Guitare Gibson Les Paul GT

La Les Paul Gibson est une guitare électrique de légende. Le modèle GT se propose de la moderniser pour les jeunes générations, voyons ce qui change...

La Gibson Les Paul est un instrument de légende, on retrouve ce modèle dans les mains de Les Paul qui lui donne son nom, mais aussi d'autres guitaristes tel que Jimmy Page (Led Zeppelin), Slash (Guns 'n Roses) ou encore Mark Knofler (Dire Straits sur l'album Money for Nothing). Gibson vit depuis un moment sur sa réputation sans jamais proposer de vrai nouveautés. C'est pour répondre à une demande que le modèle GT a été pensé. Il sera le premier d'une série toujours plus innovante.

Maquillage de star

Ce qui saute aux yeux en premier, c'est avant tout la décoration. On a là, a faire à un ravalement de façade important. Exit les bursts* vintages et bienvenu aux flammes sur fond de couleur pailletée façon voiture kitée. Le modèle testé est bleu, mais on peut aussi la retrouver en noir, rouge, orange et vert. La couleur n'est pas la seule à souligner le renouveau de cette guitare. Les mécaniques se parent de métal pour l'occasion, tout comme les caches micros et la belle s'équipe d'une entrée jack neutrik anti décrochage.

La mécanique

Pour le reste pas de changement majeur. On retrouve le couple de micros 490T et R qui n'a plus rien à prouver, les quatre potentiomètres (en métal également) et le sélecteur à trois positions pour le piloter. Le manche possède un profil 50's (plus rond et large que le 60's) qui permettra d'épouser parfaitement la paume de la main mais qui sera un peu plus compliqué à aborder dans les aigus. Enfin le poids reste dans la moyenne pour ce type de guitare, on frôle les 4 kg. Des straplocks** sont fournis pour maintenant la sangle en place dans toutes les conditions. La grosse révolution de la GT c'est de proposer deux push/pull pour pouvoir splitter les micros. Ainsi ce n'est plus 3 sons différents que nous pouvons utiliser, mais 6.

Le Son

Pour le test, la guitare a été branchée dans un Mesa Boogie Dual Rectifier. Malgré l'aspect moderne de ce modèle le son reste fidèle au passé de la marque. Les amoureux des sonorités Les Paul ne seront pas dépaysés, il retrouveront très vite leur marque avec des gras très présent dans les graves et des aigus contenus dû à l'utilisation de l'acajou pour le corps et le manche. Une fois les micros splittés on découvre avec étonnement un certain claquant dans les médiums. Sur ces sons, Gibson joue carrément dans la cours de Fender et de sa Stratocaster. La palette sonore pourra s'étendre de la petite ballade pop au metal en passant par le rock sans pour autant pouvoir produire des musiques trop extrêmes.

Sensation de jeu

Le confort de jeu reste inchangé par rapports aux plus vieux spécimens de Les Paul. Le manche est taillé pour le blues et rendra les bends plus praticable, mais donnera du fil à retorde aux virtuoses qui cherchent un accès aux aigus faciles sur les 22 cases proposées. Rien n'est impossible cependant, tout est affaire d'adaptation. C'est aussi le prix à payer lorsqu'on cherche une guitare au lourd patrimoine sonore et esthétique. La prise neutrik est d'une méchante efficacité, le jack reste bien en place, on arrachera plus facilement l'autre bout de l'ampli si on s'acharne dessus.

Conclusion

Gibson a donc choisi de moderniser la Les Paul sans pour autant perdre le fil de sa réputation. Voilà qui répond à une demande croissante de la part des guitaristes qui cherchent à se démarquer physiquement sans réellement toucher au son adopté depuis des lustres. Reste que la GT rivalise de polyvalence grâce à ses micros splittés. La GT était proposé à 3150 € lors de sa sortie en 2007. Aujourd'hui on n'en trouve plus que sur le marché de l'occasion à des prix parfois un peu plus light (entre 2500 € et 2800 €). Mais nous pouvons parier sur une plus value sur le long terme pour ce modèle limité à 300 exemplaires par couleur.

Sur le même sujet