Malveillance : un thriller à vous déloger !

Quand la méchanceté naît de l'indifférence d'autrui, cela donne Malveillance, un film qui vous fera regarder votre concierge autrement.
18

Jaume Balaguero n'en est pas à son premier long métrage traitant du thème de la vie dans un immeuble puisqu'il avait notamment co-réalisé Rec . Ici, sous un aspect pervers, il s'insinue dans la vie des voisins et voisines à travers César, son concierge, un ami qui vous veut du mal...

Synopsis

César est un gardien d’immeuble toujours disponible, efficace et discret. Disponible pour s’immiscer dans la vie des habitants jusqu’à les connaître par cœur ; discret quand il emploie ses nuits à détruire leur bonheur, efficace quand il s’acharne jusqu’à l’obsession sur Clara, une jeune femme insouciante et heureuse.

Le film

Inabouti est le premier mot qui viendrait à la bouche ou à la plume lorsque l'on sort de la séance. En effet, Jaume Balagueró semble hésiter à aller au bout de ses intentions. Oui il y a de la tension et très palpable même, oui il y a aussi des frissons mais avec un sentiment de rester quelque peu sur sa faim. Non pas que cela manque de scènes sanglantes, Malveillance aurait pu tourner très vite au film gore et non plus au thriller psychologique, mais il manque sans doute de surprises, d'inattendu. Une fois que l'on a découvert que César était quelqu'un de vicieux voire limite pervers, on s'attend à plus de méchanceté, plus de cynisme mais Balaguero n'a pas osé semble t-il aller au bout de son propos comme si un reste de moralité et de conscience lui barrait la route, une route que par ailleurs César trouve libre devant lui, ne rencontrant aucune opposition pour réaliser ses méfaits, et c'est peut être cet aspect qui laisse un léger goût d'inachevé.

Cependant, Malveillance offre une galerie de portraits et de voisins que tout un chacun considère comme familiers, connus. Or, qui connaît qui réellement ? Et surtout, qui connaît César le concierge, brillamment interprété par Luis Tosar , un concierge que pourtant, tout le monde voit et côtoie tous les jours mais dans une totale indifférence et qui dès lors sévit la nuit (mais sans griffe, ce n'est pas Freddy tout de même) . Et c'est à travers cet égoïsme de plus en plus accru de chacun vis à vis des autres que le réalisateur semble juger une nouvelle fois les affres d'un système économique et de la crise financière et morale qui en découle. Ainsi, César ne serait que la conséquence ou bien est-ce le symbole de ce monde cruel.

Et il n'en reste pas moins vrai que ce film est un vrai thriller psychologique où il règne constamment un malaise, une cruauté cachée chez chacun d'entre les protagonistes, cruauté déjà visible chez une petite fille de neuf ans. Si Malveillance, de forte inspiration hitchockienne, ne peut être mis au rang des chefs d'oeuvre du genre, comme Shining , il est un très bon film qui vous fera griffer vos accoudoirs de fauteuil. A voir en V.O et pour un plaisir sadique d'accompagner César dans ses méfaits car l'angle le plus judicieux de ce film est semble t-il de rendre le spectateur complice du concierge jusqu'à la fin, une fin inattendue...

  • Film « Malveillance »
  • Réalisateur : Jaume Balagueró
  • Acteurs : Luis Tosar, Marta Etura, Alberto San Juan
  • Durée : 1H42
  • Genre :Thriller...malveillant
  • Sortie en salles : 28 décembre 2011
  • Nationalité : Espagne
  • Distributeur : Wild Side Films / Le Pacte

Les crimes de Snowtown : une peinture macabre de l'humain

Sur le même sujet