The Artist

Faire du beau avec du simple, tel est le défi relevé et réussi par Michel Hazanavicius. Un beau film n'attendant plus que des récompenses méritées.

Passer de la gloire à l'anonymat parce que le cinéma a découvert cette capacité à émettre les voix des acteurs voilà ce que subit Georges Valentin alias Jean Dujardin dans un film qui rend hommage et au cinéma et aux artistes et à leur destinée qui peut tenir à un filet de voix.

Synopsis :

Hollywood 1927. George Valentin est une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. L'arrivée des films parlants va le faire sombrer dans l'oubli. Peppy Miller, jeune figurante, va elle, être propulsée au firmament des stars. Ce film raconte l'histoire de leurs destins croisés, ou comment la célébrité, l'orgueil et l'argent peuvent être autant d'obstacles à leur histoire d'amour.

Cinéma d'auteur et populaire:

Associer ces deux qualificatifs pour parler de cinéma et oser les joindre dans le monde du cinéma peut paraître incongru tant dans l'esprit des gens, ces deux termes semblent être à l'opposé et pourtant, c'est le pari osé et un peu fou que Michel Hazanavicius a relevé et réussi dans son dernier long-métrage « The Artist ». Si l'histoire est au demeurant assez simple, le réalisateur l'a traitée avec brio. Paradoxalement, là où les réalisateurs dit de cinéma d'auteur peuvent nous assaillir de dialogues sans fin parsemées de pensées sensées atteindre des sommets de réflexion et d 'analyse, Michel Hazanavicius s'en prive totalement pour créer un objet muet mais identifiable dans la catégorie petit chef d'oeuvre. Alors oui, il est des histoires simples qui peuvent être considérées comme du cinéma d'auteur et qui peuvent être populaires.

Une audace payante:

Le noir et blanc est de temps à autre réhabilité (voir la fille sur le Pont ou Angel A). The Artist et l'oeil de son réalisateur le sublime d'images en images et nous plonge vraiment dans l'univers du cinéma muet. De nombreuses scènes s'y réfèrent, la gestuelle des comédiens s'y réfère, l'histoire s'y réfère tout autant car dans les débuts de cinéma, combien de films muets en noir et blanc n'ont-ils pas parlé d'amour contrarié ou impossible?

Les acteurs:

Sans faire ombrage au reste de la distribution, Jean Dujardin nous montre tout son talent à multifacettes et il est difficile d'imaginer quelqu'un d'autre aurait pu interpréter ce rôle tant il paraît être fait pour lui. Il s'amuse, joue avec son visage avec autant d'expressions incroyables, met de l'émotion quand il le faut. Peut être aidé en cela par une collaboration étroite avec Michel Hazanavicius (voir les O.S.S). Bérénice Bejo (vue aussi dans le premier O.S.S) est également à la hauteur du défi qui lui a été lancé et assume pleinement son rôle de star montante dans cette comédie mélodramatique.

Ainsi, cette comédie est sans aucun doute est d'un films de l'année 2011 et the Artist qui a déjà décroché une palme à Cannes pour le prix du meilleur rôle masculin, est, par l'intermédiaire d' Harvey Weinstein en route vers les Oscars 2012 d'où il est fort à parier qu'il ne reviendra pas les mains vides.

Date de sortie cinéma : 12 octobre 2011

Réalisé par Michel Hazanavicius

Avec Jean Dujardin, Bérénice Bejo, John Goodman,

Long-métrage français . Genre : comédie mélodramatique

Durée : 01h40min Année de production : 2011

Distributeur : Warner Bros. France

Prix d'interprétation masculine : Festival de Cannes 2011

Sur le même sujet