Comment construire durable et habiter responsable?

L'écologie prend une place de plus en plus importante dans la construction. Entre mythes et réalité, décryptage de l'habitat écologique et responsable.
8

A l'heure où l'écologie prend une place croissante dans la construction, il convient de bien distinguer l'habitat vraiment écologique de celui qui se veut plus vert mais qui surfe seulement sur cette tendance. Rencontre avec Eric Demierre, CEO d’ECO-Logements en Suisse.

Eric Demierre, quels sont les moyens pour construire un habitat plus durable?

Il faut d’abord prendre en compte l’écologie dès le début du projet pour une conception plus efficace en termes énergétiques. Dans ce domaine, des bâtiments tels que le Rolex Learning Center à Lausanne sont l’exemple même de ce qu'il ne faudrait pas faire, même si je n’ai rien à redire du point de vue architectural. Cette approche durable implique aussi des restrictions quant à la liberté architecturale.

Lorsque le sujet de l’habitat écologique est abordé, les économies et la production d’énergies sont au centre du débat. Qu’en est-il de la question de l’eau?

C’est en effet une question importante. Il est difficile pour les communes d’encourager la récupération d’eau de pluie, car cela signifie pour elles que les revenus disponibles pour l’entretien de leur réseau seront moins importants. Pourtant, lors de la construction, il est possible de mettre en place une citerne de récupération des eaux de pluies et d’installer un circuit d’eau annexe pour alimenter les toilettes notamment. Cela permet des économies importantes. L’eau de pluie est aussi intéressante pour les machines à laver car elle n’est pas calcaire et économise le linge, les détergents et les machines.

Quelles sont les technologies écologiques utilisées dans la maison?

En premier lieu, l’enveloppe du bâtiment doit être optimisée. Nous encourageons aussi l’utilisation de matériaux naturels, à l’intérieur surtout. Par ailleurs, nous proposons de construire en dur à base de béton et de matériaux d’isolation recyclés, par exemple selon la technologie ISO-P, car cela offre un confort et une longévité du bâtiment accrus tout en ménageant les ressources naturelles et le CO2.

Les panneaux solaires sont souvent contestés au niveau des énergies grises qu’ils génèrent, qu’en pensez-vous?

En réalité, les panneaux photovoltaïques produisent cinq à six fois l’énergie grise qu’ils engendrent lors de leur fabrication et de leur recyclage. Pour ce qui est des panneaux thermiques, les rendements sont encore meilleurs. De plus, la situation s’améliore tous les jours.

Pour quelles raisons le cadre légal n’impose pas la construction de maisons plus écologiques?

Plusieurs raisons économiques sont à noter. D’abord, il y a le problème du surcoût engendré par ce type de constructions. Par ailleurs, il n’existe pas suffisamment d’entreprises qualifiées pour concevoir et construire ces maisons.

Pourquoi de plus en plus de personnes se tournent vers un habitat écologique?

Cela leur donne meilleure conscience et ils bénéficient d’un habitat plus sain et plus responsable. Quand on bâtit, on utilise du sol et donc le faire de manière écologique permet de limiter l’impact de la construction. Pour autant, tout le monde n’a pas forcément les moyens financiers aujourd’hui d’aller très loin dans la durabilité. Il faut faire un compromis, car un surcoût de 5 à 6 % est nécessaire pour atteindre un label Minergie de base.

Que pensez-vous des écoquartiers?

Malheureusement, je pense que le terme est un peu galvaudé par certains promoteurs parce que cela fait vendre. Au final, malgré l’étiquette, certains écoquartiers n’ont rien d’écologique. C’est dommage parce que cela enlève de la crédibilité à ceux qui travaillent dans cette direction. En principe, tous les nouveaux quartiers devraient être des écoquartiers, conçus selon des standards de qualité des infrastructures, de gestion des ressources et des déchets. Ils devraient aussi prendre en compte la mobilité, intégrer des aspects sociaux, tout en gardant à l’esprit la composante économique.

Conseils: les questions à se poser avant de construire

  1. Quelle est ma responsabilité écologique? L’ensemble du cycle de vie des matériaux (fabrication, recyclage, transport-mobilité, entretien, …), ainsi que l’énergie de chauffage, doivent être pris en compte lors du choix.
  2. Quels sacrifices suis-je prêt à faire? Parce qu’ils utilisent moins de surface au sol, les appartements en PPE sont plus écologiques que les villas; près de transports publics, j’aurai probablement moins de calme.
  3. Quel est mon budget? Les constructions répondant au label Minergie engendrent un surcoût de 5 à 6 % (et encore 5 à 6 % supplémentaires pour Minergie-P) par rapport à un bâtiment standard. Les autres labels Minergie engendrent aussi des coûts supplémentaires.

Sur le même sujet