Tron, L'héritage

20 ans après, une suite inattendue qui sans révolutionner l'histoire a le mérite de ne pas la gâcher. Le plein de nostalgie pour toute une génération.
  • Réalisé par Joseph Kosinski
  • Avec Jeff Bridges, Garrett Hedlund, Olivia Wilde, Bruce Boxleitner, James Frain, Beau Garrett, Michael Sheen, Serinda Swan, Yaya Dacosta.
  • Titre original : Tron Legacy
  • Long-métrage américain
  • Genre Science fiction , Action , Aventure
  • Durée : 02h06min
  • Année de production : 2010
  • Distributeur : Walt Disney Studios Motion Pictures France

Synopsis

Sam Flynn, 27 ans, est le fils expert en technologie de Kevin Flynn. Cherchant à percer le mystère de la disparition de son père, il se retrouve aspiré dans ce même monde de programmes redoutables et de jeux mortels où vit son père depuis 25 ans. Avec la fidèle confidente de Kevin, père et fils s'engagent dans un voyage où la mort guette, à travers un cyber univers époustouflant visuellement, devenu plus avancé technologiquement et plus dangereux que jamais...

Héritage

Le premier " Tron " a été élevé au rang des films cultes par une génération qui avait pourtant déjà connu la révolution " Star Wars ". La plupart des geeks d'aujourd'hui ont une part de " Tron " en eux. Lancer une suite presque 20 ans plus tard reste un pari risqué même si une demande existe. N'est-il pas trop tard pour y répondre et surtout la génération suivante va-t-elle adhérer à la nostalgie des parents qui ne manqueront pas d'acheter le film pour leurs enfants ? (l'alibi parfait !) Comme la plupart des films cultes, le premier opus n'a pas connu un succès si énorme en 1982. Ce n'est que petit à petit qu'il s'est forgé cette réputation, grâce aux nombreuses adaptations en jeu vidéo notamment. Avec ce retour, le risque de casser cette image d'objet intouchable est réel et nous allons le voir, les producteurs sont restés très prudents. Qui a dit trop ?

Un scénario timide

L'énorme réussite du réalisateur est d'avoir réussi à moderniser le monde de Tron sans en perdre cette essence très années 80. La plupart des remakes ou des suites ont tendance à gommer cette magie visuelle de ces années là. Ici ce n'est pas le cas. On retrouve un monde froid, avec des costumes un peu modernisés mais qui conservent l'esprit de l'original, les véhicules sont graphiquement mieux réalisés mais Kosinski a eu l'intelligence de ne pas changer leur design. Il s'est juste permis d'ajouter quelques nouveautés car cela reste une règle, une suite doit toujours en proposer plus.

Côté scénario, on colle avec le temps réel, l'histoire se situe bien 20 ans après. Le héros qui n'est autre que le fils de Kevin Flynn se retrouve embarqué à la suite de son père dans le monde de Tron. Jusque là pas de surprise. Mais la suite n'en réserve pas tellement plus. On retrouve ce qui a fait le succès du premier film, les courses de motos, les combats de disque, le tout avec des effets spéciaux actualisés, sorte de passage obligé que les fans attendent forcément. Mais aussi une découverte un peu plus poussée du monde cyber, introduit 20 ans plus tôt. Hélas, tout du long on se trouve sur des rails, il faut reconnaître qu'au niveau de l'intrigue on reste dans une simplicité extrême, on aurait aimé un peu plus de prise de risque.

Un casting entendu

Le rôle principal est attribué à un nouveau venu Garrett Hedlund, mais on retrouve surtout Jeff Bridges dans le rôle qui l'a plus ou moins fait connaître. On saluera également l'apparition de Bruce Boxleitner qui jouait Tron dans le premier film. Côté féminin, le seul vrai rôle est distribué à la sublime Olivia Wilde, une actrice qui commence à faire son trou au cinéma et qu'on retrouve dans la série " Dr House " aux côtés de Hughe Lorie. Bridges règne sans partage en jouant deux rôles à lui seul, il est omniprésent. La promo du film reposait entièrement sur ses épaules.

Loin d'être un ratage, Tron L'Héritage vaut largement mieux qu'un remake mal inspiré. On lui reprochera une prise de risque minimum, mais c'est sans doute aussi grâce à ce positionnement que le film s'en sort si bien. La musique de Daft Punk qu'il faut saluer (cocorico) colle parfaitement au sujet, l'ambiance est là, on a de quoi passer un bon moment, un de ceux qui nous ramènent quelques années plus tôt. Et si c'était aussi ça le cinéma, l'occasion de voyager dans le temps ?

3,5/5

Liens Utiles :

Bandes Annonces

Sur le même sujet