Silent Hill Révélation 3D... Mais de quoi?

On reste quelque peu perplexe devant un tel film que rien ne sauve de la médiocrité.Très insuffisant même pour les fans du jeu et du genre.

L'ennui jusqu'au bout de l'horreur et vice et versa. Il ne suffit pas d'aligner quelques noms prestigieux sur l'affiche pour prétendre faire un long-métrage digne d'être appelé ainsi. Silent hill Révélation est un film qui sera vite, très vite oublié.

Synopsis :

Depuis son plus jeune âge, Heather Mason a l’habitude de changer d’adresse très souvent avec son père. Sans vraiment savoir pourquoi, elle fuit. Pourtant, cette fois, elle est piégée. Pour sauver celui qui avait toujours réussi à la protéger et découvrir qui elle est vraiment, Heather va devoir affronter un cauchemar qui devient de plus en plus réel…Silent Hill.

Le film :

Ne pas faire un copier/coller d'un jeu quand on l'adapte sur grand écran peut paraître logique mais cela n'empêche pas d'écrire un scénario qui tienne la distance, qui tienne une petite heure et demie de film. Or, dans silent hill ce n'est pas le cas. Par des raccourcis de couloir, car il y en a beaucoup dans le film comme dans le jeu, le réalisateur, Michael J. Bassett, rallonge sa bobine pour faire tenir la distance à son œuvre faute d'imagination. Un scénario bâclé, une histoire alambiquée, des jeux d'acteurs en deçà de la moyenne et qui ne croient pas du tout en leur sujet, Silent Hill n' a très peu, que trop peu d'éléments positifs pour séduire le public.

Il y a certes un peu d'horreur, il y a certes de l'hémoglobine, il y a certes des décors et une ambiance, d'horribles créatures, d'autres grotesques, mais c'est loin d'être suffisant pour que le spectateur ressente quoique ce soit, trouve les sensations qu'il est venu chercher quand il va voir un film genre horreur/épouvante. Et ce n'est pas la 3D moyennement exploitée qui peut sauver l'ensemble du naufrage.

Les acteurs quant à eux sont à la limite de l'affligeant et c'en est triste lorsque l'on voit la distribution. Que sont venus faire dans cette galère les Carrie -Anne Moss (pourtant vue dans notamment Matrix et Memento !), Sean Bean ou Kit Harington (pourtant l'un et l'autre excellents dans les non moins excellents Le Trône de fer : Game of Thrones ) ? Mais comment faire pour défendre un film qui frise le genre navet ? C'est tout le challenge qui leur était proposé et qu'ils n'ont pas réussi à relever ou si peu. La palme revient tout de même à l'héroïne du film, Adelaide Clemens , qui à force de surjouer la peur à renfort de grands et pénibles cris, et autres sentiments, passe à totalement à côté de son sujet, tout comme le réalisateur qui y a pourtant mis tout son sérieux et s'est pris au sérieux pour réaliser ça. Désolant. A Silent Hill Révelation (qui ne révèle en fait rien ou si peu), on préférera largement le premier opus...

Ainsi, à force de tirer sur la ficelle du genre épouvante/horreur, le filon commence semble t-il sérieusement à s'épuiser. Heureusement qu'il reste encore des réalisateurs inventifs qui ne se prennent pas au sérieux, s'amusent et peuvent nous pondre des films comme La cabane au fond des bois ....

Sur le même sujet