L'exposition virtuelle: une nouvelle forme de culture

Grâce à Internet et au numérique, les expositions changent de forme pour devenir virtuelle permettant ainsi l'accès à la culture à un plus grand public.
13

Depuis quelques années, il existe une nouvelle façon de transmettre le patrimoine par le biais d’internet et par un nouvel outil: l’exposition virtuelle.

Exposition virtuelle, essai de définition

A en croire Wikipédia , une exposition virtuelle se résume en ces quelques mots: « Une exposition virtuelle est une exposition diffusée sur internet… » Cette définition pour limpide qu’elle soit, ne résume pourtant que trop brièvement ce que peut être une exposition virtuelle mais aussi ce que ces deux termes associés peuvent entraîner comme ambiguïté. Tout un chacun peut-il considérer avoir réalisé une exposition virtuelle juste pour avoir numérisé et mis en ligne des documents ou photographies? A en croire l’étymologie du mot «exposer», il semblerait que cela soit insuffisant car «exposer» veut bien dire «montrer en expliquant». Il paraît donc incomplet et insatisfaisant de se contenter de mettre des documents sur internet sans autre explication et de lui attribuer l’expression d’exposition virtuelle même si celle-ci est peut être encore aujourd’hui plus une notion qu’un concept bien défini, une notion qui peut prendre diverses orientations mais qui ne peut pas se contenter d’être un «fourre-tout».

A quoi sert une exposition virtuelle?

Il existe deux dimensions dans l’exposition virtuelle, celle qui mettrait en avant par exemple les œuvres de Pablo Picasso ou le château de Versailles et celle, plus modeste, qui ferait découvrir des sujets culturels ou historiques bien moins connus mais pas moins utiles.

Si les détenteurs de fonds culturels ont pour mission de conserver le patrimoine, ils ont aussi pour autre mission de le transmettre. Or, certains documents ne sont pas physiquement communicables car trop fragiles ou à valeur marchande trop élevée. Ils restent donc inaccessibles au plus grand nombre. Mais, il existe aujourd’hui la possibilité de les numériser et les mettre en ligne et mieux, les mettre en ligne en concevant une exposition virtuelle et ainsi les valoriser.

L’exposition virtuelle peut déjà avoir dans un premier temps comme utilité de faire vivre un site, que ce soit le site d’une commune, d’un centre d’Archives, d’une bibliothèque ou tout autre institution. Elle peut accroître la fréquentation d’un site si elle plaît aux internautes qui peuvent revenir plusieurs fois la visiter et être tenté de naviguer sur les autres pages du site ce qui, par ricochet, rend celui-ci plus dynamique. Elle peut servir de vitrine en démontrant le dynamisme d’un institut culturel qui utilise les nouvelles technologies, instituts culturels qui pour certains, peuvent avoir encore une image «poussiéreuse». En second lieu, le but d’une exposition est de valoriser un ou des fonds culturels. Par cette façon de procéder, il s’agit de faire connaître ces fonds qui peuvent être parfois inaccessibles ou bien n’ont suscité jusque là aucun intérêt car méconnus. Et la conception d’une exposition virtuelle peut permettre aux tenants mêmes de ces sources culturelles de découvrir la richesse de leurs avoirs et d’acquérir de nouvelles connaissances car il faut fouiller les fonds, trier, choisir les thèmes et documents adéquats, les commenter, indiquer leur provenance, éventuellement interroger des personnes qui auraient vécu tel évènement ou dans un tel lieu auxquels serait dédiée l’exposition virtuelle.

Enfin, l’exposition virtuelle peut avoir pour objectif de raconter l’Histoire que celle-ci soit internationale, nationale ou locale. Une exposition virtuelle peut donc être l’occasion de faire sortir des «archives dormantes» dans le cadre de la commémoration d’un évènement historique national ou local, ou bien encore faire revivre la mémoire d’un quartier, d’un bâtiment. Elle permet donc de faire connaître à un autre public des faits, des lieux qui n’avaient jusqu’ici pas forcément été traités en profondeur. Elle ouvre des portes à un public plus large, plus éloigné qui ne peut se rendre sur les lieux de telle ou telle exposition. Enfin, l’exposition virtuelle peut avoir des avantages non négligeables par rapport à une exposition physique.

Virtuel versus physique

Une exposition virtuelle peut servir de relais à une exposition physique une fois que celle-ci s'est achevée. La conception d’une exposition sur panneaux demande beaucoup de temps, d’énergie pour une durée de vie limitée. En outre, les institutions culturelles sont parfois obligées d’externaliser leur exposition faute de lieu adéquat dans leurs murs, ce qui peut avoir un coût élevé contrairement à une exposition virtuelle qui peut avoir un prix de revient faible pour peu que les documents soient numérisés sur place et l'exposition conçue par un ou des salariés de l'institut.

Une exposition virtuelle permet aussi plus de souplesse. En effet, il paraît difficile voir impossible d’exposer le recto verso d’une page de livre ou de carte postale, ce que permet aisément l’exposition virtuelle. Enfin, par rapport à la durée, l’intérêt d’une exposition virtuelle par rapport à une exposition physique est indéniable dans la mesure où la première peut rester en ligne ad vitam aeternam alors que la seconde a souvent, comme dit auparavant, une espérance de vie moindre.

Le virtuel a donc quelques atouts à faire valoir par rapport au physique mais l’exposition virtuelle a encore du mal aujourd’hui à acquérir ses lettres de noblesse. Pour preuve, il est une expression souvent usitée pour mettre en opposition une exposition virtuelle et une exposition sur panneaux, c’est l’expression «exposition réelle» pour nommer la seconde, ce qui sous-entendrait qu’une exposition virtuelle n’est pas réelle. Or, celle-ci a bien une existence, elle est visible et s’appuie sur de la matière même si cette matière n’a pas de consistance physique. Aussi, opposer le virtuel au physique peut être inadéquat car le virtuel a aussi sa réalité et le démontre de plus en plus par la multiplication des expositions sur la toile.

Sur le même sujet