« Analyse muette » de séquence – À l'origine (2008)

Ce n'est pas vraiment une séquence (unité de thème, pour les puristes) mais une suite de 2 séquences, au tout début du film ...

---

Remarque de départ : Il n'y a aucune « révélation d'indices-clefs du film ». Ici j'analyse seulement quelques secondes !

---

Ce long-métrage s'appelle À l'origine , il est réalisé par Xavier Giannoli, avec pour les rôles majeurs François Cluzet ( Philippe Miller ), Emmanuelle Devos et Gérard Depardieu.

Il s'agit de l'achat par Philippe Miller d'un laser pour le relevé de niveaux topographiques, chez un distributeur de matériel de chantier. Cette séquence est suivie par un rendez-vous avec son ami (interprété par Depardieu) dans un vieil entrepôt.

Le vrai faux achat

Miller n'a, en réalité, qu'une seule chose à faire : être crédible. Mais quelle chose ! Il a évidemment prévu le comportement qu'il adoptera, quels seront ses actes, son apparence... C'est pourquoi il trafique son véhicule avec un faux-logo de sa composition... Il vérifie ensuite si le logo sur l'utilitaire est suffisamment proche de celui imprimé sur ses bons. La confection de ses contrefaçons étant réalisée, Philippe Miller peut " rentrer en scène ". Il entre dans le magasin. Devant le vendeur Miller sort un faux chéquier aux couleurs du logo, il reste dans son rôle.

>>> Notez alors l'expression de visage de Cluzet quand il a remis le faux bon de l'entreprise fictive : il est comme soulagé, il a joué son rôle et il ne lui reste plus qu'à attendre le " verdict ". Quand le vendeur se saisit du papier et va en référer à son chef, derrière la vitre, on imagine aisément le dialogue :

« Voici un bon d'une société de travaux, CGI vous connaissez ? » « (coup d'œil sur le bon) … Oui ça va... »

Et là, au plan suivant, on a la facture du magasin qui s'imprime >>> On comprend directement que la supercherie a fonctionné. Le montage « cut » est amplement justifé ici.

L'image est plutôt blanche, nette, lisse... je dirai même familière : un point de vente avec son atmosphère bien connue --->>> l'activité du vendeur qui sert le client tout en répondant au téléphone, attente de l'acheteur avec son lot etc. Tout est " honnête "...

Le vrai visage de Miller

Tout autre atmosphère ici, puisque les protagonistes sont dans un vieil entrepôt, avec des téléviseurs, divers objets de recel, un homme qui travaille sur quelque chose dans le fond, des liasses de billets, Miller n'est plus coiffé mais ébouriffé, il fume... Bref, on cerne le personnage qui n'est visiblement pas géomètre...

Du point de vue de l'analyse filmique, on note la caméra à l'épaule, un plan sur les billets de 50 et de 150 € alignés sur la table... Rien de bien sorcier : on n'a pas besoin de tout expliquer au spectateur pour qu'il comprenne de lui-même !

Sur le même sujet