La guerre de la fin du monde : tout droit vers l'Apocalypse !

Paru en 1981, ce foisonnant roman du Prix Nobel de Littérature 2010, Mario Vargas Llosa, est une des perles de la littérature sud américaine
33

C’est un beau, un très beau roman qui conduit tout droit le lecteur dans un combat fratricide entre républicains et tenants de la vieille société, illuminés christiques et un anarchiste qui croit en des lendemains meilleurs, un roman qui conduit le lecteur vers la fin du monde en plein désert brésilien.

Synopsis :

A la veille d’un nouveau siècle, la population brésilienne veut faire table rase du passé renversant pour cela l'empire portugais et voulant mettre à bas la société traditionnelle. Le pays se dote alors d'une République. Or, cette république n’est que le diable incarné pour les tenants de la société traditionnelle, notamment les prêtres. Parmi ce vacarme naissant où les divers camps s’apprêtent à s’affronter, un prophète, Antonio, rejetant la République et promettant l’Apocalypse, sert de guide spirituel à tous les gueux, clochards, prostitués, à tous les laissés pour compte du Brésil les amenant dans la traversée du désert du Nordeste pour fonder un phalanstère mystique. Cette nouvelle Babylone perdue au milieu du Sertao, se montre réfractaire aux nouvelles lois, à l’économie de marché ou encore le paiement de l'impôt. Le Conseiller, Antonio, et ses ouailles ne se préparent qu’à une seule chose, être digne d’être présentés au Seigneur quand viendra l’heure du jugement Parallèlement, un écossais, anarchiste et phrénologue, tente de se joindre à cette nouvelle communauté qu’il voit comme libertaire. Ainsi s’affrontent, se confrontent divers camps que tout peut opposer mais que des circonstances peuvent lier.

L’auteur

Né en 1936 à Arequipa au Pérou, il a été obtenu en 1993 la nationalité espagnole et vit désormais entre Lima, Madrid, Londres et Paris. L'écrivain est aussi connu pour ses opinions politiques. Tenté dans un premier temps par l'idéologie communiste, il a rejoint les idées libérales ces dernières années. Vargas Llosa a créé au Pérou un mouvement de droite démocratique baptisé Libertad. En 1990, il s'est présenté à l'élection présidentielle contre Alberto Fujimori . Grande figure de la littérature sud-américaine avec Gabriel Garcia Marquez , Mario Vargas Llosa est lauréat 2010 du prix Nobel de littérature. Vargas Losa qui avait déjà reçu plusieurs récompenses, notamment le prix Prince des Asturies en 1986 ou encore le Prix Jérusalem - en 1994, était pressenti depuis plusieurs années pour cette distinction.

Le roman :

Inspiré d’un épisode de l’histoire du Brésil, ce roman n’est plus ni moins qu’une réflexion philosophique sur le devenir de ce monde. Prenant d’un côté, les tenants du pouvoir de hier et de l’autre côté, ceux de la nouvelle République, il met entre les deux les paumés de la vie qui ne se retrouvent ni dans un camp ni dans l’autre. Les deux courants politiques sont de toute façon des pouvoirs autoritaires qui ne tiennent qu’à leur privilège. Aussi par le Conseiller, se présente à eux une troisième voie, celle d’un étonnant mélange de foi et d’aspirations libertaires. Or, cette nouvelle communauté est dangereuse pour le pouvoir établi et il faut l’écraser dans le sang, ce qui sera leur Apocalypse . L’armée est envoyée pour mettre fin à ce qui pourrait être le début d’une nouvelle ère qui ferait fi d’une hiérarchie pesante et coercitive car dans cette communauté, même si menée par un mystique gourou, souffle un fort vent d’espoir et de liberté, tout le contraire de ce que veut le pouvoir qui doit faire vivre le peuple dans la crainte et sous le joug d’un pouvoir fort.

C'est une superbe épopée, un époustouflant récit mené de main de maître par un auteur de talent, avec des personnages très divers, venant de tout horizon mais tous munis d'une personnalité marquante. Et même si par moment, le lecteur peut être éloigné de l’épicentre de l’histoire tant les personnages et leur destinée s’accumulent, il n’en reste pas moins vrai que, à l’image du roman sud américain, « la guerre de la fin du monde », est un roman foisonnant, riche en portraits, riche en constat et analyse qui laissent penser que les gueux n’auront décidément jamais le droit à la parole dans ce monde, que toute leurs revendications seront écrasées dans le sang même s’il faut s’y reprendre à quatre fois et que leur salut est ailleurs…L’actualité aujourd’hui semble en totale concordance avec ce sublime roman.

Mario Vargas Llosa, La guerre de la fin du monde(La guerra del fin del mundo), 1981, Folio, 700pages

Sur le même sujet