Jusqu'en Enfer

Film signant le grand retour de Sam Raimi dans l'univers de l'épouvante et de l'horreur. Au menu, démon et sorcellerie à la mode Raimi.
  • Date de sortie cinéma : 27 mai 2009
  • Réalisé par Sam Raimi
  • Avec Alison Lohman, Justin Long, Jessica Lucas, Lorna Raver, David Raymer, Dileep Rao
  • Titre original : Drag me to Hell
  • Interdit aux moins de 12 ans
  • Long-métrage américain.
  • Genre : Epouvante-horreur
  • Durée : 1h39 min
  • Année de production : 2009
  • Distributeur : Metropolitan FilmExport

Synopsis

Christine Brown, spécialiste en crédit immobilier, vit à Los Angeles avec son petit ami, le Professeur Clay Dalton. Tout va pour le mieux jusqu'au jour où la mystérieuse Mme Ganush débarque à la banque et la supplie de lui accorder un crédit supplémentaire pour sa maison. Christine hésite entre la compassion et la pression de son patron, Mr Hicks, qui la voudrait plus ferme avant de lui octroyer une promotion. Fatalement, Christine choisit sa carrière, même si sa décision met Mme Ganush à la rue. Pour se venger, la vieille femme jette la malédiction du Lamia sur Christine, transformant sa vie en un véritable cauchemar. Hantée par un esprit malfaisant, incomprise de son petit ami, elle se fait aider du medium Rham Jas, qui l'entraine dans une course frénétique contre la damnation éternelle, pour inverser le sortilège...

Sam Raimi

La vie artistique de Sam est tiraillé entre deux passions dévorantes. D'un côté son amour des comics et de leurs supers héros et de l'autre une autre pour le morbide, la démonologie et la farce. Pour assouvir son envie de supers héros Sam Raimi a su tirer son épingle du jeu en réalisant la vie de " Spiderman " à l'écran, mais aussi en donnant vie à son propre héros " Darkman " interprété à l'époque par un tout jeune Lima Neeson. Pour son goût pour la farce macabre, la série de Evil Dead a été élevé au rang de films cultes (surtout le tout premier épisode en fait). Dans un registre moins typé, on pourra également citer " Mort ou Vif " ou " Pour l'amour du jeu " qui font parti de ses meilleures réalisations.

La salsa des démons

On retrouve un peu le réalisateur d'" Evil Dead " dans ce film, laissant derrière lui la parenthèse " Spiderman ". Même si Jusqu'en enfer fait dans le sujet plutôt sérieux, Sam Raimi pousse toujours la vision d'horreur à son paroxysme lui donnant par moment un côté burlesque qui prête plus à sourire qu'à bondir sur son siège. En ça nous reconnaîtrons bien la patte du réalisateur sur ce dernier film, même si elle est moins évidente que sur " Evil Dead III ".

Boo

Ce film propose tout un tas de recettes pour surprendre et effrayer le spectateur. Si on sursaute un peu lorsqu'une action brusque intervient, il faudrait être très sensible pour être vraiment apeuré par l'histoire. Car c'est là que Jusqu'en Enfer avoue ses limites, le scénario. Sam se sent obligé de tout montrer plusieurs fois de peur que son public ne comprenne pas. Nous prendrait-il pour des imbéciles ? Les dialogues sont d'une faiblesse assez affligeante (vous me direz dans ce genre cinématographique c'est pas forcément le plus important). Et l'histoire reste d'un classique...

Enfin les effets spéciaux. Certains passent mieux que d'autres, mais dans l'ensemble on est pas dans le top du top. C'est peut être là qu'on sent que le budget pour ce film ne devait pas être le même que pour ses " Spiderman "...

Au final, on visionne un série Z assez moyenne, vaguement amusante et dégoûtante ou l'on devine pratiquement tout ce qui va arriver. A voir juste si vous n'avez rien de mieux à faire ou si vous êtes un fan absolu de la farce démoniaque à la Raimi.

2/5

Liens Utiles :

Bande Annonce VO

Site Officiel

Sur le même sujet