Restaurant à Montpellier : Le Ban des Gourmands

Une salle en pierres apparentes, un esprit bistrot placé sous le signe de la convivialité, une cuisine du marché et, depuis peu, une « table d'hôtes ».

Après la Corse, le Brésil sera le fil conducteur de la prochaine soirée « Table d’Hôtes » au restaurant le « Ban des Gourmands ». La date est fixée au lundi 7 mars 2011. Instaurée à la fin de l’année 2010, le concept mensuel permet, autour de trois grandes tables, de découvrir des mets traditionnels ou bien des saveurs d’ailleurs. Seul, en famille ou entre amis, l’animation s’articule autour d’un plat, d’un assortiment de desserts et d’un ¼ de vin. Les thèmes seront annoncés régulièrement sur la page Facebook du restaurant.

A cinq minutes de la Place de la Comédie, non loin de la gare ferroviaire St Roch, l’établissement est implanté Place Carnot, sur le Boulevard de Strasbourg. Épicuriens dans l’âme, Catherine et Jacques Delépine officient dans les lieux depuis le 16 février 1996. En seize ans, la table montpelliéraine a toujours conservé bonne cote et se retrouve régulièrement dans les pages de publications spécialisées, du Guide du Routard à Resto Poche et du Champérard au Gault & Millau . En 2011, les deux derniers octroient respectivement une note de 13/20 et deux Toques. L’Express , en février, dans un cahier spécial consacré aux restaurants de la ville, cite l’adresse et les inspirations du chef. Les surfeurs gourmets du net la couvrent également d’éloges en termes flatteurs : chaque plat est une splendeur, cuisine inventive, bonne qualité/prix, valeur sûre...

Un début de carrière au Pavillon LeDoyen à Paris et au coté de Guy Savoy

La carrière du chef est très précoce. « Dans les cuisines familiales, on m’a pris en photo à l’age de deux ans dans un panier à légumes », souligne le cordon bleu avec un petit sourire. Quelques années plus tard, il intègre les bancs de l’École Supérieure de Cuisine Française « Grégoire Ferrandi » à Paris et décroche son diplôme en 1986. Ensuite, il côtoie le luxe et la volupté des coulisses du Pavillon Ledoyen (3 Étoiles Michelin depuis 2002) à proximité des Champs Elysées et du Petit Palais. Une table gastronomique et prestigieuse, ouverte dans la capitale depuis 1798, qui était déjà fréquenté par des célébrités de l’époque : Barras, Robespierre et Bonaparte.

Par la suite, il se perfectionnera au coté de Guy Savoy (3 Étoiles Michelin). Devenu son mentor, c’est surtout l’esprit bistrot des restaurant annexes du grand maître qui deviendra sa source d’inspiration. « Ce sont des lieux où l’on sert de bons petits plats d’une plaisante saveur », écrit le chef sur son site internet. En 1990, en manque de soleil et de chaleur, le couple décide d’abandonner le stress et le speed parisien et d’effectuer un retour, aux sources ancestrales, dans le Sud. En effet, Les grands-parents de Jacques sont originaires de Nîmes et ceux de Catherine, de Corse. Jusqu’à la fin 1995, il collaborera avec Xavier de Mortillet (Traiteur de l’Aiguelongue - oncle de Bertrand de Mortillet - Domaine de la Prose ) avant de décider de se lancer à son propre compte.

Tous les matins aux Halles Castellanes et Laissac

Tous les jours, au petit matin, Jacques Delèpine puise son inspiration au gré des étals des Halles Laissac et Castellanes. C’est à pied qu’il effectue ce périple matinal. Aux premières, situées en bas du Boulevard Jeu de Paume, il « sélectionne les poissons de Méditerranée chez Patrice, les fruits et légumes chez Robert et Bruno et la triperie chez Isabelle, une des dernières tripières de la ville. » Aux secondes, à proximité de la préfecture, il récupère ses fromages chez Bou, sa viande bovine « Fleur d’Aubrac » chez Vincent et ses volailles chez Ollier.

Il fait également appel à certains fournisseurs pour des produits bien précis. L‘entreprise « Secrets des Gourmets » à Lunel en fait partie. « Elle me livre les magrets, le foie gras et le Jambon Bellota, un des plus chers au monde », commente Jacques. Les charcuteries Corses (Coppa, Figatellu, Lonzo) proviennent directement d’éleveurs- producteurs de l’Île de Beauté. La cuisine de la toque blanche est à l’écart des modes et des tendances. « J’essaye de mettre tout simplement en valeur de bons produits de saison avec un accent de Méditerranée. La région est un véritable carrefour de cultures culinaires », explique le propriétaire. En cuisine, le chef est assisté par Daniel. Il a été formé sur place lors de son apprentissage (École Hôtelière de Nîmes).

Service est dans l’esprit de la maison sans fioritures

La salle est en pierres apparentes d’une capacité de quarante couverts. Des petites lampes confinent le lieu et des œuvres d‘artistes locaux le décorent. Le service est dans l’esprit de la maison sans fioritures. Il est le fief de Catherine Delèpine, son épouse. Elle est secondée dans sa mission par Kellen, brésilienne, venue en France pour des études d’hôtesse de l’air. En semaine, midi et soir sauf le vendredi et le samedi en soirée, une formule propose un plat au choix ainsi qu’une assiette de fromages ou un assortiment de desserts. La carte et un menu découverte sont également à disposition. Ce dernier propose un mezze de trois entrées, une trilogie coté mer ou coté terre et une composition de desserts.

L’ardoise des vins comprend une vingtaine de crus comme « le Roc des Mates » du Château de Cazeneuve en Pic Saint Loup . Ils sont généralement fournis par des cavistes : les Caves Gambetta, la Cave des Arceaux ou le voisin « Tire-Bouteilles ». La propriété familiale (coté madame) y trouve sa place bien évidemment. C’est le Domaine Giacometti (AOP Patrimonio - Corse). La clientèle est une fréquentation de passage grâce au Guide du Routard et plus généralement ce sont des riverains comme Jean-Paul. « J’habite le quartier et je viens au moins une fois par semaine. Aujourd’hui, j’ai pris une salade de poulpes qui était excellente et une sole aux cèpes pour son originalité », confie l’habitué.

Exemple d’entrée et plat du jour (vendredi 18 février 2011) :

  • Entrée : Salade de pulpe aux petits légumes croquants.
  • Plat : Filet de sole aux cèpes.
Extrait du Menu découverte

L’assiette Côté Terre comprenant :

  • Émincé de Fleur d’Aubrac, jus de viande.
  • Brochette de Porc Noir de Bigorre, confit de Piquillos.
  • Fricassée de ris d’agneau aux cèpes.

Extrait du tarif

  • Formule à 16 €
  • Menu découverte à 26 €
  • Tables d’Hôtes à 18 €
  • Carte des Vins : de 18 à 39 €
  • Vin au verre (sélection de la semaine ) : 3 €

Renseignements

  • Restaurant « Le Ban des Gourmands » - Catherine & Jacques Delépine
  • 5, Place Carnot (Boulevard de Strasbourg) - 34000 Montpellier
  • Tél./Fax : 04 67 65 00 85
  • Mail : bandesgourmands34@orange.fr
  • Site Internet : www.bandesgourmands.com
  • Tramway : Tram 1 : Arrêt Gare St Roch - Tram 2 : Arrêt Place Carnot
  • Ouvert du mardi au vendredi (midi et soir) et le samedi soir

Sur le même sujet