Des vents contraires : un drame sensible et émouvant

Les petits mouchoirs, voilà ce que vous devrez sortir si vous allez voir " Des vents contraires", un drame conçu avec justesse.
18

Adapté du best seller d'Olivier Adam, cette réalisation de Jalil lespert ne peut laisser insensible même les cœurs les plus endurcis. Tout y est juste, l'histoire, le jeu des acteurs, la musique pour que le film fonctionne et fasse verser sa petite larme.

Synopsis :

La vie de Paul bascule le jour où sa femme Sarah disparait subitement. Après une année de recherches infructueuses, Paul est un homme brisé, rongé par le doute et la culpabilité. Sa dernière chance est peut être de tout reprendre à zéro : déménager avec ses 2 enfants à Saint-Malo, la ville où il a grandi. Mais des rencontres inattendues vont donner à ce nouveau départ une tournure qu’il n’imaginait pas.

Le film :

C'est un mélo avec tout ce que pourrait contenir de consonance péjorative derrière ce mot. Oui mais voilà, Des vents contraires est un mélo réussi. Et tant pis pour les plus chafouins qui ne pensent qu'à être à contre courant du sentiment majoritaire. Oui, c'est profondément humain et ça c'est ça qui peut faire peur à certains, cette mise en avant des sentiments que peut avoir chacun d'entre nous. C'est une histoire mais une histoire qui peut cacher des bouts de réalité entre tristesse et espoir. Et c'est une histoire faite de rencontres entre gens dits normaux, des gens qui ont une vie ordinaire ce qui les rend d'autant plus identifiables et attachants. Certes, il y a peut être une surdose dans les violons à vouloir vraiment faire décrocher la petite larme à chacun des spectateurs mais cette larme peut venir à tout instant dans une séquence de désespoir ou au contraire de petite lumière dans un moment de fraîcheur dans des relations humaines simples.

Justement, le film ne serait pas ce qu'il est sans une bonne direction d'acteurs. En cela, Jalil Lespert confirme qu'il connaît non seulement le genre humain mais aussi les acteurs. Pas de fioriture, d'exagération, ce qu'il demande à ses comédiens n'est ni plus ni moins que profondément et quotidiennement humain. Et les comédiens le lui rendent bien. De Benoît Magimel (pas vu aussi performant depuis fort longtemps) à Isabelle Carré étonnante de sobriété, en passant par les seconds rôles Antoine Duléry et Ramzy Bedia qui n'ont de second que la dénomination de leur rôle car ils sont tous les deux très bons.

En résumé, des vents contraires est le mélo à voir en cette fin d'année et si pour les plus sceptiques, l'histoire leur fait peur, ils peuvent toujours aller le voir pour la photo, la Bretagne étant toujours aussi belle et qui plus est bien filmée ici même si aucun des personnages ne semble porter de noms bretons....

  • Film : "Des vents contraires" adapté du roman de Olivier Adam
  • Réalisateur :Jalil Lespert
  • Acteurs : Benoît Magimel, Isabelle Carré, Antoine Duléry, Ramzy Bédia
  • Genre : Drame lacrymal
  • Durée : 1H31
  • Sortie en salle : 14 décembre 2011
  • Distributeur : Universal Pictures International France

Sur le même sujet