Sherlock Holmes : Survolté !

A ceux qui aiment quand cela bouge tout le temps, ce film est fait pour eux. Action, action et encore action et un tout petit peu de réflexion.
19

Guy Ritchie s'emploie t-il à désacraliser le personnage de Sherlock Holmes ? A voir ces deux opus sur le héros de Conan Doyle, on pourrait le croire. Action, amusement, auto-dérision, Guy Ritchie conserve ses trois AAA .

Synopsis

Sherlock Holmes a toujours été réputé pour être l'homme à l'esprit le plus affûté de son époque. Jusqu'au jour où le redoutable professeur James Moriarty, criminel d'une puissance intellectuelle comparable à celle du célèbre détective, fait son entrée en scène… Il a même sans doute un net avantage sur Holmes car il met non seulement son intelligence au service de noirs desseins, mais il est totalement dépourvu de sens moral. Partout dans le monde, des crimes portent tous la marque du sinistre Moriarty. Tandis que leur enquête les mène en France, en Allemagne et en Suisse, Holmes et Watson prennent de plus en plus de risques. Mais Moriarty a systématiquement un coup d'avance et semble tout près d'atteindre son objectif. S'il y parvient, non seulement sa fortune et son pouvoir seront sans limite, mais le cours de l'Histoire pourrait bien en être changé à jamais…

Le film

Ne surtout pas attendre un scénario digne d'être appelé ainsi. Ici, il frise le débile avec un Moryarty, la Némésis d'Holmes, qui fomente contre le monde, un scénario qui n'est prétexte qu'à une succession de scènes survoltées. Guy Ritchie fait dans la démesure tant au niveau de l'action qu'à celui de ne pas se prendre au sérieux lorsqu'il filme son Sherlock. Cependant, le contre coup est qu'il en fait un Sherlock fatigant, pas attachant voire énervant qui ne se singularise que très peu, trop peu par ses traits de lumière et de réflexion. Son personnage et par ricochet Robert Downey Jr est très très crispant et antipathique. On lui préférera décidément le flegme de son compagnon le docteur Watson alias Jude Law .

Le but est donc de faire un énorme divertissement,mais celane devrait pas empêcher le réalisateur de s'émanciper des effets spécioaux sur lesquels il s'appuie que trop les accumulant sans fin. Ajoutés à ceux là, une musique assourdissante comme dans le premier opus, une musique que par moment on entend plus qu'on ne voit les images, le film peut s'avérer par moment éprouvant.

Sherlock Holmes est donc un film 100% adrénaline qui mise tout sur l'action, la vitesse, une caméra tourbillonante et des éllypses de plan pour donner encore plus de vitesseafin de prendre le spectateur dans un tourbillon et c'est réussi.

Les amateurs du premier Sherlock version Ritchie ne pourront qu'apprécier en voyant de l'action, un réalisateur qui s'amuse avec les codes et l'auto dérision des personnages même si c'est loin d'être toujours fait dans la finesse. Une seconde catégorie pourra aimer aussi mais passera vite à un autre film,une troisième catégorie restera hermétique à un cinéma qu'il ne ne peut trouver qu'inutile, fatigant et indigeste. Enfin, une quatrième catégorie concernant les inconditionnels de Arthur Conan Doyle , pourrait crier au scandale en voyant leur duo de héros massacré dans ce vingt et unième siècle...

Mais au moins, Guy Ritchie ne prend pas le spectateur en traître en ayant déjà annoncé la couleur et la substance (ou la non substance) de son héros et de son film dans le premier chapitre. Sherlock Holmes deuxième du nom version Ritchie n'est donc ni plus ni moins décevant que le premier, il peut distraire... Et c'est déjà ça.

  • Film « Sherlock Holmes 2 : Jeu d'ombres » (titre original : Sherlock Holmes: A Game of Shadows )
  • Réalisateur Guy Ritchie
  • Acteurs : Robert Downey Jr., Jude Law, Noomi Rapace
  • Durée : 1H40
  • Genre : Aventures bruyantes
  • Sortie en salles : 25 janvier 2012
  • Distributeur :Warner Bros. France
  • Nationalité : Américaine

Sur le même sujet