2012

Un film catastrophe de plus. On y retrouve les mêmes erreurs habituel que Roland Emmerich n'essaye même pas de gommer. A lire pour ne pas le voir.
  • Date de sortie cinéma : 11 novembre 2009
  • Réalisé par Roland Emmerich
  • Avec John Cusack, Chiwetel Ejiofor, Amanda Peet, Chiwetel Ejiofor, Olivier Platt, Thandie Newton, Danny Glover, Woody Harrelson, Thomas McCarthy
  • Long-métrage américain.
  • Genre : Science fiction, Catastrophe
  • Durée : 2h40 min
  • Année de production : 2009
  • Distributeur : Sony Pictures Releasing France

Synopsis

Les Mayas, l'une des plus fascinantes civilisations que la Terre ait portées, nous ont transmis une prophétie : leur calendrier prend fin en 2012, et notre monde aussi. Depuis, les astrologues l'ont confirmé, les numérologues l'ont prédit, les géophysiciens trouvent cela dangereusement plausible, et même les experts scientifiques gouvernementaux finissent par arriver à cette terrifiante conclusion.

La prophétie maya a été examinée, discutée, minutieusement analysée. En 2012, nous saurons tous si elle est vraie, mais quelques-uns auront été prévenus depuis longtemps...

Lorsque les plaques tectoniques se mettent à glisser, provoquant de multiples séismes et détruisant Los Angeles au passage, Jackson Curtis, romancier, et sa famille se jettent à corps perdu, comme des millions d'individus, dans un voyage désespéré. Tous ne pourront pas être sauvés...

Le chant de Roland

Aller voir un film de Roland Emmerich c'est avant tout la promesse de voir le résultat d'un budget colossal au service d'un scénario minimal. Le budget part clairement remplir les poches des gens de la post production dont le travail sur les effets spéciaux reste la principale attraction du film. Roland a su depuis " Independance Day " ressortir le film catastrophe du grenier cinématographique où on l'avait fort justement remisé faute de moyen et d'intérêt. Les moyens, Roland les a, mais force est de constater que cela ne suffit pas à renouveler un genre qui tourne en rond depuis bien trop longtemps. Le vieil adage ne dit-il pas que les films catastrophes "t'en as vu un, tu les as tous vu..." ?

Invraissemblable

Emmerich nous fait donc un film catastrophe comme il pense savoir les faire. Inutile de chercher quelque chose qui tient la route, on est là dans du spectacle pop corn, le mieux reste encore de laisser ses neurones à l'entrée du salon. Sinon vous risquez de vous rendre compte que c'est la fin du monde, mais que tout le monde dans le film utilise encore son téléphone portable... Et on passera sur les invraisemblances physiques, chimiques et scénaristiques. Les héros se sortent au moins trois fois de suites d'une situation redondante donnant l'impression de voir et revoir la même scène dans un décor différent. Déjà qu'elle était sans surprise la première fois, à la troisième on en peut plus.

Plein la vue

Alors on essaye de se consoler avec les images. Las, si on peut saluer le travaille des graphistes, il n'y a pas de quoi rattraper les longueurs mielleuses à la morale dégoulinante de bons sentiments de certains personnages. Comme si dans notre monde, le président des USA se sacrifierait héroïquement, juste pour la beauté du geste, tel un marin qui ne quitte pas le navire... Cette morale on la retrouve dans des échanges lourdingues prônant le patriotisme et l'amour de son prochain. Emmerich ne doit pas vivre dans le même monde que nous... Tout ça fait de son film une superposition de clichés dignes de " Independance Day ", l'un des pires film de ce genre. Mais au fait ! il est de qui ce film déjà ?

Noyade d'acteurs

Les acteurs auraient pu être une bouée de sauvetage, malheureusement on se retrouve avec une panoplie d'acteurs de seconde, voir même de troisième zone avec lesquels John Cusack se débat tant bien que mal pour ne pas sombrer dans le ridicule. Il n'y a guère que la courte prestation de Woody Harrelson qui divertit un peu. On reste en droit de se demander comment des acteurs de cette trempe peuvent se fourvoyer dans ce genre de film. Des impôts à payer peut-être ?

Cinéma poubelle

Au final, on se retrouve avec le pire du pire du film catastrophe, c'est long, c'est chiant et ça fait trop de bruit pour dormir. On dit souvent d'une situation légèrement désespéré que c'est toujours plus agréable que d'aller chez le dentiste. Face à une telle bouse, le doute reste permis. Si vous voulez voir un très bon film catastrophe, préféré " Cloverfield ", celui là a au moins le mérite de proposer quelque chose d'un peu nouveau.

0,5/5

Liens utiles :

Bande Annonce VO

Site Officiel

Sur le même sujet