Kop et hooligans, une histoire violente.

Rentrés dans le vocabulaire du supporter de football, kop et hooligan ont des origines historiquesviolentes.
17

Un kop aujourd'hui désigne un groupe de supporters, et en général les plus fervents se réunissant dans une tribune spécifique. A l'origine cependant, le terme kop n'a absolument rien à voir avec le sport à moins que certains considèrent la guerre comme activité sportive. Pas plus qu'il n'était particulièrement voué à accueillir des hordes de hooligans.

De la guerre de boers...

Le mot Kop trouve son origine dans l'histoire coloniale anglaise. Spion Kop était le nom d'une colline en Afrique du Sud que l'armée anglaise tenta en vain de prendre d'assaut en 1900, lors de la Seconde Guerre des Boers (1899-1902) .

En Afrikaan (langue d'origine germanique parlée en Afrique du sud), Spion » signifie regarder ou espionner, et « Kop » (que l'on trouve aussi sous la forme de « Kopje » ) signifie colline. En fait, Ce sont les combats qui se sont déroulé sur cette colline, donc sur un terrain forcément incliné, qui entraîne l'assimilation de ce nom avec les tribunes populaires animées des stades de football.

Or, une grande partie des 900 soldats britanniques tués durant cet événement étaient originaires de la ville de Liverpool. Ainsi, Lorsqu'en 1905 fut construite la 2e tribune du stade Anfield Road , elle fut baptisée du nom de Spion Kop en hommage aux victimes de la bataille. Cependant, Liverpool ne fut pas le premier club à adopter ce terme mais bien l' Arsenal Football Club en 1904.

en passant par les hooligans:

C'est un être dit humain qui se croît supporter mais qui n'a au fond de lui qu'une seule unique pensée (pas deux, c'est trop pour lui): se battre avec les hooligans du club adverse. Tout cela sous fond en général de forte alcoolémie, ces rendez vous entre Hooligans abreuvés de bière, ont longtemps donné lieu à des pugilats sanglants et des faits divers sordides.

L'origine du mot hooligan paraît être multiple. Elle serait à chercher dans des rapports de la police londonienne datant de 1898 faisant mention d'un certain Patrick Hooligan, irlandais vivant à Londres, ivrogne de son état, ivrognerie qui l'aurait entraîné dans de nombreuses bagarres. Mais dans le même temps, une famille de ce même siècle et portant le même nom faisant montre de moeurs aussi dissolues que le fameux Patrick, lui disputerait la paternité de ce qui était alors un néologisme. Quoiqu'il en soit, le patronyme s'est transformé en nom commun pour désigner une personne alcoolisée et violente et par double extension pour désigner les supporters les plus primaires ou primates, c'est selon.

Jusqu'à la guerre des kops

A ujourd'hui, le mot est très populaire dans l'univers footballistique (pas moins de 144 000 000 de résultats sur Google lorsque vous tapez « Kop » comme requête!) et chaque club a son kop, du moins pour les clubs ayant connu les sommets de la hiérarchie du football.

Cependant, de par ses origines et par son emplacement derrière les buts, emplacement qui correspond donc aux places les moins chères dans un stade, les kops recrutant leurs membres parmi les classes les moins favorisées, sont devenus peu à peu des rassemblements de racistes haineux ne pensant qu'à une chose, la baston. L'histoire du foot dans les années 70-80 a alors été jalonnée d'affrontement entre kops de clubs adverses. Le but d'un hooligan était de montrer sa violence et par delà, un sentiment de supériorité, à l'égard des autres, supporters d'en face, le duo kop-hooligan a laissé derrière lui de tristes faits divers jusqu'au Drame du Heysel en 1985. Ce drame aurait du marquer l'apothéose et l'apogée de la bêtise du hooligan mais aussi des organisateurs qui faisaient alors fi de toute mesure de sécurité mais qui sera malheureusement dépassé en horreur par celui d' Hillsborough en 1989.

Le football et les supporters n'ont plus été les mêmes après ces deux drames. Les autorités anglaises ont fait la chasse aux hooligans, ont expurgé leurs stades pour permettre aux familles et enfants d'assister en toute sécurité à un match de foot. La France qui a connu ce phénomène plus tardivement a eu son lot de déboires avec des kops notamment au Parc des Princes e t ces pseudo supporters du PSG rassemblés dans feu le kop de Boulogne.

Aujourd'hui, dans tous les stades , hormis quelques exceptions, les kops se sont assagis, les hooligans ont disparu tant en Angleterre qu'en France. Cependant, le problème reste entier dans certains pays notamment en Ukraine et en Pologne , pays organisateurs de l' Euro 2012 laissant planer le spectre du hooliganisme sur la compétition

Sur le même sujet