Jennifer's Body

Un film d'horreur pour ados aux hormones en ébullition. Des courbes, du sang mais pas de romantisme. ça fleur bon les navets...
  • Date de sortie cinéma : 21 octobre 2009
  • Réalisé par Karyn Kusama
  • Avec Megan Fox, Amanda Seyfried, Johnny Simmons, Adam Brody, Kyle Gallner, J.K. Simmons...
  • Interdit aux moins de 12 ans
  • Long-métrage américain
  • Genre : Fantastique, Epouvante-horreur
  • Durée : 01h45min
  • Année de production : 2007
  • Distributeur : Twentieth Century Fox France

Synopsis

Lycéenne dans une petite ville américaine, Jennifer est une beauté fatale à qui aucun garçon ne résiste. Cette bombe cache pourtant un petit secret : elle est possédée par un effroyable démon. Mangeuse d'hommes à tous les sens du terme, elle se transforme peu à peu en créature pâle, maladive et meurtrière... Needy, sa discrète amie d'enfance, va désespérément tenter de protéger les jeunes hommes de la ville, à commencer par son petit ami Chip...

Frustration

Autant le dire tout de suite, voilà un film qui ne tient aucune des promesses de la bande annonce. Le body de Jennifer reste bien au chaud dans ses vêtements et le film ne fait pas peur. Pire, il ne fait pas rire non plus... Tout est basé sur la frustration typiquement christiano-américaine du sexe sans sexe, à la manière d'une lapdance sadique qui met l'eau à la bouche sans jamais donner à boire. Car ne nous le cachons pas, si on va voir Jennifer's Body c'est forcément pour Megan Fox, le reste ne réservant pas d'originalité attendue. Pour être belle, elle l'est, mais ce n'est pas dans ce film qu'elle va nous convaincre qu'elle peut être plus que ça.

Cultivons les navets

On y croit pas une seconde et compte tenu du caractère paranormal de l'histoire c'est fâcheux. Le scénario tient sur un timbre poste, mais d'autres arrivent à s'en sortir malgré ce handicap. Las, la mise en scène n'arrive pas à rattraper le coup, les éclairages laissent penser que le budget n'était pas là pour engager un vrai chef opérateur et la direction des acteurs devait être en vacances ou à la piscine. Rien ne rattrape le naufrage, même pas l'exploration bien trop sage des fantasmes masculin tel que les bisous mouillés entre fille ou la drague facile.

FX ON

Reste les effets spéciaux qui, contre toute attente, eux tiennent le pavé. Voilà qui fait bien mince pour en faire un film intéressant. Il faudra aussi noter que l'interdiction aux moins de 12 ans fait réfléchir lorsqu'on voit les images entre le tendancieux et la violence, le moins de 16 aurait dû être un minimum.

Sur le même sujet