Tungstène - L'anti retouche discrète

Tungstène c'est le nomdu tout premier logiciel au monde capable de détecter les retouches. On est fier, développé par Exo Makina, il est français.

Ces derniers temps, on ne compte plus les polémiques liées à la retouche photo dans les magazines de mode principalement, mais aussi dans la presse grand public. On assiste en effet à un nombre croissant de dérives qui finissent par jeter le doute sur la véracité de ce que nous voyons. On pourra penser dans un premier temps à l'univers de la mode où tout doit être parfait de la minceur des modèles (voir de la maigreur) au grain de leur peau en passant par l'absence de trace de fatigue ou de vieillesse même minime. Mais on se viendra aussi du petit bourrelet présidentiel qui disparaît dans Paris Match ou d'une bague de Rachida Dati subissant le même sort. Autant pour la mode, la mascarade ne date pas d'hier et les gens sont de moins en moins dupe, autant lorsqu'il s'agit d'information, le procédé devient plus pernicieux encore.

Dérives photographiques

Tungstène est là pour veiller au grain, le but étant au final d'imposer une mention "média retouché" afin de prévenir les gens par exemple qu'un corps de rêve comme celui exposé à la une de leur mag préféré ne peut pas exister.

Cet article n'a pas pour but de débattre du bien fondé de la démarche initié par le gouvernement en la matière, mais de comprendre comment ça marche.

Retouche : définition

Mais avant tout, où commence la retouche ? On considère qu'une photo retouchée l'est lorsqu'on modifie de manière destructive un certain nombre de pixels. Cela exclu tout ce qui touche au développement des RAW comme les réglages de couleur et de lumière ou encore de contraste, cela inclu également toute les corrections d'erreur comme les aberrations chromatiques, le vignetage ou le bruit numérique entre autre. En revanche, les effets spéciaux d'éclairage, les montages et autres effacements ou les modifications de type déformation ou lissage entrerons dans les critères. Tungstène est capable de repérer n'importe quel retouche et va même jusqu'à être capable de repérer les opérations de développement. Charge ensuite à l'opérateur qui l'actionne de faire lui même la part des choses. Pas question de laisser le logiciel choisir, il faut encore l'humain pour trancher.

Comment ça marche ?

Tungstène ne va pas considérer l'image en tant que telle, mais s'intéresser à son code. Il va analyser les 0 et les 1 et va repérer les erreurs que les retouches ne manqueront pas de laisser apparaître dans le code. Pour se faire le logiciel dispose d'un certains nombres d'outils. Vous retrouverez certains d'entre eux dans les photos d'illustration de cet article.

- Le filtre Clonage va détecter l'ensemble des couples de pixels identiques sur de toutes petites zones ou des portions plus importantes.

- Le filtre Cobalt va lui s'occuper de détecter toute opération de montage d'une image dans une autre. Il est également capable de repérer lorsqu'on a effacé un détail de l'image à l'aide d'un outil tampon par exemple.

- Le filtre Mosaïque pousse un peu plus loin que les deux précédents. Il a les mêmes fonctionnalités mais analyse de manière différente et permet de voir ce que les filtre Cobalt et Clonage n'ont pas vu. Dans le cadre d'un montage avancée il prend tout son sens.

- le Filtre Q2 permet de vérifier au niveau du Jpg directement le nombre de sauvegarde et d’altération qu'a subit le fichier. Ainsi il pourra mettre en exergue des retouches successives ou différées dans le temps. Il faudra ensuite vérifier s'il s'agit de retouche à proprement parlé ou simplement de réglage.

- Le filtre Q3 va projeter sur l'image les zones mise en cause par le Q2. Un manière plus visuelle pour interpréter les natures des changements opérés sur l'image.

Pour qui, pour quoi ?

Outre une utilisation militaire évidente, Tungstène équipe dors et déjà certains organes de presse comme l'agence France Presse. Très utile pour lutter contre la désinformation de l'image de presse ou déjoué de faut renseignements militaires stratégiques, il peut aussi se rendre utile auprès des assurances et autres organes public comme le département de la justice. Il y a fort à parier que nous ne sommes qu'au début d'une lutte acharné dont l'enjeu représente la vérité et la confiance dans l'information. Certains crient à la censure de l'art, notamment dans la mode et la publicité où la retouche est considérer comme tel. On comprend tout à fait les enjeux pour la publicité qui serait obligé d’apposer un "réalisé avec trucage" pour vendre un produit censé rendre le dit service sans artifice complémentaire. Difficile de vendre un shampoing, un mascara ou un produit amincissant avec une telle mention ! L'affaire reste à suivre pour ce qui est de la législation, en attendant, les outils sont prêts.

Plus d'infos ? http://www.exomakina.fr/eXo_maKina/Tungstene.html

Sur le même sujet