Budget 2011: 3050 milliards fcfa pour redresser la Côte d'Ivoire

Le budget 2011 de l'Etat de Côte d'Ivoire s'équilibre en recettes et en dépenses à 3050,4 milliards de fcfa (4,6 milliards d'euros).
51

Adopté le mercredi 22 juin 2011 en Conseil des ministres, à l’issue de violents troubles post-électoraux, le budget 2011 a été élaboré sur la base d’une croissance négative de l’économie ivoirienne de l’ordre de 6,3%. Il prend en compte l’hypothèse d’une amélioration progressive de la sécurité sur toute l’étendue du territoire national, la reprise de l’activité économique de même que la coopération avec les partenaires au développement. Le budget est donc élaboré pour être mobilisé et exécuté dans un délai record de six mois. Mission difficile mais pas impossible !

Les priorités

En hausse de 5,3% par rapport à celui de 2010, le budget 2011 consacrera l’essentiel de ses ressources au redressement du pays. Un pays meurtri dans sa chair et dans son âme. Le décompte est macabre. La crise post-électorale aura laissé dans ses allées quelque 3000 morts. Pour les entreprises privées l’ardoise est salée. Les grandes entreprises à elles seules, revendiquent près de 1000 milliards de fcfa de pertes financières (1,5 milliard d’euros). Des vols massifs, destructions de biens publics et privés sont enregistrés dans toutes les contrées. L’administration publique n’a pas été épargnée. Face au sombre tableau, l’Etat ivoirien aura à relever plusieurs défis, entre autres :

  • Les actions de lutte contre la pauvreté

Le chapitre se rapportant à l’accessibilité des populations à l’eau potable et à l’électricité contient une enveloppe de 16,8 milliards de fcfa (24,3 millions d’euros). Les Affaires sociales, pour leur part, sont dotées à hauteur de 14 milliards de fcfa (21,3 millions d’euros). L’Agriculture et les Ressources halieutiques ont une enveloppe de 46,4 milliards de fcfa (70,1 millions d’euros). Ce budget porte une attention particulière aux problèmes d’insalubrité et de protection de l’environnement avec une dotation de 8 milliards de fcfa, soit 12,1 millions d’euros. 13 milliards fcfa (19,8 millions d’euros) sont consacrés à la lutte contre la pollution. Le gouvernement consacre également 10,5 milliards de fcfa, (15,2 millions d’euros) à sa politique de réduction du chômage et de promotion de l’emploi.

  • Apurement de la dette publique

  • Sécurité et justice

  • Les actions de sortie de crise

Notons que les ressources du budget 2011 reposent principalement sur les efforts de recouvrement des recettes intérieures qui représentent 68,4 % des ressources budgétaires totales.

Cap sur la réconciliation nationale

Aujourd’hui, une page est en passe d’être tournée après l’arrestation de l’ex président, le 11 avril 2011. Ivoiriens et étrangers vivants sur le sol de Côte d’Ivoire aspirent à une vie paisible, loin des bruits bottes et autres canons. Après la sécheresse, vient le temps doux. Le peuple de Côte d’Ivoire a subi les affres de la guerre et ne veut plus, assurément revivre une telle souffrance. Les nouvelles autorités ivoiriennes confrontées aux résultats néfastes de la guerre, font mains et pieds pour remettre à flot le navire Ivoire. Les actions se succèdent les unes après les autres.

La réconciliation nationale par le truchement de la Commission vérité réconciliations et dialogue, la mise en place d’une nouvelle armée loyale et fidèle, la reprise des relations avec les bailleurs de fonds, sont autant d’actions qui devraient redonner à la Côte d’Ivoire espoir et prospérité.

Conscient des réalités du moment, le gouvernement du président Alassane Ouattara entend se donner tous les moyens pour surmonter les difficultés. La feuille de route signifiée par le premier ministre Soro Guillaume, sous l’autorité du chef de l’Etat, aux différents ministres, renforcée par un séminaire gouvernemental les 5 et 6 juillet 2011, témoignent de la volonté du pouvoir en place, d’atteindre ses objectifs.

La crise ivoirienne : bref rappel

Au commencement, un 19 septembre 2002. Une rébellion armée tente de renverser le régime du président Laurent Gbagbo. Echec. Conséquence : le pays est coupé en deux (nord et sud). Cependant, l’ex homme fort du régime ivoirien reste au pouvoir une dizaine d’années durant, sur la base de nombreux accords (Marcoussis, Accra, Pretoria etc). Puis, vint le 04 mars 2OO7, l’Accord Politique de Ouagadougou qui semblait donner de bons résultats. Que non !

Le second tour de l’élection présidentielle tenu le 28 novembre 2010 a été un tournant tragique de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Malgré les apparences trompeuses, se couvait un conflit. Une guerre au sommet. Une profonde dissension entre deux fils d’un même pays, aspirant à gouverner un même peuple. Une lutte fratricide entre Laurent Gbagbo et son challenger Alassane Ouattara.

Sur le même sujet