Piss Christ : du scandale à la destruction!

L'œuvre de l'artiste américain Seranno heurtait les croyants, certains d'entre eux sont passés à l'acte en détruisant la photographie. Retour au Moyen Age
31

Où est le scandale désormais ? Toujours dans l’audace d’Anders Seranno d’avoir osé concevoir cette œuvre « Piss Christ » ou dans sa destruction ?

Les intégristes passent à l’acte :

Durant la semaine, le musée d’Avignon avait déjà fait part de son désarroi face au « harcèlement extrémiste » dont il était l'objet de la part d'associations intégristes, notamment Civitas, à l’origine de la campagne de manifestations mais aussi de l'archevêque, Mgr Jean-Pierre Cattenoz qui voulait le retrait de la photographie qu’il jugeait comme une « profanation à la veille du vendredi saint ». En face, Eric Mezil, directeur du musée avait refusé d’enlever l’œuvre s’appuyant sur le fait qu’en France, le délit de blasphème n’existe pas.

L’œuvre de l’artiste américain d'Andres Serrano réalisée en 1987 et provoquant polémique depuis ce temps, œuvre qui représente un crucifix en plastique plongé dans un verre d’urine, urine de l’artiste et qui était exposée au musée d’art contemporain d’Avignon, a été détruite ce dimanche 17 avril dans la matinée. Alors qu’oppositions, manifestations et colères ne cessaient de s’exprimer et de s’intensifier : Piss Christ : la photographie qui fait scandale , une nouvelle manifestation s’est déroulée dans les rues d’Avignon ce matin contre l’œuvre et certains manifestants ont réussi à pénétrer dans le musée et à s’en prendre, selon certaines sources, à la photographie à coups de pioche et de marteau détruisant aussi une seconde oeuvre. « Piss Christ » fait partie de l’exposition « Je crois aux miracles ». Comme le reste de l'exposition, elle avait pour but de commémorer les dix ans de présence de la collection Lambert dans la cité des papes.

Nul ne sait qui a détruit la photographie mais beaucoup soupçonnent des militants catholiques d’être à l’origine de cette destruction et certaines sources parlent de deux jeunes hommes d’une vingtaine d’années qui pourraient même avoir un lien avec l’extrême droite.

Qu’est ce qui est le plus scandaleux : L’œuvre ou sa destruction ?

Désormais, le scandale a semble t-il changé de camp. Il est possible de comprendre qu’une œuvre telle que Piss Christ puisse heurter la sensibilité de certains et par extension ces croyants qui ne peuvent se reconnaître dans une telle conception artistique qu’ils jugent blasphématoire. Il est sans doute aussi légitime de leur part de manifester leur désapprobation par des voies légales. Mais qu’en est t-il quand certains d’entre eux en arrivent à atteindre des extrémités comme celle d'attaquer physiquement ces œuvres car contre leur goût ? Et pour détruire la photographie, il n'y avait donc qu'un pas que certains ont osé franchir démontrant par ce geste toute la tolérance dont ils sont capables, c'est-à-dire aucune. Ces intégristes dignes d'une période d'un Moyen Age des plus obscurs, ces extrémistes, voire fascisants, rejoignent par cet inqualifiable geste ceux que d'autres ont pu faire durant une nuit appelée « la nuit de cristal », c’était en novembre 1938 …

Sur le même sujet