Marine Le Pen:son père peut-il lui nuire pour la présidentielle?

Alors qu'elle s'efforce de policer l'image du Front national, son père, Jean-Marie Le Pen, la rappelle à ses vieux démons avec un nouveau dérapage.

En retrait désormais de la vie du Front national, Jean-Marie Le Pen n’en finit pas avec les déclarations fracassantes qui pourraient à terme nuire à sa fille, Marine Le Pen, pour l'élection présidentielle.

Un président d’honneur présent, trop présent ?

En retrait ces derniers jours, semble-t-il depuis la publication de photographies la montrant entourée de cranes rasés ressemblant fort à des sympathisants de l'idéologie nazi, la nouvelle présidente du Front national n’avait peut être pas besoin des dernières déclarations de son père dans sa tentative de redorer le blason de son parti.

Interrogé dans France Soir sur sa famille, Jean-Marie Le Pen dans le rôle du bon père, ne peut que la défendre, ce qui est jusqu’ici assez normal. Mais lorsqu’il s’agit de passer aux questions politiques et surtout aux questions sur l’immigration, l’ancien trublion de la politique française ne peut s’empêcher un énième dérapage : "Savez-vous qu'il y a des villes en France qui sont déjà majoritairement étrangères ? Roubaix, 60 % d'immigrés maghrébins ! Si vous attendez le jour où ça brûle pour en prendre conscience, il sera un peu tard. Vous avez vu les foules en Egypte, en Tunisie, en Syrie ? Le jour où vous avez une foule comme ça qui descendra les Champs Elysées ! (…) Qui les arrêtera ? Et s'ils descendent les Champs Elysées, ce ne sera pas pour faire joujou. Par exemple, ils veulent sodomiser le Président. Ils se donnent ça comme objectif : arriver jusqu'à la grille du Coq, l'enfoncer, et ensuite " le " sabrer ? Je répète : qui les arrêtera ?"

Peut-on encore parler de dérapage verbal à ce niveau ? Il semble que ces propos relèvent bien plus de la paranoïa et du délire d’un homme que d’une réalité plausible. Et il est possible que Jean-Marie Le Pen ne croit pas du tout lui-même à ses paroles. Cependant, l’objectif de cette diatribe est toujours le même, faire peur au bon peuple « français » et la cible toujours identique, l’étranger. Ce monologue délirant fait suite à de nombreux autres dérapages qu’il est impossible de tous énumérer comme par exemple sa déclaration sur l’achat de sa maison pour que sa famille puisse voir des vaches et non des Arabes dans le XVe arrondissement de Paris jusqu’à son très douteux jeu de mot sur l’ancien ministre Durafour qui date de 1988.

Le père peut-il faire du tort à sa fille ?

C’est à priori ce que peut craindre Marine le Pen. En effet, alors qu’elle a mis en marche la machine à reluire le Front National, alors qu’elle s’évertue à toucher un nouvel électorat et qu’elle est en passe de réussir, les déclarations du patriarche pourraient bien anéantir tout le travail accompli. Marine Le Pen tente de faire quelque peu oublier le discours de son parti diabolisant systématiquement les immigrés, même s’ils restent sa cible principale. Elle arrondit les angles en jouant sur la fibre émotionnelle d’une France qui ne peut tous les accueillir même si elle compatit à leur triste sort. Malheureusement, pour elle, ces propos désormais politiquement corrects, le vieux tribun, 82 ans, ne peut s’empêcher de les annihiler en retournant à ses vieux démons imaginant des hordes de barbares envahissant la France, un discours que Marine Le Pen évite de tenir du moins sous cette forme.

Ainsi, Jean-Marie Le Pen, en quelques déclarations fracassantes, pourrait très bien réduire à néant tous les efforts accomplis par sa fille depuis qu’elle est à la présidence du Front national pour policer le discours de son parti. Mais le père est là pour rappeler que de discours, seule la forme a changé, le propos et le fond restent les mêmes

A lire:

Marine Le Pen au second tour en 2012 , est ce inexorable?

Sur le même sujet