Film "Cloclo" : la face cachée d'une star

Très loin de l'hagiogaphie, le film« Cloclo » peut surprendre les fans de la star car le portrait est par moments sans concession.

Qui dit biopic sous entend le plus souvent empathie profonde pour le personnage et c'est là le risque d'un écueil (voir The iron lady ) . Florent Emilio Siri n'en fait rien et dresse un portrait parfois peu amène de Claude François, star adulée dans les années 60/70.

Synopsis :

Cloclo, alias Claude François c’est le destin tragique d’une icône de la chanson française décédée à l’âge de 39 ans, qui plus de trente ans après sa disparition continue de fasciner. Star adulée et business man, bête de scène et pro du marketing avant l’heure, machine à tubes et patron de presse, mais aussi père de famille et homme à femmes…Cloclo ou le portrait d’un homme complexe, multiple ; toujours pressé, profondément moderne et prêt à tout pour se faire aimer.

Le film :

Florent Emilio Siri , le réalisateur aimait-il Cloclo ? On peut en douter au vu de ce biopic. A moins qu'il soit épris d'un profond sens de la vérité... En effet, Siri nous montre un Claude François loin de pouvoir faire l'unanimité, un Claude François envieux, capricieux, égoïste, prêt à tout pour atteindre les sommets et y rester, même à « sacrifier » sa famille qui passe pour une faire valoir, que ce soit ses enfants ou sa mère malgré une évidente fusion entre les deux... Mais, ce biopic explique au moins pourquoi la star était ainsi, ses blessures difficilement cicatrisables, une fuite d'Egypte, une relation avec le père faite de profondes écorchures à force de non dialogues. Et ce passé alimente tout autant sa fragilité que son ambition.

Siri n'en a tout de même pas fait exclusivement un monstre de son Claude François et il nous le montre parfois en état de grâce dans une réalisation totalement maîtrisée, nerveuse voire électrique par instant, une réalisation qui nous fait revivre, avec nostalgie pour certains les années 60/70/ avec à l'appui, costumes, paillettes...

Quant à l'interprétation de Jérémie Rénier , elle est tout simplement remarquable. Au delà de la très troublante ressemblance (tout comme Meryl Streep dans « The iron lady » mais qui est pour lors une hagiographie contrairement à Cloclo), il incarne le chanteur avec un brio stupéfiant. A ses côtés, Benoît Magimel n'est pas en reste en Paul Lederman, le producteur aux quelques déboires. Magimel est l'acteur qui ne cesse de surprendre depuis quelques films par sa nouvelle justesse dans ses diverses interprétations (voir Des vents contraires ). Sa dernière interprétation n'échappe pas à cette nouvelle règle et c'est tant mieux déjà pour lui puis pour les spectateurs.

« Cloclo » est donc un film à voir que l'on soit fan ou non de la star. Florent Emilio Siri (loin de ses premiers films Une minute de silence ou Nid De Guêpes mais dont on voyait déjà tout le potentiel du réalisateur) réussit ici un biopic fort sans concession qui pourrait choquer certains des fans qui s'étaient dressés un portrait angélique de leur star. Mais devenir star c'est souvent aussi à ce prix et Cloclo l'avait compris.

  • Film : « Cloclo »
  • Bande Annonce du film Cloclo
  • Réalisateur :Florent Emilio Siri
  • Acteurs :Jérémie Renier, Benoît Magimel, Monica Scattini
  • Genre : biopic acerbe
  • Durée :2h28 mn
  • Sortie en salles :14 mars 2012
  • Société de distribution : StudioCanal
  • Nationalité :française
  • Tout public

Sur le même sujet