Google+

Facebook avait besoin d'une concurrence, Google se lance dans la danse des réseaux sociaux après un google wave mort né, voici venu le temps de google plus.

Genèse +

Au commencent il y avait le verbe. Puis Facebook lui offrit un espace. Depuis ce jour, ce dernier règne sans partage sur les échanges écrit de la toile. Messageries instantanées, forums, mails, blogs, personne n'est à l'abri de ce géant, ce destructeur qui remplace tout au fur et à mesure qu'il vieilli et s'installe. Le monde n'aime pas le monopole et qui de mieux placé peut prétendre à lui faire de l'ombre si ce n'est Google ? Avec Google+, le géant se lance à l'assaut de la firme bleu. Personne n'est capable aujourd'hui de savoir qui des deux l'emportera. Est-ce que Google va réellement peser ? Est-ce une fois encore un coup pour rien ? Facebook va-t-il réagir ? Et si oui comment ? En attendant des réponses à ses questions, voyons déjà de quoi Google+ à l'air...

Béta toi-même.

Comme pour lancer son Wave, Google propose sont + en version béta. A savoir, une ouverture partielle, uniquement sur invitation afin de tester en petit comité les fonctionnalités avant d'ouvrir le site au reste du monde. Cependant les élus sont nombreux. Chaque personne invité peut convier à son tour huit personnes. On a donc une progression exponentielle assez rapide et nul ne sait si les places sont réellement limitées où s'il s'agit juste de créer la curiosité en faisant croire à un espace réservée à une élite. C'est d'autant plus probable que la version béta fonctionne parfaitement bien, on n'y trouve pas plus de bugs que sur Facebook qui roule sa bosse définitive depuis un bon bout de temps.

Google+ vs Facebook

Avec son nouveau site interactif, Google vise assurément les plates bandes de Facebook. On y retrouve un espace personnalisé où chacun est libre de partager et d'exprimer des choses personnelles ou non. Mais Google ne se limite pas à un vulgaire plagiat, il apporte sa touche propre et son savoir faire pour corriger tout un tas de choses qui agacent chez le concurrent.

Un partage maitrisé

La plus grosse différence se situe au niveau de la préservation de son espace. Sur Facebook il est difficile de partager une photo ou un mot avec un ami sans que toute la liste de cet ami soit au courant et puisse regarder l'échange. Ce qui vu l'étendu de connexion revient à le dire à tout le monde, même si tout le monde ne peut pas réagir. Avec Google+ il est possible de créer des cercles. Dans ceux-ci on place les gens de sont choix. Chaque cercle est hermétique, ce qui s'y passe reste secret des autres cercles. Il deviendra ainsi possible de dire du mal de son patron à un cercle "famille" même si on a tous ses collègues dans sa liste d'ami. Il reste faisable de partager de manière générale si on le souhaite. Mine de rien Google+ comble l'un des plus gros défaut de Facebook !!

Un graphisme looké

Google+ propose aussi une interface graphique plus agréable. Dans un blanc assez épurée, les interactions s'opèrent avec de petites animations qui ne provoquent aucun ralentissement apparent. Concrètement, ça n'ajoute rien à l'utilisation si ce n'est un plaisir pour les yeux. Voilà qui répond un peu à l'austérité de Facebook.

Il y aurait encore beaucoup à dire, comme les bulles vidéos permettant de chatter à plusieurs en visio, ou la possibilité d'inclure dans ses amis des gens uniquement par mail, qui pourront répondre même s'ils ne sont pas inscrit sur Google+. Enfin Google+ s'intègre parfaitement dans l'univers Google avec des ponts vers toutes les applications telles que Picassa, Calendar, map et autre GMail. Sans compter que la version définitive apportera certainement d'autres évolutions.

Prometteur

Difficile de prédire si Google+ renversera le king des réseau sociaux. On sait que le moindre changement dans les habitudes des surfeurs est de prime abord mal perçu et Google+ demande une petite réadaptation. Mais passé un moment, on s'y trouve comme chez nous. Et puis si on se souvient bien, au tout début de Facebook, on n'y comprenait rien non plus. Surtout si on a commencé avec la version en anglais. Le concept même de mur était pour le moins nébuleux pour les néophytes.

Reste que si Facebook ne réagit pas un peu face à ces quelques avancées et si l'on compte sur la force de frappe et le savoir faire marketing du géant Google, G+ pourrait bien s'imposer comme un digne outsider et l'usage aidant à l'obliger à évoluer. Les utilisateurs pourraient bien être les heureux bénéficiaires de cette saine concurrence qui s'amorce. A vos claviers !

Sur le même sujet