M.M.A : Sport ou nouveaux jeux du cirque ?

le M.M.A ou mixed martial art ce nouveau sport de combat à la mode peut être d'une rare violence mais conquiert de plus en plus de fans
37

De plus en plus populaire, le mixed martial art, traduisible par art martial mixte ou complet, suscite un réel engouement auprès d'une partie du public. Mais que veut-il y voir ? Du combat ou du sang ? L'expression des arts martiaux ou un homme se prendre une salve de coup de poing alors qu'il est immobilisé au sol ?

Héritier du pancrace

La filiation ou l'affiliation du M.M.A avec le pancrace est une évidence. En effet, le pancrace (pankration en grec) était une forme de lutte grecque permettant tous les coups. Cette discipline faisait partie des jeux olympiques de la Grèce antique. Ce style de combat était très complet puisqu'il permettait des échanges debout (sparring) et au sol (grappling ou wrestling) associant donc ce qu'il convient d'appeler le pugilat et la lutte. Le sport n'a alors que deux règles, ne pas mordre et ne pas frapper aux yeux. Le combat ne se finit qu'avec l'abandon d'un des deux adversaires, abandon signifié par un tapotement de la main ou bien par son état inconscient. Nul doute que beaucoup de concurrents ne se sont jamais relevés de l'arène. Et le M.M.A a repris nombre de ces codes.

Le vale tudo ou M.M.A brésilien:

Un temps disparu au profit d'autres sports de combat, le pancrace refait son apparition au début du XXè siècle sous l'impulsion de diverses écoles et divers formes de combat. Cependant, le renouveau du combat libre démarre au Brésil avec ce qu'il est convenu d'appeler le vale tudo signifiant littéralement « tout est permis », ce qui rien que par la traduction, peut laisser présager le pire, le Brésil étant un des pays rois du jiu-jitsu. De fait, le vale tudo a la réputation d'être d'une rare violence et ne se pratique quasi exclusivement qu'au Brésil alors que d'autres fédérations et franchises M.M.A ont quelque peu réglementé les combats libres.

M.M.A version UFC :

Alors que plusieurs sport de combat semblent tomber en désuétude, telle que la boxe anglaise, le M.M.A est en pleine ascension notamment dans le cadre de véritables shows organisés dans de grandes salles pouvant rassembler pas moins de 50 000 spectateurs. Qui plus est, ces shows sont depuis quelques années retransmis à la T.V en pay-per-view et attirent de plus en plus de téléspectateurs qui se comptent par millions.

Au début l'U.F.C, Ultimate Fighting Championship pouvait ressembler à Fight Club , la première règle étant qu'il n'y avait pas de règles ou peu de règles. Pas de catégories de poids, pas de limite de temps. Et le terme pugilat pouvait alors prendre tout son sens, des combattants se faisaient bel et bien massacrés devant des spectateurs avides de sang et devant l'effroi de certains.. Peu à peu, des règles ont été instaurées, des jurys mis en place pour déclarer un vainqueur alors qu'auparavant, il fallait attendre « l'agonie » d'un des deux combattants ou son abandon, ce qui pouvait parfois prendre des heures. Des catégories de poids ont également été mises en place évitant ainsi des situations insensées, un poids lourd face à un poids léger. Et l'arbitre peut désormais arrêter le combat quand il veut.

Cependant, et malgré toutes ces règles, le M.M.A reste un sport d'une rare violence. Aujourd'hui, les pugilistes sont des athlètes surentraînés, complets pratiquant toute sorte d'arts martiaux, karaté, lutte, boxe, muay thaï, prêt pour beaucoup d'entre eux à tous les cas de figure de combat, debout ou sol. Ils peuvent encaisser un nombre incroyable de coups (à l'aide de psychotropes comme l'avait laissé entendre Ariel Wiezman dans son documentaire ;Free fight : Les Nouveaux Gladiateurs?). Le summum ou le pire de la violence étant atteinte lors de ce qu'il est convenu d'appeler Ground And Pound , c'est à dire le « massacre » à coups de poing du visage d'un des combattants à terre.

L'effet octogone

L'octogone est la nouvelle arène. Appelé aussi la cage, l'octogone est la surface sur laquelle se déroulent les combats, surface entourée d'un grillage...Et par ce fait, il est évident que les combattants peuvent être assimilés à des gladiateurs car prisonniers d'une enceinte. Le spectateur attend alors « la mise à mort » d'un des deux protagonistes.

Il n'est pas question de remettre en cause le statut de sportif de haut niveau des pugilistes de M.M.A. Cependant, ces combats d'un nouveau genre, où le sang semble primer sur l'art du combat, même après avoir été réglementés, ne peuvent-ils pas être une fenêtre ouverte à des dérives comme par exemple en Angleterre où à 8 ans, ils combattent dans une cage . Et nombre de combats clandestins se déroulent à travers la planète au nom du M.M.A laissant des amateurs avec des séquelles irréversibles voire pire. Et quand le spectateur en aura marre de l'U.F.C parce que trop réglementé et pas assez sanguinolent, que se passera t-il ? Une nouvelle surenchère dans la violence ? Et dès lors, retour aux jeux du cirque ?A moins que l'on passe directement au combat de robots comme le laisse suggérer Hugh Jackman dans le film Real Steel .

Quoiqu'il en soit, le combat libre a pour l'heure de plus en plus de fans à travers le monde au point de trouver place au cinéma Warrior 2011 Le M.M.A ce peut être donc pour le meilleur ou pour le pire...

Sur le même sujet