La Planète des singes

Des blockbusters sortis cet été, la Planète des singes, les origines, est sans doute le meilleur, film animal et humain avant d'être spectaculaire.
22

Comme souvent, il faut se méfier des grandes affiches annoncées et il était aussi légitime d’être prudent vis-à -vis de ce gros budget. A tort, la Planète des singes expliquant l’origine de la prise de pouvoir de l’animal sur l’homme est un film réussi.

Aux origines des origines :

Tout a démarré en 1963 avec le livre de Pierre Boulle  , la Planète des singes. Son livre fut adapté à l’écran pour la première fois en 1968 par Franklin J Schaffner , adaptation qui donnera lieu à quatre suites à savoir en 2è : Le Secret , 3è : Les Évadés , 4è : La Conquête et enfin 5è : La Bataille de la planète des singes avant qu’en 2001, Tim-Burton ne s’y mette à son tour dans une nouvelle adaptation loupée qui n’apportera rien de nouveau. Le réalisateur de ce préquel, Rupert Wyatt , apporte une nouvelle vision des évènements qui ont amené la domination de l’homme par le singe, avec réussite.

Synopsis :

Des scientifiques dirigés par Will Rodman, alias James Franco , expérimentent un traitement sur des singes pour vaincre la maladie d’Alzheimer. Et le traitement fonctionne, le père de Will, Charles interprété par John Lithgow , retrouve peu à peu ses capacités et une nouvelle jeunesse Mais leurs essais ont des effets secondaires inattendus : ils découvrent que la substance utilisée permet d’augmenter de manière impressionnante une activité cérébrale de leurs sujets. César est alors le premier jeune chimpanzé faisant preuve d’une intelligence remarquable. Adopté par les humains mais se sentant trahi plus tard par ceux-ci car mis en pension dans une animalerie-prison, il va étudier, apprendre, développer ses capacités jusqu’à mener le soulèvement de toute son espèce contre l’homme pour acquérir sa liberté.

Le film :

Rupert Wyatt a trouvé le juste équilibre entre réflexion, émotion et action. La progression dramatique du film est une totale réussite. Chimpanzé et enfant, César ne pense qu’à jouer même si en parallèle il développe des capacités hors du commun. Face à l’agressivité du monde qui l’entoure, il voudra défendre les siens et commence pour lui toutes les désillusions de ce monde dominé par les humains. Normalement mis en pension, César se retrouve en fait dans une prison où, tout comme ses congénères, il est maltraité.

La condition animale en question :

Se pose évidemment la question de la condition animale tant dans les laboratoires où ils ne servent que de cobayes que dans les animaleries qui peuvent ressembler à des mouroirs. Ainsi que le rapport de domination sadique que peut entretenir l’humain avec les animaux. Mais toute action peut avoir son effet boomerang et ici les humains vont l’apprendre à leur dépens quand César et ses troupes vont se libérer de leur géôle jusqu’à l’attaque finale sur le pont du Golden Gate qui n’est pas des moins spectaculaires. Ainsi, la narration et l’action progressent en parallèle sans que l’une ne prenne le pas sur l’autre jusqu’au climax visuellement très bien fait . Et ce film peut donc aussi être vu comme un film "animaliste".

La métamorphose de César:

Outre,une 3D savamment utilisée et les effets spéciaux inhérents, la métamorphose du personnage principal du film,César est impressionnante et touchante.César est ici interprété par un désormais habitué de la  Motion capture à savoir Andy Serkis , celui là même qui incarna le célèbre Gollum dans la trilogie Le Seigneurs des Anneaux . La métamorphose de César le voit peu à peu se rapprocher de la physionomie d'un être humain. Haussement de sourcil, regard plus appuyé, émotion développée jusqu’à ce qu’il se dresse sur deux pattes et devienne plus humain que certains homo sapiens considérés comme tel.

En résumé, s’il est un blockbuster de l’été 2011 qu’il faut voir, c’est la Planète de singes, les origines.

Date de sortie cinéma : 10 août 2011

Réalisé par Rupert Wyatt

Avec James Franco, Freida Pinto, John Lithgow,

Titre original : Rise of the Planet of the Apes

Long-métrage américain, Genre : Science fiction ,

Durée : 01h50min Année de production : 2011

Distributeur : Twentieth Century Fox France

Du même auteur :

Conan le barbare 2011 : En 3D et… trois neurones

Destination finale 5 : La grande faucheuse manque d'imagination

Cowboys & envahisseurs : un film hybride sans saveur

Sur le même sujet