tout ça? Comme souvent, ils sont moches, repoussants, méchants et cruels,une sorte de synthèse de ce qu'il est possible de voir dans les films de science fiction comme Alien ou Predator...

En résumé, si vous avez du temps à perdre, inutile malgré tout de le perdre devant ce film de Jon Favreau ,

Titre original : Cowboys & Aliens

Long-métrage américain . Genre : Science fiction , Western

Durée : 01h57min Année de production : 2011, sortie le 24 août

Distributeur : Paramount Pictures France

COWBOYS & ENVAHISSEURS - Bande - Annonce

Sur le même sujet