Dante 01

Un exercice de style poussif et une action molle font de ce film quelque chose de dispensable à moins d'être un gros fan de Marc Caro.
  • Date de sortie : 02 Janvier 2008
  • Réalisé par Marc Caro
  • Avec : Lambert Wilson, Linh Dan Pham, Simona Mecanescu
  • Film Français
  • Genre : Science Fiction
  • Durée : 1h28
  • Année de production : 2008
  • Distribué par Wild Bunch Distribution

Synopsis

Dante 01, prison spatiale, dérive dans l'atmosphère suffocante de Dante, planète hostile, son seul horizon. À l'intérieur, six des plus dangereux criminels des mondes environnants servent de cobayes à d'obscures expériences.

Une résistance s'organise autour de César, psychopathe manipulateur. Mais son autorité se voit remise en cause par l'arrivée de St Georges, mystérieux détenu, possédé par une force secrète, qu'il apprendra à maîtriser pour faire face à l'hostilité de ses co-détenus, et les libérer de l'attraction maléfique de Dante.

Caro/Jeunet

Marc Caro n’est pas un réalisateur comme les autres. Il a longtemps tourné en compagnie de Jean-Pierre Jeunet avec lequel il a réalisé notamment " Delicatessen " ou " La Cité Des Enfants Perdus " et qui depuis est parti mettre son imagination et son originalité au service d’un public plus grand en proposant des films plus accessibles avec le succès qu’on lui connaît. Ce n’est pas le choix de Caro qui persiste et signe avec ce film qui ne s’adresse assurément pas au plus grand nombre.

Space Thriller

A la lecture du pitch pourtant, on avait tous les ingrédients pour faire un genre de space thriller avec toute la glauquerie dont est capable ce réalisateur. Niveau glauque, pas de soucis, on en aura pour notre argent, pour le thriller on repassera. A la place Caro tente le film à message caché, la parabole du futur en quelque sorte. Sauf qu’à moins d’être dans sa tête on aura du mal à voir exactement ce message. Ou alors le réalisateur délivre un message d’une extrême simplicité et dans ce cas la question du « tout ça pour ça » ne sauvera pas le propos.

Exercice de style

Un célèbre réalisateur disait qu’un bon film est un film où la caméra sait se faire oublier. C’est un point de vue discutable et Caro n’aura pas suivi ce précepte. Nous aurons droit à une démonstration de prises de vues et de cadres alambiqués. C’est à se demander si cette surenchère de traitement n’est pas déployée juste pour nous faire oublier le rythme creux et les lourdeurs du scénario. On n’ira pas jusqu’à dire qu’il s’agit d’un film raté, mais plus on pense au cinéma de Caro et plus on se dit qu’il ferait mieux de réaliser des clips…

2/5

Liens Utiles :

Bande Annonce

Site officiel

Sur le même sujet