Black Stone Cherry - premier album

Quand le rock sudiste rencontre le hard rock on tombe sur Black Stone Cherry qui à l'image d'un Zakk Wild porte les couleurs du Stoner au delà du genre.

L’Amérique profonde

Tout droit venu du fin fond du Kentucky (le pays des cow boys et des chicken wings) Black Stone Cherry sort ce premier album en juillet 2006 enregistré à Nashville Tennessee. Comme le laisse supposer les origines de tout ça, le southern rock est à l'honneur. Ce qui aurait pu être une pale copie de Lynyrd Skynnyrd va devenir un groupe de Stoner à la limite du Hard Rock grâce à la puissance des guitares et de la batterie. A la production on retrouve Bob Marlette ( Ozzy Osbourne ), on comprend mieux pourquoi le groupe sonne de manière aussi pro sur un premier album.

Richesse sonore

Loin de se limiter aux instruments du rock classique (guitare, voix, batterie basse), le groupe va incorporer à sa musique des instruments plus folklorique tels que le banjo ou la guimbarde. Car Black Stone Cherry reste fidèle à ses origines. Le groupe aime raconter des histoires à travers ses chansons et pour se faire il s'inspire de celles qui trainent dans leur région.

Influences

Lorsque sort le premier album d'un groupe, on recherche toujours un peu d'où peuvent venir leurs influences. Du côté du rock sudiste on pense tout de suite à Lynyrd , mais on peut aussi lorgner du côté de Grateful Dead ou de groupes comme Kansas pour le côté mélodique. Pour la puissance, on pensera plus volontier au Stoner de Black Label Society mené par Zakk Wylde et à certains riffs de Dimebag Darell de Pantera, même si on reste assez éloigné de la violence de ce dernier groupe. La voix fait plutôt penser à la vague Grunge avec un formant chaud très proche de celui de Chris Cornell de Soundgarden .

Eponyme

Sobrement présenté sous le nom du groupe comme on le faisait dans les années 70, Black Stone Cherry va réussir avec cet album le savant mélange entre les racines du rock "countrysant" du sud des Etats-Unis et le rock moderne aux sonorités et à la puissance sonore actuelles. Les mélodies très Rock US sont l'ingrédient principal pour lier la sauce. Le groupe commence à tourner dans son état, puis touche le pays tout entier. Grâce à une signature chez Roadrunner, il commence à faire une timide percée en Europe où le rock n roll américain n'est plus vraiment à la mode.

A l'image d'un Pearl Jam qu'on a classé dans le Grunge pour des raisons commerciales, on serait tenté de classer Black Stone Cherry dans la vague Nu Metal ou Stoner Rock. Reste que leur musique se joue de ses frontières et c'est peut être aussi pour ça qu'il est si difficile de décrire ce que ça donne...

Lien utile :

Site Officiel (vous trouverez des extraits sonores des deux premiers albums dans la section music)

Chronique de Folklore and Superstition

Chronique de Between The Devil & The Deep Blue Sea

Live Report Zenith 2011

Sur le même sujet