Piranha 3D

Alexandre Aja est le réalisateur de film d'horreur français qui monte au États Unis. Après Mirror et le remake de La Coline a des Yeux, voici Piranha 3D.
  • Date de sortie cinéma : 1 septembre 2010
  • Réalisé par Alexandre Aja
  • Avec Elisabeth Shue, Adam Scott, Jerry O'Connell, Kelly Brook, Ving Rhames, Steven R. Mcqueen, Riley Steele, Christopher Lloyd, Jessica Szohr, Richard Dreyfuss
  • Interdit aux moins de 12 ans
  • Long-métrage américain . Genre : Epouvante-horreur
  • Durée : 01h29min Année de production : 2010
  • Distributeur : Wild Bunch Distribution

Synopsis

Alors que la ville de Lake Victoria s'apprête à recevoir des milliers d'étudiants pour le week-end de Pâques, un tremblement de terre secoue la ville et ouvre, sous le lac, une faille d'où des milliers de piranhas s'échappent. Inconscients du danger qui les guette, tous les étudiants font la fête sur le lac tandis que Julie, la shérif, découvre un premier corps dévoré... La journée va être d'autant plus longue pour elle que Jake, son fils, a délaissé la garde de ses jeunes frères et sœurs pour servir de guide à bord du bateau des sexy Wild Wild Girls !

Mon avis

Loin de signer un vulgaire remake du tout premier film sur les piranhas réalisé à l'époque par un certain Joe Dante (qui entre autre c'est aussi illustré à l'époque sur le clip Thriller d'un certain M. Jackson), Aja s'inspire de cette œuvre pour la réinventer. Certes, on retrouve énormément de l'ambiance de ce genre de film des années 80 avec moutle clichés (les gens peu sympa à l'écran finissent par payer, les minorités sont représentés etc), mais notre frenchie va plus loin. Alexandre Aja (qui n'est autre que le fils d'Arcadi réalisateur du "Grand Pardon " entre autre) explose les conventions et ressitue l'action avec les codes de notre époque. Il n'hésite pas à ajouter une touche de gore par exemple. Les corps mutilés sont montrés avec plus de gros plans et de précision. Les moyens d'aujourd'hui le permettent plus que ceux de l'époque de Dante, mais ce choix est aussi permis grâce à l'époque que nous vivons. Dans les années 80, pour rester assez grand public, même l'horreur se lissait plus ou moins pour faire peur sans choquer. L'Aja n'hésite pas à montrer des corps coupés en deux, des chaires sanguinolentes, des amputations réalistes de manière crue avec une sorte de jouissance sadique. Idem pour les scènes de nus. Point d'hypocrisie typiquement Us qui consiste à montrer juste assez pour soulever un œil mais pas assez pour soulever le reste. Là, Alexandre Aja se permet de montrer les choses aussi crument, mais toutefois sans tomber dans le vulgaire, il ne s'agit pas d'un porno, ni même d'un film érotique.

Niveau casting on retrouve Elisabeth shue (" Living Las Vegas ", "Karaté Kid ", "Le Saint ") avec plaisir en tête d'affiche et quelques acteurs de séries que tout le monde connait de vue, mais dont les noms nous échappent toujours. On sent que le réalisateur s'est fait plaisir en choisissant quelques actrices à la plastique plus qu'éloquente. On notera la présence de quelques pornstars dans le lot qu'Alexandre a pris un malin plaisir à couper en deux ^^.

Bref, loin de l'esprit puritain américain, ce film est assumé à la française avec du cul, du sang et surtout beaucoup d'auto dérision et de fun. Un vrai film de fan qui s'est énormément amusé en réalisant tout ça. Et ça crève l'écran. J'en veux pour preuve que la première victime n'est autre que Richard Dreyfuss, celui même qui triomphait de l'infâme requin de "Jaws " de Steven Spieldberg. On retrouve également le savant fou des " Retour vers le futur" de Zemeckis dans le rôle... du savant à peine un peu moins fou : Christopher Lloyd.

Après son remake très réussi de la " Colline a des yeux " de Wes Craven et la réalisation sérieuse de " Mirror " avec Kieffer Sutherland, Alexandre Aja confirme qu'il faudra compter avec lui pour l'avenir du cinéma d'horreur. On est pas peu fier de voir la France enfin représenté dans ce genre.

La 3D

L'apport de la troisième dimension dans ce genre de film est pluôt lié au fun qu'autre chose. On ne peut pas parler de technique indispensable (et ça reste valable pour n'importe quel film en 3D d'ailleurs). L'effet est amusant, mais n'ajoute pas au suspens. Encore une fois, Aja n'a sans doute pas résister au désir de marcher dans les traces des " Dents de la Mer 3 " qui à l'époque était aussi sortie en salle en 3D.

Le réalisateur

Alexandre Aja, reste donc pour le moment un fan qui fait le cinéma qu'il aime regarder. Avec " Mirror " il a su aussi prouvé qu'il était capable de sortir de l'hommage pour proposer quelque chose de plus personnel. Assurément un réalisateur dont on entendra encore parler dans les prochaines années.

Liens utiles :

Le site officiel du film : http://www.piranha3d-lefilm.com

La page Facebook : http://www.facebook.com/leswildwildgirls

La Bande Annonce : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19118765&cfilm=109173.html

Sur le même sujet