Fright night 2011 : un remake sans surprise

Attendu au virage parce que remake d'un des films les plus marquants du genre dans les années 80, Fright night 2011, n'est pas à la hauteur de son aîné.

Pourtant fidèle sur divers aspects de Fright night version 1985, le remake, mouture Craig Gillepsie, peine à convaincre notamment parce qu’il a laissé de côté l’un des aspects fondamentaux du film de Tom Holland, l’humour.

Synopsis :

Charlie Brewster est au top : élève de terminale parmi les plus populaires, il sort en plus avec la plus jolie fille du lycée. Il est tellement cool qu’il méprise même son meilleur pote, Ed. Mais les problèmes vont arriver avec son nouveau voisin, Jerry. Sous les dehors d’un homme charmant, il y a chez lui quelque chose qui cloche. Alerté par Ed mais qu’il ne croira pas, Charlie après l’avoir observé, il en vient à l’inévitable conclusion que son voisin est un vampire qui s’attaque à leur quartier… Bien sûr, personne ne croit le jeune homme, qui se retrouve seul pour découvrir d’urgence un moyen de se débarrasser du monstre…

Le film :

Les remake, tout comme le plus souvent les adaptations de livres, sont assez décevants à l’image de Conan le barbare 2011 : Fright night, sans être franchement mauvais, ne déroge pourtant pas à la règle. Il n’a par rapport à la première version que très peu de valeur ajoutée voire pas du tout si ce n’est la 3D. Mais est ce en l’occurrence une réelle valeur ajoutée ?

Le Fright Night 1985 (vampire, vous avez dit vampire en V.F) de Tom Holland était déjà un teen-movie et dans la version 2011, si cet aspect est encore accentué il y perd aussi une bonne partie de l’humour de son aîné qui fait partie du charme du film. A comparer par exemple, les deux scènes de boîte de nuit où en 1985, elle était vraiment comique dans une sorte de parodie de danse lancinante pseudo érotique, scène totalement occultée dans la version 2011 qui ne retient que la morsure. 2011 se veut plus noire et dès lors trop sérieuse pour rester fidèle à 1985.

Tom Holland n’a pas hésité à jouer avec deux ou trois références tels que Le Loup Garou de Londres ou encore La Nuit des morts-vivants dans la fin de son film beaucoup plus réussie que la version 2011 qui semble finir en eau de boudin et ressembler presque plus à Vampires de John Carpenter dans cette chasse aux vampires. Craig Gillespie a choisi une fin beaucoup plus rapide et un combat beaucoup moins long avec le vampire. A tort, le face à face de 1985 dans la cave vaut son pesant d’or en faisant là aussi références à des productions vampiriques plus anciennes, et aurait très bien pu fonctionner aussi en 2011. Craig Gillepsie se prend beaucoup trop au sérieux, ne fait au résultat qu’un ersatz sans âme de la version originale et c’est dommage.

Quant à la distribution, si Colin Farrell tient son rang, il perd néanmoins tout le côté dandy amusant et kitch de Chris Sarandon dans l’interprétation de Jerry Dandrige et on regrettera par ailleurs la « sous-exploitation » de Toni Collette ,par ailleurs excellente dans la non moins excellente série United States of Tara , mais qui ne doit sans doute sa présence dans le film qu’au fait que ce soit Craig Gillepsie le réalisateur de la deuxième saison et que tous deux sont australiens. Pour le reste, Anton Yelchin et David Tennant sont juste à la hauteur dans des rôles qui n’ont plus rien d’extraordinaires, surtout pour le premier nommé.

Au bilan, ce remake resté fidèle sur certaines ficelles et aspects du scénario original, perd néanmoins quelques plumes par rapport à la version de 1985 et si ce n’est pas un film raté, il ne surpasse pas non plus son aîné.

Date de sortie cinéma : 14 septembre 2011

Réalisé par Craig Gillespie

Avec Anton Yelchin, Colin Farrell, Toni Collette

Long-métrage indiano-américain. Genre : Epouvante-horreur,

Durée : 02h00min Année de production : 2011

Distributeur : The Walt Disney Company France

Sur le même sujet