L'affaire des quotas : fin de la France black blanc beur de 1998?

L'affaire des quotas suscite des remous et est sur le point de briser l'image de fraternité acquise par l'équipe de France championne du monde.
15

Le sélectionneur des Bleus, Laurent Blanc, qui avait dans un premier temps nié avoir tenu des propos qui pourraient être jugés discriminatoires, a présenté ses excuses. Insuffisant selon Lilian Thuram, qui s’est radicalisé envers son ancien coéquipier, appuyé par Patrick Viera. Au point de faire éclater le groupe 1998?

Dugarry s’oppose à Thuram...

L’affaire dite des quotas discriminatoires n’a pas fini de faire parler d’elle. Christophe Dugarry a tenu à s’exprimer à son tour et à s’opposer à Lilian Thuram. Et il ne mâche pas ses mots. Il a ainsi déclaré sur Infosport : «Ce qui me gène dans le comportement de Lilian Thuram, surtout quand je le vois s’opposer de manière aussi frontale à Laurent Blanc, c’est de vouloir passer pour le juge de la Cour suprême J’ai toujours l’impression qu’il veut donner des leçons de comportement à tout le monde en disant qu’il faut que certains fassent ceci et pas cela, comme avec Patrice Evra où il fallait presque le guillotiner parce qu’il était capitaine de l’équipe de France et qu’il n’avait pas voulu descendre du bus.»

...Qui est soutenu par Patrick Viera

De son côté Patrick Viera se montre aussi outré par les propos de son ancien coéquiper« Quand je lis qu'il (Blanc) a dit que Les Espagnols, ils disent : Nous, on n'a pas de problème. Des Blacks, on n'en a pas, ou Qu'est-ce qu'il y a comme grands, costauds, puissants ? Des Blacks, c'est scandaleux »

Mais Christophe Dugarry de rappeler l’unité qui avait alors soudé l'équipe de France pour remporter la Coupe du monde en 1998, en y ajoutant cependant un bémol: lorsqu’au soir de la victoire, Lilian Thuram aurait dit vouloir faire une photo uniquement avec les «Blacks», selon ses propres termes. Le défenseur avait alors été repris par Franck Leboeuf, qui lui aurait dit: «Lilian, qu'est-ce-que tu dis là? Imagine si nous, on avait dit "Allez, les Blancs, on fait une photo tous ensemble". Comment tu aurais réagi?» Cette volonté de faire une photo seulement entre joueurs noirs pourrait être aujourd’hui jugée discriminatoire, mais personne à l’époque n’aurait eu idée de voir dans cette initiative un acte raciste de la part de Thuram.

Et c’est ce que reproche aujourd’hui Christophe Dugarry à son ancien coéquipier à propos du sélectionneur. «C'est pour cela que je ne conçois pas que lui, il puisse sous-entendre que Laurent Blanc puisse être facho ou raciste parce qu'il aurait sorti les propos qu'il a sorti là. Il sanctionne, alors que lui aussi a pu dire des choses qui ont dépassé sa pensée.»

Dugarry et Lizarazu soutiennent Laurent Blanc

Quoi qu’il en soit, pour l’heure, ceux qui ont tant fait rêver la France du football en 1998 semblent s’entredéchirer. Les conséquences pourraient être un départ de la tête de la sélection comme le craint Dugarry: «Je suis inquiet aujourd'hui de voir Laurent Blanc éventuellement s'en aller. On le met en difficulté en pensant à le virer, mais il peut aussi démissionner.» L'ancien attaquant bordelais accuse également Lilian Thuram de pousser à ce départ: «Là, je lis dans les journaux sportifs qu'il faudrait virer Laurent Blanc. À travers son discours, il devrait faire preuve de tolérance, d'unité, de solidarité. Je le trouve dur, agressif.» Il est vrai que Lilian Thuram avait parlé de «scandale» puis, s’exprimant sur RTL , avait ajouté: «Ses excuses n’ont pas été à la hauteur de ce qui s’est passé.» Thuram juge Blanc fragilisé par cette polémique mais annonce aussi être persuadé que le sélectionneur des Bleus n’est pas raciste: «Je connais bien Laurent Blanc et je ne pense pas qu'il soit raciste. On en a discuté ensemble au téléphone mais je pense par contre que derrière, il y a une idéologie…» De là à ce que naisse par cette nouvelle affirmation de Lilian Thuram une nouvelle affaire, une nouvelle rupture entre les anciens internationaux…

Face aux attaques répétées auxquelles doit faire face Laurent Blanc, le consultant de Canal+ finit par conclure: «J’ai peur qu’il s’en aille, qu’il en ait marre de se faire agresser de la sorte. De manière très injuste. J’espère qu’il n’est pas trop tard.» Bixente Lizarazu, a quant à lui, déclaré « Je pense que chacun, Lilian Thuram, Patrick Vieira, doit prendre position : Laurent Blanc doit-il démissionner ? Faut-il couper la tête à Laurent Blanc ? Pour moi c'est non. Laurent Blanc doit rester" apportant ainis tout son soutien a son ancien camarade défense.

Avec cette affaire, il semble bien que la France black blanc beur ait pris un sérieux coup sur la tête et aura bien du mal à se relever. Cette tension est aussi et sans doute aggravée par un contexte général qui peut être tendu entre les diverses communautés qui composent la population hexagonale et dans lequel, dès lors, chaque terme, chaque prise de position peuvent être mal interprétés, mal compris ou exagérés.


Sur le même sujet