Warrior 2011 : un vrai film coup de poing

On ne va généralement pas voir ce genre de film pour la finesse du scénario mais pour l'adrénaline qu'il peut procurer. En cela, Warrior a gagné son pari.

S’il n’est pas le premier film à traiter sur le sujet des sports de combat , Warrior pourrait être en passe de le renouveler le genre tant les scènes de combat sont intenses et très proches du réel. Un film surprenant par sa brutalité.

Synopsis :

Ancien Marine brisé, Tommy Conlon rentre au pays et demande à son père de le préparer pour un tournoi d’arts martiaux mixtes qui lui permettrait de gagner une fortune. Personne ne sait ce qu’il espère faire de cet argent. Le propre frère de Tommy, Brendan, décide lui aussi de s’engager dans la compétition pour essayer de sauver sa famille. Entre les deux frères, les années n’ont pas adouci les rancœurs. Immanquablement, les routes de Tommy et de Brendan vont bientôt se croiser. Et entre les deux frères. un père honni en son temps qui resurgit. Au-delà de l’affrontement qui s’annonce, pour chacun, quelle que soit la cause qu’ils défendent, il n’est pas seulement question de remporter un prix, mais de mener le combat d’une vie…

Le film :

Le scénario n’est certes pas de la plus grande originalité mais il existe, ce qui n’est parfois voire souvent pas le cas dans le genre film/baston. Et tous les ingrédients y sont pour faire un bon mélange entre film d’action et drama. La solitude, les remords, la haine, le déchirement familial, le lourd passé des uns et des autres, la crise économique, la guerre d’Irak (immanquablement présente désormais) ceci pour l’aspect dramatique du film. Pour le côté action, vous l’aurez deviné, il faut voir les scènes de combat. Et elles sont impressionnantes de vérité et de brutalité à l’image de ce qu’est le MMA (mixed martial art). Le réalisateur Gavin O'Connor montre toute sa fascination pour ce sport de combat par cette cette fiction après avoir réalisé un documentaire sur le même sujet en 2003: The-Smashing-Machine-The-Life-and-Times-of-Mark-Kerr .

Cependant, de par sa longueur, le film s’épuise et l’histoire des protagonistes s’efface de trop justement au profit de ces scènes de combat qui forment exclusivement la fin du film ou presque, ceci pour l’exaltation suprême de certains et la lassitude des autres, c’est selon. Entre temps, le réalisateur s’est donné en devoir d’expliquer au spectateur béotien ce qu’est le MMA, autrement appelé free fight, et sa philosophie. Ah bon parce qu’il existe une philosophie lorsque le but est de massacrer l’autre dans une cage ? Soit. Quelques scènes, qu'on pourrait dire inutiles , font que ce long-métrage souffre donc de trop de longueur.

Mais Warrior atteint malgré tout largement son but en nous montrant ce combat fratricide, une sorte de Caïn et Abel sur un ring. Tom Hardy ,( Inception , Bronson ) le nouvel acteur qui monte, avec la haine du monde marquée sur son visage et Joel Edgerton ( Animal Kingdom , The Square ) s’en sortent bien dans des rôles malgré tout pas si simples, rôles dans lesquels ils ont du faire don de leur corps et prendre de sérieux coups. Et même si le réalisateur a pris sur certaines séquences le soin de les filmer avec du recul lors des combats dans la cage, le spectateur peut imaginer les risques pris par les deux comédiens quand en face d’eux, ils trouvaient de vrais fighters. Et entre les deux, un Nick Nolte qui fait son retour sur le devant de la scène, égal à lui-même, une nouvelle fois impeccable dans le rôle du père alcoolique repenti et qui a tout perdu.

A ce film, les nostalgiques lui préfèreront peut être le côté romance de Rocky (le N°1 s’entend), les plus philosophes garderont plus en tête Fighter (là aussi, une histoire de frangins dans le monde de la boxe) ou le beau et pudique The Whrestler, mais ceux qui aiment le brut de décoffrage pourront peut être classer Warrior dans les films d’anthologie du genre action/baston tant ça déménage sur le ring, dans l’arène ,la cage voire l'octogone, selon le nom que chacun donne. …

Film à voir donc pour ses scènes de combat et parce qu'il pourrait même en faire pleurer certains ou certaines.

Date de sortie cinéma : 14 septembre 2011

Réalisé par Gavin O'Connor

Avec Tom Hardy, Joel Edgerton , Nick Nolte Jennifer Morrison,

Long-métrage américain. genre : Action/Drame

Distributeur : Metropolitan FilmExport

Sur le même sujet