Source Code : un thriller futuriste

Pour son deuxième long-métrage, Duncan Jones ne révolutionne pas le genre mais livre un film de Science-fiction/thriller de bonne facture.

Posant quelques questions existentielles sous fond d’enquête et de lutte contre le terrorisme, Source Code atteint son but en tenant le spectateur en haleine.

Synopsis :

Colter Stevens se réveille en sursaut dans un train à destination de Chicago. Amnésique, il n’a aucun souvenir d’être monté dedans. Pire encore, les passagers du train se comportent avec lui avec familiarité alors qu’il ne les a jamais vus. Désorienté, il cherche à comprendre ce qui se passe mais une bombe explose tuant tout le monde à bord. Colter se réveille alors dans un caisson étrange et découvre qu’il participe à un procédé expérimental permettant de se projeter dans le corps d’une personne et de revivre les 8 dernières minutes de sa vie. Sa mission : revivre sans cesse les quelques minutes précédant l’explosion afin d’identifier et d’arrêter les auteurs de l’attentat. A chaque échec, les chances de pouvoir revenir dans le passé s’amenuisent. Alors qu’il essaie d’empêcher l’explosion, ses supérieurs lui apprennent qu’un deuxième attentat est en préparation en plein cœur de Chicago et qu’il ne s’agit plus de protéger les quelques passagers du train mais la ville toute entière. La course contre la montre commence…

Le film :

Réalisé par Duncan Jones , Source code, s’il n’a rien d’exceptionnel, n’en est pas moins un bon film mélangeant le genre thriller et Science fiction. La première partie pourrait évoquer, certes dans un tout autre style, mais qui repose sur le même concept, Un jour sans fin ou encore ce film plus proche et plus ressemblant, le médiocre Déjà vu . Le point commun avec ce dernier est la volonté de transformer le passé pour sauver des vies dans le futur.

Cependant, Source Code pourrait aussi s’approcher de Matrix par une autre de ses facettes, à savoir la réalité virtuelle. Ce que je vis, existe-il, ou pas ? Moi-même, suis-je réel ou pas ? La réponse semble en l’occurrence se trouver à mi-chemin. En effet, rescapé mais plutôt mort que vivant, de la guerre d’Afghanistan, le héros Colter Stevens a encore une activité cérébrale, cerveau dans lequel est intégré le fameux code source qui lui sert à remonter le temps mais qui lui fait perdre tout repère spatio-temporel. Enfin, de voir Colter Stevens réduit à un tronc avec pour seul organe vivant le cerveau, n’est pas sans rappeler un certain Johnny Got His Gun .

Si le film peu paraître quelque peu répétitif, il n’en reste pas moins vrai que la progression de l’enquête dans le train est captivante. Chaque nouvelle séquence démarrant avec la même scène de face à face dans le train entre Jake Gyllenhaal (vu notamment dans Jarhead - la fin de l'innocence , Le Secret de Brokeback Mountain ou encore Zodiac ) et Michelle Monaghan ( Somewhere L'Œil du mal …), amène donc le héros Colter Stevens à découvrir peu à peu de nouveaux éléments pour atteindre son but. C’est une sorte de huis clos dans un train et lorsque Jake Gyllenhall revient à « une réalité », il se retrouve dans un caisson, coupé du monde.

Une fois la vérité découverte, la tension retombe et fait plonger l’histoire dans un « pathos » quelque peu inutile mais cette fin soulage aussi car Duncan Jones et les scénaristes ne sont pas tombés dans le panneau d’un terroriste venu d’ailleurs et qui aurait la peau un peu bronzée. Enfin, la toute fin peut laisser quelques uns perplexes d’un espoir d’une vie après la mort ,d’une vie qui serait dans la prolongation de notre vie présente…

Au bilan, Source code est donc un bon divertissement devant lequel il y a possibilité de passer un moment agréable et haletant.

Date de sortie cinéma : 20 avril 2011

Film disponible en DVD et Blue-ray depuis le : 31 août 2011

Réalisé par Duncan Jones

Avec Jake Gyllenhall, Michelle Monaghan, Vera Farmiga,

Long-métrage franco-américain. Genre : Thriller futuriste

Durée : 01h33min Année de production : 2011

Distributeur : SND

Du même auteur:

La Planète des singes (2011): un film animaliste réussi

Conan le barbare 2011 : En 3D et… trois neurones

Sur le même sujet