Casino Royal

Le passé de James Bond signe un renouveau de la série, un tournant qui ne plait pas à tout le monde, mais qui ancre le personnage dans le présent.
12
  • Date de sortie : 22 Novembre 2006
  • Réalisé par Martin Campbell
  • Avec Daniel Craig, Eva Green, Mads Mikkelsen
  • Film américain, britannique, italien, tchèque.
  • Genre : Espionnage, Action
  • Durée : 2h 18min. Année de production : 2006
  • Distribué par Gaumont Columbia Tristar Films

Synopsis

Pour sa première mission, James Bond affronte le tout-puissant banquier privé du terrorisme international, Le Chiffre. Pour achever de le ruiner et démanteler le plus grand réseau criminel qui soit, Bond doit le battre lors d'une partie de poker à haut risque au Casino Royale. La très belle Vesper, attachée au Trésor, l'accompagne afin de veiller à ce que l'agent 007 prenne soin de l'argent du gouvernement britannique qui lui sert de mise, mais rien ne va se passer comme prévu.

Alors que Bond et Vesper s'efforcent d'échapper aux tentatives d'assassinat du Chiffre et de ses hommes, d'autres sentiments surgissent entre eux, ce qui ne fera que les rendre plus vulnérables...

Retour en arrière

Casino Royal propose de découvrir la genèse de la série des James Bond. Il s'agit de la toute première mission du célèbre personnage et pour marquer ce retour aux sources, le héros change radicalement de personnalité. On découvre un 007 plus humains, un homme capable de souffrir et d'être blessé, on le découvre également amoureux et on comprend pourquoi ensuite il devient une sorte de dragueur détaché.

Action et finesse

L'ouverture du film se présente sous la forme d'une longue scène de poursuite façon Yamakasi. Tout le savoir faire des films d'actions américains se retrouve dans cette scène et dans le final du film. Entre les deux, on observe un jeu plus cérébral autour du poker très à la mode au moment de la sortie du film. Cette partie du film peut sembler un peu longue car le rythme se ralenti préférant créer une ambiance pleine de suspens que des palpitations sportives.

Casting

Daniel Craig est impérial, il arrive introduire un côté mâle dominant remplaçant un peu la poupée glacée des épisodes précédents, tout en conservant cette classe qu'on associe immédiatement au personnage de James Bond. Il en résulte un film plus crédible et une approche plus moderne du film d'espionnage. Il n'est pas interdit de penser que le succès du personnage de Jason Bourne (tiré des romans de Ludlum) n'est pas étranger à cette évolution.

Eva Green campe la James Bond Girl. Mais il ne s'agit pas encore vraiment d'une de celle que 007 draguera au fil des épisodes. Eva est le véritable amour de James, celui qui perdra et qui le rendra si froid avec les femmes qu'il mettra dans son lit. Vous l'aurez compris, pour la première fois dans un JB, l'amour a droit de citation, même s'il s'agit d'un amour viril à première vue.

Enfin un James Bond qui n'est pas ringard le lendemain de sa sortie. Exit les gadget Kitch, la classe british vieillissante et l'action propre. Ici, ça bouge, ça tire, sa saigne et ça souffre. Bond laisse voir ses émotions, on le trouve d'une rare violence. Un vrai renouveau du genre qui en avait bien besoin.

4/5

Liens Utiles :

Bande Annonce

Site Officiel

Sur le même sujet