Sommeil : conseils et appareils pour bien se réveiller

Simulateur d'aube, applications pour iPhone : point sur ces outils destinés à nous réveiller en douceur et en forme ! Idées de cadeaux ?
58

Pour qui se réveiller n'est-il pas le premier désagrément de la journée? Quel moment clé, en effet, que celui où l'on doit passer des bras de Morphée à l'éveil... Si la qualité du sommeil est de toute évidence importante pour un bon réveil, c'est la connaissances des phases du sommeil qui nous donne la clé pour un réveil réussi et c'est sur cette connaissance que se basent les nouveaux réveils "doux".

Les phases du sommeil

  1. La somnolence : c'est une phase courte, celle de l'endormissement notamment. A ce stade, le dormeur flotte entre conscience et sommeil. Il se réveillera en principe au moindre bruit ou à la moindre gêne. A ce stade, des images surgissent, des sons hallucinés peuvent être entendus, on appelle cela l' état hypnagogique . Cette phase dure en principe moins d'une vingtaine de minutes, au-delà, on s'achemine vers l'insomnie.
  2. Le sommeil léger : c'est le second stade du sommeil, durant lequel le dormeur est encore très sensible à tout bruit ou gêne. Ce sommeil léger occupe jusqu'à 50% de nos nuits.
  3. Le sommeil profond : c'est le moment où l'activité musculaire devient normalement quasi nulle, c'est pour le corps le moment du travail secret: production d'hormones de croissance, division cellulaire... Cette phase a tendance à s'écourter avec l'âge.
  4. Le sommeil paradoxal : 20 à 25 % de nos nuits en sont constituées. C'est la phase où l'activité du cerveau est intense, celle des rêves, bien qu'on tende aujourd'hui à penser qu'on puisse rêver dans d'autres phases.

Le réveil

Idéalement, le réveil ne devrait pas s'effectuer sous contrainte, même si les scientifiques estiment désormais que nos nuits devraient durer 7h30, et qu'en s'éloignant trop de ce chiffre, à la baisse ou à la hausse, on nuit considérablement à sa santé. Et l'idéal, à moins d'être de ces chanceux qui se réveillent naturellement, n'est guère possible. Depuis le réveil mécanique faisant frôler l'attaque cardiaque au dormeur, les réveils ont évolué: d'abord des sonneries plus douces, puis l'arrivée de radio-réveils ont contribué à rendre plus supportable ce moment douloureux.

Un cycle de sommeil dure 90 minutes, et se reproduira en moyenne 5 à 9 fois dans la nuit. Une et une seule phase du sommeil est propice à un réveil forcé "réussi": le sommeil léger, ce moment où un cycle vient de s'achever, et où un nouveau commence. S'attaquer au dormeur en plein sommeil profond lui garantira une journée de fatigue et parfois de mauvaise humeur caractérisée. Réveiller quelqu'un en phase de sommeil paradoxal produira d'ailleurs des effets proches.

Des solutions pour bien se réveiller

La première d'entre toutes est de connaître ses besoins en sommeil et de dormir suffisamment pour parvenir à effectuer le nombre de cycle nécessaires pour soi. Reste que parier sur sa satiété de sommeil risque fort de mettre le commun des mortel en retard au bureau.

Il y a quelques année, les simulateurs d'aube sont apparus, d'abord dans les boutique bio et spécialisées puis chez tous les vendeurs de petit électro-ménager. Le principe en est simple. Partant du principe que l'homme est "calé" sur un rythme circadien et suit le soleil (ce que les expériences d'isolement en milieu sous-terrain, sans repère temporel tend à infirmer!), c'est à l'aide de la lumière la plus proche possible de la lumière du jour que les simulateurs d'aube vont agir.

  1. On programme l'heure de son réveil comme sur tout autre appareil
  2. Une trentaine de minute avant l'heure programmée, et progressivement, la lumière s'allume jusqu'à atteindre sa puissance maximum.
  3. La plupart des simulateurs d'aube intègrent en complément la fonction de sonnerie.

Si l'expérience vous tente, vous trouverez un grand panel de choix de 60 à plus de 200 euros. Les critiques les meilleures semblent se porter sur la marque pionnière dans le domaine, mais la plus chère: Lumie.

Profitant des technologies "sensitives" des nouveaux téléphone portables, certains ont opté pour une autre méthode, à l'instar de " Sleep cycle ", application pour iPhone, star des ventes, qui servira ici d'exemple. L'idée est simple une fois encore. L'objectif: détecter la phase de sommeil léger du dormeur au moyen de ses mouvement. Concrètement :

  1. On programme l'heure souhaitée du réveil
  2. On indique une marge de tolérance afin que le réveil ne se déclenche pas trop tôt
  3. On place son iPhone, branché, à la tête de son lit, écran face au matelas.
  4. Dès lors, la surveillance de vos mouvements et micro-mouvements commence.
  5. Quand l'heure programmée du réveil approche, le réveil se déclenche dès qu'il identifie une phase de sommeil léger lors de laquelle les mouvement du dormeur augmentent sensiblement.

Le réveil sadique pour dormeur récalcitrant

La douceur, le respect des bio-rythmes, rien n'y fait? Si rien ne vous réveille, ni bien ni mal, s'il faut employer les grands moyens, voici l'exemple de deux réveils proprement redoutables.

  • Le réveil puzzle : non content de sonner, le dessus du réveil est composé de 4 pièces de puzzle qui se trouvent littéralement éjectées à l'heure fatidique. Le seul moyen de faire taire son réveil, récupérer les pièces et les replacer correctement sur le dessus du réveil!
  • Le réveil à hélice : encore plus redoutable! A l'heure dite, le réveil sonne et l'hélice placée à son sommet s'envole dans votre chambre. Mission: la récupérer et la replacer sur sa base pour arrêter son réveil.

Sur le même sujet