Mohamed Ali, dans le texte

Le plus grand boxeur de tous les temps était aussi un génie du "trash-talk"... Florilège de ses meilleures déclarations.
4

Mohamed Ali ne se contentait pas de mettre KO ses adversaires sur le ring - son travail de sape commençait bien plus tôt, des mois avant le combat, démolissant sans vergogne le mental de ses concurrents grâce aux fabuleux uppercuts verbaux ("punchlines" en anglais) dont lui seul avait le secret. Mais Ali avait une verve tout aussi prodigieuse quand il s'agissait de parler au médias qui l'attaquaient ou de mener son combat politique et religieux. Voici les meilleures répliques de Mohamed Ali, à la répartie souvent imitée mais jamais égalée.

Son célèbre mantra:

"Voler comme un papillon, piquer comme une guêpe."

Avant de combattre George Foreman:

"J'ai lutté avec un alligator, tabassé une baleine, mis des menottes à la foudre, foutu le tonnerre en prison; juste la semaine dernière, j'ai tué un roc, blessé une pierre, et envoyé une brique à l'hosto; je suis tellement méchant que j'ai rendu la médecine malade." (1974)

Avant de combattre Joe Frazier:

"Frazier est tellement laid qu'il devrait faire don de son visage au bureau de protection des animaux sauvages [US Bureau of Wildlife]." (1971)

À propos de la maladie de la Parkinson:

"Si ça n'avait pas été la boxe, ça aurait été à cause de tous ces autographes..." (2003)

À propos de Floyd Patterson:

"Je vais le cogner tellement fort qu’après ça il aura besoin d'un chausse-pied pour remettre son chapeau." (1965)

Au serveur d'un restaurant sudiste qui lui avait dit "On ne sert pas de nègres ici":

"Ça tombe bien, je n'en mange pas. Donnez-moi juste un café et un hamburger." (1960)

Sur le golf:

"Je suis le meilleur. C'est juste que je n'y ai pas encore joué." (1965)

Expliquant pourquoi il est "le plus grand" (The Greatest):

"Je suis le plus grand. Non seulement je les mets KO, mais je choisis aussi le round."

"Si jamais tu rêves de me battre, il vaut mieux pour toi que tu te réveilles et viennes t'excuser."

"C'est pas de la vantardise si je peux tout prouver."

Au leader soviétique Leonid Brejnev:

"Vous n’êtes pas aussi stupide que vous en avez l'air." (1978)

Offrant une place dans sa voiture a des associés blancs:

"Montez à l’arrière, ça sera comme dans Miss Daisy et son Chauffeur ." (1987)

A propos de sa conversion a l'Islam:

"Je serais toujours redevable à Elijah Muhammad [leader de la Nation de l'Islam], car, s'il n'avait pas été là, j'aurais fini avec une femme blanche. C'est la vérité." (1975)

Son objectif ultime:

"Être le premier Noir sur la lune." (1989)

Son plus combat le plus difficile:

"Probablement ma première femme."

Répondant a la question: qui sont les deux plus grand boxeurs de tous les temps?

"Le combat que le monde n'aura jamais l'occasion de voir pour le titre de 'The Greatest' serait entre Cassius Clay et Mohamed Ali." (2004)

A propos de sa célébrité:

"Je suis l'homme le plus reconnu et aimé qui ait jamais vécu." (1963)

A propos de Leon Spinks et Larry Holmes:

"Ils sont laids et stupides, et font vraiment honte à nous les Noirs." (1978)

Sur la boxe:

"C'est juste un boulot. L'herbe pousse, les oiseaux volent, les vagues mouillent le sable. Moi, je tabasse des gens." (1965)

Dans la même série "Dans le texte", voir aussi: Nicolas Anelka et Zlatan Ibrahimovic

Sur le même sujet