Dos au mur : Un thriller divertissant à ne pas prendre au sérieux

Ce n'est certes pas le film de l'année mais « Dos au mur » se laisse regarder avec plaisir et paradoxalement sans prise de tête.

Un ancien Président aurait sans doute qualifier ce scénario « d'abracadabrantesque » et il n'aurait pas eu tort mais si on oublie tout le côté improbable, « Dos au mur » fait partie de ces longs-métrages qui se voient tranquillement mais qu'on oublie assez vite.

Synopsis :

Ancien flic condamné à la prison pour un vol dont il se dit innocent, Nick Cassidy a réussi à s’évader. Dans un célèbre hôtel de New York, il monte jusqu’à l’un des derniers étages et enjambe la fenêtre. Le voilà dehors, sur la corniche, au bord du vide… Lydia Mercer, négociatrice de la police, est chargée d’essayer de le convaincre de ne pas sauter. Plus la jeune femme tente de dénouer cette situation périlleuse, plus elle prend conscience que Cassidy pourrait bien avoir un autre objectif… Son geste a peut-être un rapport avec le mystérieux projet sur lequel travaille son frère. Pendant que l’ex-flic est au bord du vide et attire l’attention de toute la ville, beaucoup de choses se trament et trop de gens semblent s’intéresser à son cas. Les pièces du puzzle vont se révéler peu à peu, au risque de faire.

Le film :

Certes, avec un tel casting, il y avait probablement mieux à espérer mais « Dos au mur » reste un bon film du samedi ou dimanche soir. Bon d'accord, les ficelles ne sont pas grosses, elles sont juste énormes, les incohérences se multiplient tout au long du film (limite de la débilité par moment du style les flics se demandent durant des minutes entières qui est donc cet homme qui est sur le point de sauter? Parce qu'en plus ils ne trouvent aucune empreinte dans la chambre qu'il l'a louée..) Mais parce que c'est samedi ou dimanche soir, on n'a pas envie de se torturer les neurones et on veut bien jouer le jeu même si on ne croît pas à l'histoire.

Il y a donc une double suspense dans ce thriller, non pas à se demander si Nick ( Sam Worthington ) va sauter car si il le faisait,le film serait fini au bout de vingt minutes, non la question est pourquoi Nick ne saute pas et qu'est ce qu'il attend exactement ? Selon toutes les apparences, il est complice d'un cambriolage qui se déroule au même moment et qui dépasse le rocambolesque. Ce thriller est donc aussi un film comique et ce malgré lui . Un comique accentué par des pseudo faux- semblants : qui sont réellement les méchants et qui sont les gentils, des jeux de miroir qui se fendillent très vite .. Ed Harris n'a eu que trop rarement des rôles du bon côté de la barrière et ici, il ne déroge pas à la règle.

« Dos au mur » est donc une sorte de patchwork entre Inside Man , Phone Game et Les ripoux avec des ficelles et des fausses pistes toutes aussi énormes les unes que les autres mais qui se laisse voir. Le réalisateur danois Asger Leth offre ici son premier long-métrage de fiction et s'il est loin d'être à la hauteur de son collègue national Nicolas Winding Refn (réalisateur du très bon Drive ), il a peut être un avenir à Hollywood à condition tout de même d'exiger des scenarii un peu plus bétonnés et de prévoir une fin un peu moins prévisible...

  • Film : « Dos au mur » (Titre original : «Man On A Ledge »)

• Acteurs : Sam Worthington, Elizabeth Banks, Jamie Bell, Ed Harris

• Genre : Thriller mouvementé

• Durée :1H42

• Date de sortie : 15 février 2012

• Sociétés de production : Di Bonaventura Pictures et Summit Entertainment

• Sociétés de distribution : StudioCanal

• Nationalité :Américaine,

Sur le même sujet