Des monstres et des hommes : Un film d'une rare imagination

Balabanov signe avec « des monstres et des hommes » une œuvre tellement originale qu'elle laisse le spectateur pantois et dérouté.
39

Toute l'essence d'un cinéma russe onirique se révèle dans ce long-métrage qui ne peut qu'interpeller tant par sa réalisation, ses thèmes et ses personnages hors du commun.

Synopsis :

L'histoire de deux familles de Saint-Petersbourg au début du XXe siècle. Celle du docteur Stasov et sa femme qui ont adopté dix-sept ans auparavant deux enfants siamois originaires de Mongolie et la famille Radlov, beaucoup plus modeste. En parallèle, l'inquiétant Johann, venant juste sortir de prison, alimente son commerce de photographies érotiques en faisant flageller des jeunes filles par sa vieille Nanny.

Le film :

Un film onirique mais bien ancré dans une certaine réalité, celle de la Russie post révolutionnaire mais aussi la Russie post soviétique où les maîtres du jeu changent avec le petit peuple qui semble prendre le pouvoir sur une bourgeoisie normalement dominante. Ce petit peuple dont une partie est composée de petits truands qui ressembleraient à la mainmise d'une certaine ploutocratie sur le monde économique et financier russe d'aujourd'hui.

Et pour nourrir l'histoire, des personnages détonants pour beaucoup d'entre eux. D'un Yohann et son subalterne, truands et assassins sans scrupules, Yohann ne montrant que très peu d 'émotion sauf envers sa « Nanny » en passant par les frères siamois, Tolia et Kolia véritables bons chanteurs dont l'un tombe amoureux alors que le second tombe dans l'alcool jusqu'à la nanny totalement hors du temps fouettant les pauvres femmes sans comprendre ce qui lui arrive et répétant inlassablement la même phrase « pourquoi as tu tout sali ? » prétexte à la flagellation, Balabanov nous offre une galerie de personnages pour le moins singuliers . Des bourgeois, des employés de maison et des truands qui se rencontrent tous un moment ou un autre, des classes dominantes puis dominées puis les nouveaux dominants éliminés à leur tour sauf Polatov, l'opportuniste. Voilà comment en un film d'une heure trente, Balabanov résume le XXè siècle russe.

Tout ceci se déroule sous fond de commerce illicite à savoir des photographies érotiques bientôt remplacées par des petits films du même acabit, marche du progrès, de la modernisation et révolution industrielle obligent.

Ce long-métrage offre de multiples possibilités d'interprétation quant aux possible symboles ou allégories cachés mais il est avant tout un petit chef d'oeuvre d'imagination en ne citant par exemple que la couleur choisie pour filmer, le sépia qui donne ce côté début XXè siècle au film ou encore ces images incroyables de la traversée de St Pétersbourg sur une barque à vapeur. Toutes ces images sont portées par une magnifique B.O dans laquelle on retrouve Kolia et Tolia mais aussi Prokofiev

par exemple.

A travers ce long-métrage, le réalisateur russe fait preuve d'une grande maîtrise à tous les niveaux et offre au spectateur une œuvre étrange, bien au delà des codes classiques, une œuvre d'une grande originalité et qui pourrait rejoindre Freaks sur un point:Qui sont réellement les monstres ?

  • Film : « Des monstres et des hommes »
  • Bande-Annonce - Des Monstres et des Hommes
  • Réalisateur :Aleksey Balabanov
  • Acteurs :Sergei Makovetsky, Dinara Droukarova, Viktor Soukhoroukov
  • Genre : Drame historico-érotique
  • Durée :1h 33 min
  • Sortie en salles: 09 janvier 1999
  • Sortie DVD :8 Septembre 1999
  • Société de distribution : Océan Films
  • Nationalité : Russe
  • Interdit en salles au moins de 12 ans

Sur le même sujet